ULTRALAZER T.1: HORB ET BOUKO
France - 2019
Image de « Ultralazer T.1: Horb et Bouko »
Dessinateur : Yvan Duque
Nombre de pages : 120 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 27 février 2019
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Ultralazer T.1: Horb et Bouko »
portoflio
LE PITCH
L’équilibre de la planète Topoï est chamboulé par l’arrivée d’envahisseurs venus de l’espace. Ces buzards ravagent tout sur leur passage. Ils sont en quête d’une force mystérieuse, l’Ultralazer, intimement liée au Roi des bêtes, véritable dieu vivant, garant de l’équilibre de toutes choses. Horb et Bouko, les gardiens et serviteurs attitrés de ce dernier, organisent la résistance.
Partagez sur :
Piuuuu, piuuuuu, piuuuu !!!

Avec une candeur rafraichissante, le titre de cette nouvelle série annonce la couleur : Ultralazer. Un terme naïf, échappé de la chambre d'un petit garçon alors qu'il découvre sous son lit la nouvelle arme ultime qui détruira tous les méchants. Ultralazer, la BD, c'est un peu ça.

Il faut souvent se méfier un peu des annonces retentissantes que plaquent les éditeurs sur les couvertures de leurs albums. Si on retrouve inévitablement des traces des œuvres d'Hayao Miyazaki ou d'Akira Toriyama dans le très français Ultralazer, le clamer un peu trop fort impose d'emblée une comparaison au résultat cruel. Non, ce premier album avec son épopée écologique et son conte de fée comique, n'atteint jamais les sommets d'un Princesse Mononoké ou d'un Dragon Ball. En même temps, il ne semble jamais véritablement s'y essayer. Deux influences majeurs, parmi d'autres, pour une nouvelle aventure à l'attention d'un lectorat jeune et préado qui se réapproprie nettement tout un pan de l'imagerie animiste asiatique et les contours décontractés, entre action et petites blagues de gosses, d'un pur shonen. Mais sans les murs trop commerciaux ou une prétention qui amoindrirait la sympathie qui se dégage immédiatement du projet.

 

belle plante


Avec sa fuite en avant d'e ce jeune guerrier protecteur depuis sa naissance du Roi des bêtes, garant de l'équilibre naturel de la planète, et ses rencontres successives avec des alliés puissants mais curieux et une armée ennemis implacables, le couple d'auteur Pauline Giraud et Maxence Henry, rejoue La Communauté de l'anneau (et autre récits de fantasy). L'originalité ici ne vient pas tant de la construction de l'histoire que de l'univers dans lequel elle s'inscrit. Des tas de petites créatures allumées, un rapport de force qui passe par les particularités de roches magiques plus ou moins rares, une mythologie tout juste esquissée qui n'empêche pas un soupçon de SF, des péripéties légères mais où pointent constamment des instances fatalement dramatiques... Ultralazer est certes parfois un peu maladroit, mais cela lui va toujours parfaitement. Ainsi, les illustrations d'Yvan Duque (Comme un géant) reflètent avec fougue cet imaginaire bouillonnant, cette légèreté juvénile, mais manque parfois d'un peu de précision et de stabilité... avant d'emporter le tout dans un panorama imposant, un décors ultra-léché et géométrique et un travail admirable sur les couleurs, comme brossées à la main.

Une série plutôt atypique, depuis ses toutes premières heures puisque son univers a tout d'abord été exploré sous la forme de sculptures et de décors en papier découpé, dont on peu d'ailleurs redécouvrir les petites merveilles sur le site www.behance.net /ultralazer. Un peu dommage d'ailleurs que cet aspect « relief » n'ait pas été exploré dans ces pages, si ce n'est par l'apport très sympathique de différentes fiches, croquis et étapes d'illustrations visibles grâce à l'application gratuite de Delcourt / Soleil.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2019