DANGER GIRL - REVOLVER
Etats-Unis - 2012
Image de « Danger Girl - Revolver »
Dessinateur : Chris Madden
Nombre de pages : 104 pages
Distributeur : Glénat
Date de sortie : 3 avril 2013
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Danger Girl - Revolver »
portoflio
LE PITCH
Après des années d’absence, les filles de Danger Girl reviennent ! Retrouvez Abbey Chase, Sydney Savage, Silicon Valerie, Deuce et Johnny Barracuda dans de nouvelles aventures, toujours signées Andy Hartnell, le scénariste originel de la série. Danger Girl : Revolver prend la suite directe des aventures dessinées par J. Scott Campbell (qui offre ici de magnifiques illustrations intérieures) pour un nouveau départ et une nouvelle mission liée à une mystérieuse momie péruvienne. ...
Partagez sur :
Effet push-up

A leurs débuts pures produits Image Comics (belles gonzesses + flingues), les diablesses de Danger Girl ont, depuis leur très courte première série régulière, changé de crémerie à deux reprises et versent désormais dans les miniséries concentrées. Dernier dépotage en date, Revolver rappelle que malgré quelques voyages, les miss n'ont pas perdu leurs atouts si particuliers.


Et si une dizaine d'année après la série connait toujours un joli petit succès aux USA, c'est bien entendu grâce aux illustrations soignées, dynamiques, et fortement sexys de J. Scott Campbell (aussi créateur du regretté Gen13) artiste aux courbes élancées, aux lèvres terriblement pulpeuses et aux poitrines gonflées à l'hélium. Un hommage à la première Lara Croft sans doute, mais qui en tout cas souligne immédiatement de la pulsions pulp et primaire de la série, sorte de compilation de fantasmes très masculins (et ados) que le scénariste Andy Hartnell s'amuse à faire voyager au travers des destinations luxes et exotiques du monde comme une version « blockbusterisée » de Drôle de dames, ou d'un James Bond qui aurait subi une sacrée opération reconstructrice. Du divertissement plein d'humour, de rebondissements et d'action, mais qui n'a jamais eu la volonté de trop se casser la tête. On n'est clairement pas là pour ça.

 

Miss monde

 

Entre deux crossovers aussi improbables que totalement crétins (Danger Girl and The Army of Darkness, Danger Girl /G.I. Joe), voici donc la minisérie Revolver grand retour éditorial du titre en France après de longues années d'absence. Un nouveau départ idéal pour faire la connaissance d'Abbey Chase (la blonde), Sydney Savage (la brune) et Silicon Valerie (la rousse), lancées aux trousses d'un mystérieux artefact péruvien tels des Indiana Jones en tenues slims et combattant un cartel de trafiquants de trésors archéologiques et d'œuvres d'art. Il y a beau avoir quelques représentants de la gente masculine qui passent par là, deux nouveaux personnages (sortis du chapeau) qui se rajoutent à la fabuleuse troupe, l'album n'a d'yeux que pour les demoiselles et leurs cascades ahurissantes : séquences de castagnes sur le toit d'un train et poursuites à cheval (pour s'échapper d'un faux mariage) ou en bateau, le tout avec des gunfights improbables et un déluge de bons mots à la Totally Spies (qui pour le coup auraient eu une sacrée poussée d'hormones). On retrouve bien là l'esprit premier de la série, bourrin et décontracté, extrêmement nerveux et divertissant, et ce malgré l'absence de son créateur derrière la planche à dessins. Désormais sous contrat chez Marvel, Campbell signe bien quelques superbes couvertures, mais laisse les intérieurs au plus jeune Chris Madden (Jack Avarice) effectivement très proche dans le découpage, les compositions forcées et les contours sensuels des héroïnes, mais doté d'une approche plus « animée », moins précise que son modèle. Une petite perte graphique, mais qui ne gâche finalement pas tant que ça le plaisir immédiat d'une lecture aussi rapide qu'éphémère.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018