DINO SAPIENS T.1
Japon - 2016
Image de « Dino Sapiens T.1 »
Dessinateur : Yoshi Mori
Scenariste : Miito Yasui
Nombre de pages : 192 pages
Distributeur : Soleil
Date de sortie : 25 avril 2018
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Dino Sapiens T.1 »
portoflio
LE PITCH
Japon, 2030. Fisher et ses amis du lycée, à un âge où chacun se cherche et poursuit ses rêves, embarquent en train pour un voyage de classe qui tourne au drame suite à une attaque de dinosaures ! Nos quatre camarades tentent de s’extirper du train, mais ils constatent une fois dehors, que leur monde n’est plus que ruines. L’armée semble avoir été décimée, et d’autres dinosaures rôdent un peu partout...
Partagez sur :
Crétin-cé

Conçu en seulement trois tomes (ce qui est suffisamment rare pour être remarqué) le nouveau manga édité par Soleil est sans détour tout ce que son titre indique : un truc bizarre avec des dinosaures, mais aussi un truc qui ne tient pas debout une seconde. Dino Sapiens ? Qué ?

Voici donc une nouvelle menace pour nos chers et très occupés lycéens japonais. Petit bond dans le futur, mais pour découvrir quatre jeunes gens tout ce qu'il y a de contemporains, bien occupés à se choisir vaguement un avenir et à papoter grande amitié et amours inavoués. Un petit voyage scolaire et la journée tourne au cauchemar lorsque la bande et toute leur classe se retrouve face à une horde de dinosaures assoiffés de sang. Pas pire qu'un virus mutant ou qu'une horde de zombies. Sauf qu'en quelques cases seulement les effusions gores initiales tournent au ridicule lorsqu'un raptor se met à faire un double axel à l'envers (ou un truc dans le genre) pour mieux croquer sa victime. Une erreur dans le dessin, un petit glissement de terrain ? Pas du tout, le scénario de Miito Yasui est un monstrueux mélange de tout et n'importe-quoi, de ses lectures d'ado surtout, alternant un outrageux emprunt au premier Jurassic Park (assez logique certes) avant de s'envoler vers d'étranges frontières côtoyant les vilains échappés d'un sentai ou un épilogue annonçant un revirement à la Robotech.

 

fossiles


Dino Vs Mecha, ça sent bon le high concept pour gamins collectionnant les figurines, mais cela, comme tour le reste, est plaqué violement sur une course effrénée avec une gestion de l'espace plutôt houleuse, tandis que la chronique adolescente se confond dans des personnages stéréotypée (l'intellectuel, la timide, le casse-cou et la futur mère au foyer) sans que jamais une évolution soit envisagée voir possible. Pas franchement brillant dans son écriture, carrément décousu et indigent la pluspart du temps même, Dino Sapiens peine à prendre de l'épaisseur sous le crayon de Yoshi Mori, au trait certes pas désagréable avec son petit coté shonen naïf, mais très inconstant et surtout systématiquement à coté de la plaque dès que les sauriens se lancent dans un casse-dalle. Une mise en bouche sans saveur, sans grande personnalité, pour une trilogie qui ne devrait pas faire beaucoup mieux dans les deux tomes suivants qu'une grosse bagarre de cour de récré. On ferait sans doute mieux de ressortir la Playstation pour relancer une partie de Dino Crisis...

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018