LES CHRONIQUES DE CORUM T.1 : LE CHEVALIER DES éPéES
Michael Moorcock’s The Chronicles of Corum #1-4 - Etats-Unis - 1987
Image de « Les Chroniques de Corum T.1 : Le Chevalier des épées »
Dessinateur : Mike Mignola
Scenariste : Mike Baron
Nombre de pages : 128 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 23 janvier 2019
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Les Chroniques de Corum T.1 : Le Chevalier des épées »
portoflio
LE PITCH
Le Prince Corum Jhaelen Irsei, surnommé le Prince à la robe écarlate, nous entraîne dans un voyage épique et fantastique à travers les quinze plans d’existence de la Terre, au cœur même du temps. Héros malgré lui, il est l’une des nombreuses incarnations du « Champion Éternel » et doit affronter les terribles Dieux du Chaos afin de sauver le monde, mais aussi la femme qu’il aime.
Partagez sur :
Les Mains d'argent

Si le nom de Corum n'est pas forcément connu de tous, l'ouvrage présenté aujourd'hui par Delcourt a cependant plus d'une corde à son arc pour attirer les regards. En l'occurrence une petite mais belle poignée de noms célèbres : Michael Moorcock, Mike Baron et Mike Mignola. Un petit trésor publié pour la première fois en 1986 et que l'on avait eu l'outrecuidance de nous cacher jusque-là !

Editeur américain indépendant n'ayant malheureusement pas survécu au-delà des dix années d'existences, First Comics fut pourtant un joli vivier de concepts et de nouvelles séries dont il nous reste aujourd'hui encore des titres célèbres comme l'American Flagg ! de Howard Chaykin ou Nexus de Mike Baron et Steve Rude. Plutôt ambitieuse, la petite boite se lança même dans l'adaptation de l'un des auteurs cultes de la fantasy moderne, Michael Moorcock, avec des titres consacrés au plus fameux de ses héros, Elric de Melniboné, mais aussi a deux autres incarnations du « héros éternel » Hawkmoon et Corum. Si ce dernier, récemment réédité en Angleterre par Titans Comics, a tout de suite intéressé Delcourt, c'est tout autant par son stature d'œuvre inédite en France que pour la présence de deux auteurs reconnus et solides aux commandes. D'un coté le scénariste Mike Baron co-créateur de Nexus mais aussi apprécié pour son passage sur The Punisher, et de l'autre l'illustrateur Mike Mignola. Enfin par encore celui de Hellboy, mais le jeune artiste à la carrière ascendante qui vient d'œuvrer sur la minisérie dédiée à Rocket Racoon pour Marvel et faire ses premiers pas du coté de DC Comics avec Phantom Stranger et World of Krypton.

 

réincarnation


Ce que l'on appelle aujourd'hui le Mike Mignola première période, pas encore obsédé par les planches ultra-contrastées, par la construction unique en formes contrariées et en aplats, mais qui déjà affirmait un trait légèrement géométrique, énergique et original. L'ambiance s'y prêtant plus volontier, si les facilités épiques de Mignola sont déjà évidentes, il verse ici plus nettement vers des ambiances contemplatives, romantiques avec un soupçon de Fantasy lumineuse. Cette approche graphique ainsi que les teintes pastelles, légères d'une colorisation sans trame mais peinte et la plume littéraire, fleurie, de Baron (avec une excellente traduction) retrouve comme une évidence le lyrisme des livres de Moorcock. Héros au destin tragique, maitre guerrier au physique presque fragile et transformé par la sorcellerie, amant passionné et autodestructeur, dernier survivant d'une race sans doute trop prétentieuse, Corum a toute la flamboyance des premières créations du romancier. Il rejoue ici une partition très proche de celle d'Elric, mais avec un éclairage sans doute plus proches des contes de fée ou du classicisme d'un J.R.R. Tolkien. Cela ne l'empêche jamais de manipuler justement les codes du genre et surtout de malmener un Corum obligé de prendre les armes moins par vengeance que pour faire face aux dangers que placent des dieux capricieux face à lui. L'esprit de la saga est là, la beauté d'un bande-dessinée élégante en plus, et ce premier volume, sur quatre, des Chroniques de Corum ravive avec ferveur et inspiration un univers encore bien trop méconnu en France. Voici l'occasion pour les connaisseurs d'y replonger d'une manière inédite (avec un facteur temps réduit, ce qui peut avoir son importance) et offre aux autres une découverte fébrile. Les chanceux.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2019