52 T.1
52 #1-13 - Etats-Unis - 2006
Image de « 52 T.1 »
Nombre de pages : 320 pages
Distributeur : Urban Comics
Date de sortie : 29 septembre 2017
Bande dessinnée : note
Jaquette de « 52 T.1 »
portoflio
LE PITCH
Chacun s'est retiré de la scène surhumaine afin de se ressourcer après les événements tragiques de la Crise Infinie, mais la Terre n'est pas sans protection... Booster Gold, Question, Renee Montoya, et Steel reprennent le flambeau au cours d'une année qui va les voir confrontés à leur plus grand défi : une année sans l'Homme d'Acier, la Princesse Amazone et le Chevalier Noir... mais pas une année sans héros.
Partagez sur :
The dream team

Challenge improbable et entreprise commerciale et artistique définitivement casse-gueule, 52 soit une série hebdomadaire décrivant « en temps réel » une année d'un univers DC en ruine et dans l'ombre de la disparition de Superman, Batman et Wonder Woman. Ambitieux et incroyablement brillant, complexe et passionnant. Il fallait oser et ils l'on fait !

Pas n'importe qui bien entendu, mais un pool créatif totalement inédit mais qui fait immédiatement baver : Grant Morrison, Greg Rucka, Mark Waid et Geoff Johns ! Soit en 2006 tout simplement les quatre scénaristes les plus importants de DC Comics. Leur charge est pharaoniques puisqu'ils doivent décrire semaines après semaines le destin de quelques seconds couteaux de l'univers DC après les bouleversements cataclysmiques d'Identity Crisis et Infinite Crisis, entrainant entre autre une année sabbatique pour Batman et ses Robins, une retraite anticipée pour Diana et une mise au vert d'un Superman privé temporairement de ses pouvoirs. Mais les Terres ne s'arrêtent pas de tourner, et les cinquante-deux numéros de cette saga fleuve sont un incroyable feuilleton haletant où les trajectoires ne cessent de se croiser, les héros de se révéler et les menaces d'apparaitre... jusqu'à un grand final, un tableau géant, ou le puzzle va prendre tout son sens. Sans doute très compliqué à chorégraphier, mais pourtant jamais ardus à lire, dès les premiers numéros réunis dans ce tome 1 (trois autres sont à venir) le talent de l'équipe d'auteurs est évident, assurant un récit spectaculaire, tirant souvent vers la direction du polar ou du thriller, mais surtout brassant tous les riches aspects de DC.

 

journaux intimes


Un ancien super-vilain qui hésite entre dictature et rédemption avec Black Adam ; trois rescapés à l'autre bout de l'espace avec Animal Man, Starfire et Adam Strange ; les savants fous qui disparaissent un à un avec Will Magnus le créateur des Metal Men ; le nouveau plan machiavélique de Lex Luthor avec Steel et sa nièce ; une tentative de résurrection de Superboy avec Extensiman... et au devant de la scène l'excellente Renée Montoya (voir Gotham Central) qui fait alliance avec le vétéran La Question, tandis que le tape-à-l'œil Booster Gold essaye vainement de devenir le nouveau Superman tout en multipliant les sponsors. Quels sont les liens qui se tissent entre tous ces destins ? Pourquoi la réalité et la temporalité semblent avoir été modifiées ? Que vient faire l'Intergang dans tout ça ? Des questions qui taraudent les héros et le lecteur emportés par des intrigues palpitantes, faisant constamment le pont entre l'Histoire DC et quelques nouveautés remarquables, dont l'arrivée en fanfare d'une superbe Batwoman. Impossible au passage de ne pas s'amuser à chercher entre les pages les apports de tel ou untel, lorsque bien entendu les figures préférées de chacun refont surface (Animal Man pour Morrison, Montoya pour Rucka), ou que le ton des scripts passent de l'étude de mœurs bourrée d'ironie (Mark Millar) aux délires prophétiques et à l'explosion du multiverse (Morrison encore, forcément), mais jamais l'un d'eux ne semble tirer la couverture, permettant la naissance d'une ouvre complète et cohérente dont on ne fait qu'entrevoir ici la grandeur. Et si cette entreprise a pu fonctionner, c'est certainement tout autant grâce aux choix des illustrateurs, plutôt cohérents et « classiques », qui suivent les découpages explosifs de monsieur Keith Giffen, créateur de l'inénarrable Lobo.

Un vrai must pour les amateurs de DC et de grands comics, qui revient dans une belle édition avec bien entendu les suppléments habituels (croquis, couvertures) mais aussi des pages « making of » entre chaque chapitres dans lesquels les créateurs de la série se remémorent quelques anecdotes ou évoquent les évolutions de leurs méthodes de travail. Et c'est parfois assez drôle.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018