HORRIFIKLAND
France - 2019
Image de « Horrifikland »
Dessinateur : Alexis Nesme
Scenariste : Lewis Trondheim
Nombre de pages : 48 pages
Distributeur : Glénat
Date de sortie : 16 janvier 2019
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Horrifikland »
portoflio
LE PITCH
Mickey, Donald et Dingo tiennent une agence de détective. Sauf que les affaires tournent moyennement : pas un contrat en vue depuis des jours ! Mickey songe même sérieusement à plier boutique, lorsqu'une vieille dame leur charge de retrouver son petit chat Blacky. Problème : celui-ci aurait été aperçu pour la dernière fois prêt du terrifiant parc abandonné « Horrifikland », dont certaines attractions fonctionnent toujours... Au programme : brouillard artificiel, décor de cimetière...
Partagez sur :
Haunted Mansion

Le partenariat fructueux entre Disney et Glénat continue alternant les rééditions de grandes sagas classiques imaginées par les meilleurs artistes italiens ou les Strips américains, mais aussi des albums totalement inédits confiés à des créateurs français pour un résultat souvent emballant. Et quoi de mieux qu'une « Terrifiante aventure de Mickey » pour commencer l'année ?

En 2016 puis en 2018, les éditions Glénat ont signés deux grands coups éditoriaux, démontant que la BD franco-belge pouvait tout à fait donner le change, voir bousculer les licences comics, avec d'un coté la réinvention picturale du grand Conan, et de l'autre le lancement retentissant d'une gamme revisitant les aventures de Mickey et ses amis. Dans les deux cas, un pari particulièrement risqué, mais relevé haut là main grâce à la participation d'auteurs et d'artistes à l'identité toujours affirmée, offrant ainsi des regards totalement inédits. D'ailleurs Lewis Trondheim avait déjà largement fait ses preuves avec les délirants Mickey's Craziest Adventures et Donald Happiest Adventure, suites nerveuses et soufflantes de péripétise rocambolesques rendant autant hommage aux cartoons d'autrefois que s'approchant de la beaucoup plus récente série animée Mickey Mouse entamée en 2013. Le scénariste met cependant la pédale douce avec Horrifikland qui cette fois-ci s'inspire plus volontier des "Mickey Détective" et leurs enquêtes fraiches et doucement mystérieuses qui faisaient le bonheur des lecteurs de Mickey Parade et du Journal de Mickey. Même trame relativement classique, même mystère dont les faux-fantômes et l'ambiance auraient tout aussi bien convenu à Scooby-Doo et sa clique, pour une exploration alléchante d'un parc d'attractions abandonné.

 

Ielles sont où les bornes fast-pass ?


Pas un Disneyland (même si là encore les clins d'œil sont présents), mais bien un thème parc entièrement tourné vers l'épouvante, avec vampires, esprits frappeurs, momies et scientifiques fous, dans un capharnaüm de références imposantes à nombres d'aventures célèbres de la souris et ses camarades, Donald le peureux et Dingo... le crétin. Trondheim s'amuse avec ses gags enfantins, retrouve la dynamique de ce trio légendaire, déjà ghostbusters avant l'heure dans Les Revenants Solitaires, une production de 1937, mais se laisse tout de même un peu trop porté par un récit sans grande surprise, voir même franchement basique jusqu'à un pauvre Pat Hibulaire qui joue les figurants. Un album qui n'aurait effectivement pu être tiré de la masse des productions italiennes, si le script n'était pas mis en image par Alexis Nesme. Un illustrateur à la bibliographie encore courte, mais qui a clairement impressionné tout le monde avec Le Maitre des tapis et surtout les trois tomes majestueux de son adaptation de Les Enfants du Capitaine Grant. Même si forcément son trait s'approche nettement des codes de l'univers Disney, et en particulier des design de la plus belle période cartoon (les films en noir et blanc donc), Nesme préserve les mêmes exigences avec des planches entièrement peintes en couleurs directes, des environnements incroyablement généreux, des ambiances admirables, de sublimes jeux d'ombres et de lumières pour aboutir sans aucun doute à l'une des plus belles BD dédiées à Mickey & co. C'est visuellement sublime, mais malheureusement un peu creux.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2019