LA NOUVELLE îLE AU TRéSOR
Shin Takarajima - Japon - 1947/1984
Image de « La Nouvelle île au trésor »
Dessinateur : Osamu Tezuka
Scenariste : Osamu Tezuka
Nombre de pages : 200 pages
Distributeur : Isan Manga
Date de sortie : 25 juin 2014
Bande dessinnée : note
Jaquette de « La Nouvelle île au trésor »
portoflio
LE PITCH
Un jour, Pete, tombe sur la carte de “l’Île au Trésor” que son défunt père lui a léguée. Il se lance alors dans l’aventure, accompagné du Capitaine. Leur bateau est alors attaqué par des pirates... Les voici prisonniers ! Mais une tempête éclate et nos deux héros se retrouvent à dériver en mer sur un radeau de fortune. Ils atteignent tant bien que mal une île perdue dans l’océan...
Partagez sur :
Au fond du coffre

Première grande œuvre du père des mangas, Osamu Tezuka, La Nouvelle île au trésor est le titre qui a lancé sa carrière et qui marquait déjà ses grandes aspirations narratives... autant que sa fascination pour la BD et le dessin-animé américain.

Mais la version de Shin Takarajima qui est éditée au japon dans la grande collection de Kodansha et en France dans le catalogue « Fondation » d'Isan Manga n'est pas celle d'origine. Alors âgé de seulement 19 ans, Osamu Tezuka se voyait confier en 1947 la confection d'un premier manga bon marché (akahon, pour « livre à couverture rouge ») sur un scénario de Shichima Sakai, éditeur de la revue pour enfant Hello Manga. Un texte qu'il modifia, remania pour laisser plus de place à son style et sa mise en scène déjà très novatrice pour l'époque, mais qui fut par la suite expurgé à son tour de quelques séquences. Malheureusement de cette mouture ne reste plus aujourd'hui que quelques pages abimées et une version complète en crayonnée et en ébauche. Ne voulant pas que son œuvre soit rééditée dans des conditions peu honorables, en 1984 Tezuka préféra en personne reprendre l'intégralité de son travail, le redessiner et même d'en remanier de nombreux éléments dans le récit et le découpage. Quelques pointes de science-fiction, une mise en page bien plus cinématographique... Même si dans son texte présenté en postface, Xavier Herbert tente d'expliciter avec quelques comparatifs de planches et un propos des plus documenté, les nombreuses variations entre les deux volumes, force est de constater qu'il est difficile de se faire une idée véritable des pages produites en 47.

 

jeu de piste


Reste tout de même « l'esprit » particulièrement naïf dans son approche du récit d'aventure fantasmé où se télescopent le roman de Stevenson bien entendu, mais aussi un grand héros en pagne, des animaux sympathiques, des sauvages (forcément) cannibales, des pirates gaffeurs et surtout beaucoup de gags. Très marqué par sa découverte des dessins animés Disney ou des frères Fleischer (dont on note ici de vraies ressembles graphiques), il en reprend directement le décorum souriant, la ligne cartoon mais aussi un sens du rythme humoristique particulièrement probant dans son découpage en quatre cases par planche. Désuet, mais assez drôle avec ses nombreux gags adorables, très frais dans leur fausse simplicité, La Nouvelle île au trésor n'en est pas moins une œuvre des plus intéressantes autant par sa trajectoire particulière, que par la manière dont Tezuka amène ses jeunes lecteurs à réfléchir sur la perte du merveilleux dans le monde moderne. De la même façon, cette version "Redux" avant l'heure, offre quelques grands moments de manga façon Tezuka, toujours aussi audacieux dans son montage racé, ses effets de zooms et d'inserts... En particulier dans une ouverture assez extraordinaire de course en voiture, relecture améliorée du célèbre accident d'Astro le petit robot. Un petit morceau de l'histoire de la BD japonaise proposé comme toujours chez Isan Manga dans une superbe édition. Tant qu'à faire...

SHINTAKARAJIMA by Osamu Tezuka
© 2014 by Tezuka Productions All rights reserved.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2019