BLOCK 109 & BLOCK 109 UNIVERSE
France - 2010/2016
Image de « Block 109 & Block 109 Universe »
Scenariste : Vincent Brugeas
Nombre de pages : 616 pages
Distributeur : Akileos
Date de sortie : 12 septembre 2018
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Block 109 & Block 109 Universe »
portoflio
LE PITCH
1953. Après avoir détruit l’Occident, le IIIème Reich agonise à son tour sous les coups de l’Armée Rouge. Pour Zytek, le maître de l’Allemagne, il ne reste qu’une solution : lancer une attaque virale majeure. Malgré l’opposition du Haut Conseil, le virus, le virus a été testé et provoque déjà des ravages dans les ruines de Marienburg. Les contaminés, transformés en monstres sanguinaires, s’attaquent aux soldats isolés des deux camps. Seule l’escouade du Sergent Stein...
Partagez sur :
7 jours, 7 albums

Jolie surprise éditoriale de l'année 2010, Block 109 et son uchronie aussi inspirée que musclée, avait fait le bonheur de son éditeur Akileos. Quelques années après, une belle poignée de spin-of venant étoffer cet univers foisonnant, la collection s'offre une nouvelle édition pour le volume inaugural et une intégrale pour Block 109 Univers. Allez, encore une fois : « Let's kill Hitler ! ».

Car c'est bien entendu le premier coup de génie des jeunes auteurs d'alors, Vincent Brugeas & Ronan Toulhoat (Chaos Team), dont c'est le premier album professionnel, c'est de réutiliser le fantasme crucial du voyageur temporel, pour mieux embarquer le lecteur vers une chronologie imprévisible. Dès la première page le glorieux dictateur du Reich se fait assassiner par un sniper au service de l'un de ses généraux... Et l'empire Nazi y puise une force décuplée, conquérant peu à peu le monde, et détruisant à coup de bombes atomiques les dernières nations résistantes. En 1953 seul le front russe ralentit des forces allemandes dont le gouvernement s'apprête à opter pour l'arme virale. Un monde défait, en ruine, en guerre perpétuelle où, comme en atteste les teintes crépusculaires et les ombres sublimes apposées par l'illustrateur Ronan Toulhoat (Sherlock Holmes Society, Le Monde Perdu), l'espoir à définitivement disparu. C'est dans ce contexte extrêmement creusée et terriblement crédible, que Vincent Brugeas (Le Roy des Ribauds) orchestre sa machination d'écrivain en mêlant la complexité d'une trame politique aux reflets d'espionnages opaque et l'énergie féroce d'un série B américaine bercée par les premiers films de James Cameron et la classe couillue d'un John Carpenter. Avec sa narration resserrée à sept jours s'égrenant de manière implacable, le suspens est tenace, les scènes d'actions impulsives et violentes, et l'ensemble progresse vers une conclusion aussi renversante que maitrisé. Impressionnant et... assez unique dans ses derniers ressorts.

 

machine de mort


Et la sensation de n'apercevoir que la partie émergée de l'iceberg est si prégnante tout au long de la lecture de l'album, que personne n'a eu l'idée de se plaindre lorsque le duo s'est reconstitué quelques mois plus tard pour publier Etoile Rouge, récit héroïque de pilotes français isolés du coté de l'armée rouge, tentant désespérément de contrer l'aviation du Reich au cours de l'année 1944. Plus encore que dans Block 109 (comme la finalité a été durement exposée) l'accent est mis ici sur ces héros malgré eux, voués à mourir au combat, tentant de faire vivre quelques temps encore la notion d'héroïsme dans un monde en plein apocalypse. Véritable BD de guerre, elle ouvre la voie à cinq autres albums qui, s'ils usent parfois de personnages déjà croisés dans l'album central, viennent à chaque fois éclairer cet Univers d'un angle, d'un genre nouveaux. Pour Opération Soleil de plomb et sa mission africaine, c'est le récit d'aventure en terre exotique ; pour Ritter Germania et son ancienne star de la propagande nazi transformé en vigilante berlinois c'est bien entendu le comics ; tandis que les deux derniers SHARK et Maruta (illustrés par un Ryan Lovelock un peu en dessous) célèbrent essentiellement, et plus classiquement, un agent américain de BD d'action. Mais le plus réussi d'entre tous est sans doute possible le burné New York 1947 qui, comme son nom l'indique, est un hommage à peine déguisé au Escape from New York de John Carpenter. Une ultime expédition dans les ruines d'un Manhattan ravagé par les flammes nucléaires et peuplé de mutants voraces... Un thriller percutant et dont le final est plus violent encore lorsqu'on en connait les conséquences décrites dans Block 109. Une nouvelle preuve, s'il en fallait, que Vincent Brugeas & Ronan Toulhoat maitrisent parfaitement leur création.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018