HELLRAISER VOL.1&2
Clive Barker’s Hellraiser - Etats-Unis - 2011/2012
Image de « Hellraiser Vol.1&2 »
Nombre de pages : 96 pages
Distributeur : French Eyes
Date de sortie : 25 mai 2012
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Hellraiser Vol.1&2 »
portoflio
LE PITCH
Accompagnés des Harrowers, un groupe de mortels chargés de combattre les démons, Kirsty Cotton est à la recherche du cube qui lui permettra d'ouvrir les portes de l'Enfer. Mais Pinhead, le prêtre infernal, veille dans l'ombre...
Partagez sur :
En enfer avec toi...

Nouveau venu dans l'enfer de l'édition française de comics ricains, French Eyes commence fort avec la traduction, dans une édition certes un peu cheap comparée aux albums US de Boom !, de l'excellente série Hellraiser. Le gros point fort de tout ça étant la présence non négligeable de Clive Barker à l'écriture. Welcome to Hell !

 

Déjà adapté en bandes dessinées au tournant des années 80 et 90, la saga des Cénobites, initiée par Clive Barker dans une nouvelle et un film devenus cultes, retrouve une seconde jeunesse, par le biais d'une nouvelle série de comics écrite par le Maître lui-même. Sans doute lassé par la tournure prise par la franchise cinématographique (trois excellents films, puis une flopée de séquelles ineptes de plus en plus fauchées), Barker s'associe au scénariste Christophe Monfette pour livrer ce qu'il considère sûrement comme la seule véritable séquelle à la nouvelle et au premier film. L'intrigue se situe bien dans cette lignée, avec une Kirsty Cotton adulte toujours en lutte contre le charismatique Pinhead et ses légions de créatures infernales. Là où Barker et Monfette innovent, en regard des suites cinéma, c'est dans leur gestion du personnage culte de « Tête d'épingle », prêtre infernal en quête perpétuelle de nouvelles âmes, et qui, lassé par des décennies d'errance cauchemardesque, cherche à reconquérir son humanité perdue il y a bien longtemps. Face à lui, Kirsty Cotton, donc, et ses compagnons les Harrowers, mortels choisis pour combattre les forces démoniaques. Fidèle à ses fantasmes morbides, où se mêlent sexualité extrême, déviance corporelle et déluge de tripaille, Barker déroule ainsi un véritable catalogue de sévices, parfaitement retranscris par les illustrations de Leonard Manco et Stephen Thompson, dont l'hyper-réalisme viscéral et les noirs profonds parviennent à rendre palpable les épanchements volontiers gore de l'écrivain.

 

requiem pour un démon

 

L'abondance de créatures monstrueuses et de démembrements rougeâtres n'empêchent pourtant pas Clive Barker et son équipe de ne pas négliger leurs personnages. Développement la mythologie des Cénobites par le biais d'idées qui n'appartiennent qu'à lui (la communauté souterraine du premier volume, tout droit sortie d'une nouvelle du Livre de sang, ou la description d'un Enfer échappé de Secret Show ou d'Imajica), l'auteur parvient à faire vivre une poignée de personnages hauts en couleur (le fermier psychopathe, Tiffany, l'ingénieur des enfers...), pourtant tous engluer dans la toile maléfique concocté par un Pinhead plus machiavélique et, c'est une surprise, humain que jamais. Le contrat moral qu'il passe avec Kirsty, et dont on se gardera bien de dévoiler la teneur, redonne à ce protagoniste la place centrale qui est la sienne, et accentue avec un culot qui laisse pantois son caractère de Némésis de la jeune femme. Une héroïne en quête de vengeance et un démon en quête d'humanité, voilà ce qui fait la sève même de cet Hellraiser moderne, dont l'exigence graphique et narrative appelle volontiers à une seconde lecture. D'autant que la dernière image du second volume donne à espérer une suite encore plus poussée. Longue vie à la Nouvelle Chair ! 

Frédéric Wullschleger


Partagez sur :

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018