BIG TROUBLE IN LITTLE CHINA T.2
Big Trouble in Little China #5-8 - Etats-Unis - 2014
Image de « Big Trouble in Little China T.2 »
Dessinateur : Brian Churilla
Nombre de pages : 112 pages
Distributeur : Editions Réflexions
Date de sortie : 9 novembre 2018
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Big Trouble in Little China T.2 »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Avec l’aide involontaire de Jack Burton, Lo Pan a été ressuscité et autant dire qu’il n’est pas content du tout. Si l’on ajoute à cela le fait que le corps qu’il s’était réservé pour se réincarner lui a été dérobé, le forçant à rester un esprit errant, nous avons tous les éléments expliquant la fuite de Jack au travers des Etats-Unis !
Partagez sur :
winner takes all

Quand Jack à la gagne, il ramasse le paquet et pas question qu'il le fasse discrètement. Après un premier album en forme de petit miracle qui réussissait à raviver la légende du héros américain trente ans après sa sortie, le second tome de Big Trouble in Little China enfonce le clou, et le marteau avec.

Peu de chance vraiment que l'âme de la série ne s'échappe aussi vite puisque c'est la même petite bande qui est aux commandes ici, avec Mr John Carpenter qui prête son nom et son aval, et surtout le duo Eric Powell / Brian Churilla, respectivement au scénario et aux dessins. Le premier est un adepte connu de la contre-culture, des monstres grotesques et des légendes urbaines américaines et mexicaines. Le second manie avec brio la caricature cartoon, les ruptures de tons et les ambiances gentiment crasseuses. Un partenariat parfait pour Jack Burton qui se retrouve nez à nez avec son ancien ennemi, un certain mandarin dans les griffes duquel le distributeur français avait eu l'idée de l'envoyer. Le risque étant alors de se confronter directement au scénario du film et de se perdre facilement dans un effet de répétition à destination des fans. Il n'en est heureusement rien, puisqu'on découvre un pauvre Lo Pan au bout du rouleau, après avoir été enfermé trop longtemps dans «l'Enfer de ceux qui sont tués par des idiots» (devinez qui est l'idiot) et franchement lassé de tomber sur le camionneur en débardeur. 

 

"il faut être chinois"


Ce dernier, plus ou moins en fuite, tombe dans une ville de culs terreux racistes et adeptes du pugilat, manque de se faire pulvériser par un alien ringard, devient chef de gang et échoue lamentablement son grand retour. La plus jolie surprise de ces péripéties forcément foutraques, est certainement la place que Powell offre progressivement à la belle Miao Yin, ex-demoiselle en détresse qui vole aisément la place à son pauvre mari Wang... qui de son coté se fait tripoter les fesses par un vieux biker. Peu importe si dans les dernières pages, le grand final a des petits airs de déjà vu (quoi que sa conclusion...), Big Trouble in Little China peut être perçu comme un modèle à suivre pour ce type de séries dérivées, réussissant constamment à maintenir l'âme du film et de ses personnages, à en proposer un prolongement convaincant mais tout aussi original, tout en s'offrant d'authentiques sorties de route, réjouissantes, en particulier lorsque Powell plonge généreusement dans la médiocrité locale. De la même façon, alors que souvent ce types de produits sont handicapés par des planches très fonctionnelles (au mieux), le trait excessifs et très animé d'un Churilla qui fait de plus en plus penser à notre Janry national, insuffle une énergie constante. Tandis que Dwayne Johnson continue à annoncer un Jack Burton 2 à son image (beurk), les fans préfèreront sans aucun doute se tourner vers ces quelques pages de bonheurs.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2019