DEANNA ET LES ZOMBIS - LES 1001 NUITS DES MORTS-VIVANTS
Carnopolis #1-2 - Etats-Unis - 2004/2016
Image de « Deanna et les zombis - Les 1001 Nuits des morts-vivants »
Dessinateur : William Skaar
Scenariste : William Skaar
Nombre de pages : 80 pages
Distributeur : Tabou BD
Date de sortie : 11 décembre 2018
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Deanna et les zombis - Les 1001 Nuits des morts-vivants »
portoflio
LE PITCH
Deanna, jeune gothique débridée, décide pour épater ses copines de s’exhiber dans un cimetière et de provoquer par jeu les habitants de l’au-delà. Ses incantations obscènes et ses provocations finissent par ressusciter des zombies assoiffés de sinistres désirs. Pour échapper à ses potentiels tortionnaires (elle fait moins la maligne, là.), elle propose comme Shéhérazade de leur conter ses aventures au royaume infernal du Carnigore, horrible cloaque où les forces du mal ne sont...
Partagez sur :
hunger for the flesh !

Apposition presque philosophique (mais pas tout à fait ici), celle de la jeune femme nue devant une horde de morts baveux est un grand classique de l'horreur bis et z. Comme une excroissance mutante de la scène culte du Retour des morts-vivants, voici Deanna, ses seins, ses fesses et plus encore, entièrement prête à être dévorée toute crue.

Projet ressuscité (voir extirpé de sa tombe) grâce à Kickstarter (encore !), Deanna of the Dead était tout d'abord apparu en 2004 chez Eros Comix mais avec uniquement un second numéro deux ans plus tard. Récupérant les droits de son beau (et bien développé) bébé, Willam Skaar en a donc entrepris une réédition plus luxueuse et complète grâce à une cagnotte participative. Un projet, renommé Carnopolis, auquel les petits français à la curiosité mal intentionnée peuvent jeter un œil, et plus si affinité, grâce au beau volume de Tabou BD. L'occasion de découvrir un artiste totalement inconnu dans nos contrées, et encore assez discrets aux USA malgré quelques travaux dans les revues anthologiques Heavy Metal ou Bloody Gore Comix, mais qui pourtant emballe immédiatement avec son style tout en rondeur, en pesanteur même, mêlant joyeusement créatures incroyablement pulpeuses et monstres incroyablement dégueux.

 

des morts bien vivants


Une tradition de la BD underground et du porno trash que monsieur manie déjà avec discernement, restant constamment sur la corde raide dès lors qu'il s'agit d'accompagner quelques prouesses sexuelles inter-espèces (ou même demoiselles très vivantes et monsieurs très morts), tout en célébrant un univers horrifique organique totalement assumé. Impossible de ne pas songer en voyant les courbes très en chair de Deanna et sa copine Beatrice aux reliefs du maitre Richard Corben (Den, Hulk: Banner, Hellblazer...) qui a lui aussi, en plus de marquer définitivement la revue Heavy Metal de son empreinte, adapté à sa manière les 1001 une nuits. Un célèbre recueil de contes arabes, dont ce Les 1001 nuit des morts vivants ne s'approprie finalement que la construction générale, faisant de Deanna une narratrice échauffée par ses propres aventures, les évoquants afin d'échapper aux désirs lubriques d'une horde de cadavres ambulants. L'occasion de plonger alors dans une petite succession d'épisodes assez bordéliques, faisant d'elle une sorcière « plus païenne tu meurs » qui va devoir traverser les paysages dangereux et suintant de Carnapolis, dimension infernale devant beaucoup à un certain H.P. Lovecraft. Des visions gothiques, grotesques, gores et forcément, plus qu'érotiques, où Skaar se fait manifestement plaisir à placer son héroïne dans les situations, et les positions, les plus douteuses, avec la connivence d'un lecteur venu pour ça. Autre référence évidente de Deanna of the Dead, Druuna et le grain particulier de Serpieri, sont ici presque rappelés que pour mieux en tourner les viols successifs par des mutants aux appendices turgescents, en une petite parodie cartoon. L'album ne se prend jamais au sérieux, montrant que même après la mort, le cul se doit être une partie de plaisir.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2019