DUNGEONS & DRAGONS : LA LéGENDE DE DRIZZT T.1
Forgotten Realms: Homeland #1-3, Forgotten Realms: Exile #1-3, Forgotten Realms : Sojourn #1-3 - Etats-Unis - 2003/2005
Image de « Dungeons & Dragons : La Légende de Drizzt T.1 »
Dessinateur : Tim Seeley
Nombre de pages : 448 pages
Distributeur : HI Comics
Date de sortie : 28 novembre 2018
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Dungeons & Dragons : La Légende de Drizzt T.1 »
portoflio
LE PITCH
L' Outreterre: terre natale du jeune prince Drizzt Do'Urden, où se dresse la vaste cité exotique de Menzoberranzan. Drizzt atteint l'âge de la maturité dans l'univers implacable de sa ténébreuse espèce: les elfes noirs. Possédant un sens de l'honneur à toute épreuve, Drizzt fait face à un inévitable dilemme: peut-il vivre dans un monde qui rejette toute forme d'intégrité ?
Partagez sur :
contes d'outreterre

Déjà paru chez Milady, ancienne maison BD de Bragelonne, La Légende de Drizzt revient aujourd'hui chez Hi Comics, nouvelle maison BD de Bragelonne, avec un premier volume intégrale contenant la trilogie inaugurale Terre Natale, Terre d'exil et Terre promise.

Bien entendu, les aventures de Drizzt Do'Urden ne sont pas nées en premier lieu chez l'éditeur de comics Devil's Due, mais bien au sein des romans dérivés de l'univers RPG Dungeons & Dragons. De la gamme Les Royaumes oubliés pour être précis, évocation moins classique de l'Heroic Fantasy, plus que jamais nimbée de Sword & Sorcery et dont les fameux elfes noirs est le peuple le plus célèbre. C'est au cœur de cette civilisation décadente, célébrant la mort et l'avilissement, que nait Drizzt sous la plume du romancier R.A. Salvatore en 1988,. Celuic-i va rapidement en faire l'un des héros les plus célèbre de la licence, mais aussi un classique du genre dans son ensemble dont la bonne vingtaine de tomes on été lus par des milliers de lecteurs loin de tous être des rôlistes. Si les fans attendent depuis des lustres une adaptation live, au cinéma ou en série tv, c'est cependant du coté de la BD qu'un nouveau cap dans la popularisation du personnage va être franchit avec le lancement d'une longue série adaptant les romans dans l'ordre chronologique. Ce sont donc bel et bien les romans contant les première aventures de l'elfe rebelle que contient cette première intégrale et non L'Éclat de cristal se déroulant juste après mais écrit avant tous les autres (normalement ça va, tout le monde suit à peu près).

 

de l'ombre à la lumière


L'avantage de revenir ainsi aux sources, et surtout sous la forme d'un volume à la pagination plus que généreuse, c'est que le lecteur réalise facilement à quel point le travail d'adaptation effectué par Andrew Dabb (Dragonlance Chronicles, G.I. Joe) est admirable dans son utilisation du background particulièrement fouillé et complexe de la cité des drows (le nom des elfes noirs). Obligé d'élaguer les romans, le scénariste préserve efficacement l'aspect initiatique, se concentre sur la maturation de Drizzt, son besoin grandissant d'indépendance et son dégout de l'injustice qui l'entoure, mais installe en arrière plan, par quelques dialogues ou détails de la narration, toutes les strates de cette civilisation, leurs cultes et les créatures curieuses qui vivent dans les galeries environnantes. Des lieus qui seront découvertes progressivement par le héros alors qu'il s'échappera du giron de sa famille, plus occupée à s'étriper avec les autres clans, et à invoquer une déesse dévoreuse. Salvatore lui-même loue le travail effectué, le respect de l'esprit de sa saga, même si on reste un peu moins emballé que lui devant les planches de Tim Seeley. Un artiste qu'a depuis fait son trou du coté de DC comics (Batman Eternal, Nightwing) mais dont le style très américain passe-partout, assez standard finalement, ne sied pas toujours très bien à l'évocation d'univers fantastiques, mystérieux, sauvages et inquiétants. Il faut reconnaitre que si son héros s'en sort en général plutôt bien et que les passages plus dynamiques font respirer une BD aux racines littéraires, la colorisation numérique trop visible, trop tranchée, n'aide pas vraiment. C'est le cas il faut l'avouer, sur beaucoup de comics à licence, mais cela n'empêche jamais La Légende de Drizzt d'être une grande fresque accrocheuse, permettant au lecteur d'accompagner l'elfe dans sa découverte de ses origines puis du monde extérieur, baigné de soleil certes, mais pas toujours des plus accueillant avec les créatures différentes... à la peau noire.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2019