IRON HAMMER AGAINST THE WITCH T.1
Majo ni Ataeru Tettsui vol.1 - Japon - 2014
Image de « Iron Hammer Against The Witch T.1 »
Dessinateur : Hiyama Daisuke
Scenariste : Shinya Murata
Nombre de pages : 192 pages
Distributeur : Tonkam
Date de sortie : 7 novembre 2018
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Iron Hammer Against The Witch T.1 »
portoflio
LE PITCH
Dans la ville sainte de Zecor, l’église Katoria pratique encore régulièrement la chasse aux sorcières…Les exécutions de sorcières sont devenus une distraction pour les habitants de Zecor mais aussi un moyen pour ces derniers de montrer leur dévotion et leur loyauté envers l’église. Sauf qu’en réalité, cette chasse aux sorcières est organisée par un démon. Que deviennent les victimes de ces atrocités ? La revanche des sorcières débute maintenant…
Partagez sur :
Les damnées

Nouveau regard sur l'histoire européenne par des auteurs de manga. Forcément, celui-ci est toujours aussi fantasmé... Voir surtout cauchemardesque, imaginant une uchronie ensorcelée dans laquelle les sorcières martyrisées par une église totalitaire s'apprêtent à prendre leur revanche. Le persécuteur persécuté....

Inspiré par un authentique ouvrage religieux du XVème siècle, Malleus Maleficarum, le manga en présence imagine donc une étrange contrée (on y croise des dinos plutôt que des chevaux) entièrement vouée au culte du dieu unique et à la parole d'un clergé tout puissant. Forcément dans ce genre d'ambiance où les ordres s'enrichissent pendant que la population crève de faim, la meilleure solution est de trouver un bouc émissaire : les sorcières. De viles créatures trainées sur le bucher après avoirs été soumises à de diverses tortures sordides les poussant à avouer des crimes qu'elles n'ont pas commis. Classique, malheureusement. Une belle ambiance aussi, directement inspirée d'évènements équivalents dans notre histoire, que le scénariste Shinya Murata (Arachnid) prend un malin plaisir à décortiquer entre témoignage et complaisance, décrivant par le menu les effets sympathiques de la « poire d'angoisse », « l'écraseur de tête » ou bien entendu « la vierge de fer », uniquement d'authentiques objets de torture donc. Cruel, noir et un poil sadique, Iron Hammer Against The Witch joue pourtant aisément avec cet arrière-plan effrayant en y incorporant de charmantes héroïnes, presque légères, que l'on croirait échappées d'un épisode de Little Witch Academia si leurs tenues n'étaient pas aussi affriolantes.

 

chaudron magique


Déjà remarqué sur un titre finalement assez proche, même si plus steampunk, le Daisuke Hiyama de Wizard of the Battlefield, retrouve ses compositions spectaculaires accompagnant les rapides combats magiques et apporte un design classique mais maitrisé. Mais surtout il fait contraster la naïveté des visages des héroïnes par des expressions bien moins charmantes, visages marqués par la colère, la douleur, l'horreur et la mort. Comme toujours avec les mangas de ce type, on à affaire ici à une minisérie (trois tomes seulement) à la croisée des chemins, d'une dramatisation efficace et d'une bonne dose de goûts un poil douteux. Pourtant le titre séduit rapidement, en particulier grâce à une trame qui noie constamment les notions de bien et de mal, tempère sa critique des ordres religieux par une réflexion plus complexe sur la notion de foi, et surtout met à mal une culture patriarcale, où la femme est toujours la première victime. Ironie totale, ces dernières autrefois innocentes ont en effet été transformées par leur expérience plus qu'éprouvante, survivant en s'appropriant des pouvoirs à l'image de leur sévices. Astuce habile, tout comme ces révélations qui présentent une église entièrement corrompue et contrôlée par le démon Asmodée, dont le but obscur est de donner naissance à un maximum de sorcières traumatisées et tout à fait enclines à massacrer à la populace.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018