CORALINE
Etats-Unis - 2009
Image de « Coraline »
Musique : Bruno Coulais
Durée : 60 minutes
Nombre de pistes : 32
Distributeur : Naïve
Bande originale : note
Jaquette de « Coraline »
site officiel
LE PITCH
L'histoire d'une fillette qui pousse une porte secrète dans sa nouvelle maison et découvre alors une version alternative de sa propre vie. Au premier abord, cette vie parallèle est étrangement similaire à la sienne - en bien meilleure. Mais quand cette aventure fantastiquement déjantée commence à devenir dangereuse et que sa fausse mère essaie de la garder avec elle à jamais, Coraline n'a d'armes que son ferme entêtement et son courage...
Partagez sur :
rêveries d'une petite fille

Succédant à Danny Elfman (L'Etrange Noël de M. Jack), Randy Newman (James et la Pêche géante) et Anne Dudley (Monkeybone), Bruno Coulais hérite de la lourde tâche d'illustrer musicalement le dernier film d'animation d'Henry Selick. Un défi que l'auteur des Rivières pourpres et de La Planète blanche saisit à bras-le-corps, profitant de l'occasion pour repousser encore un peu plus loin ses expérimentations chorales.

 

Il ne fait aucun doute que le nom de Bruno Coulais s'est retrouvé associé à Coraline grâce au triomphe international des Choristes. Belle ironie, la partition du film de Christophe Barratier étant loin, en dépit de ses indéniables qualités, de représenter l'âme première du travail de Bruno Coulais. Ce même Coulais qui, et il ne s'en cache pas, est loin de considérer cette composition comme l'un des grands moments de sa carrière. Motivation d'embauche oblige, on reconnaîtra donc ici et là, au fil de l'album de Coraline, quelques accents des Choristes. Notamment dans l'emploi d'une voix d'enfant aérée et vagabonde, rythmant d'une petite mélodie entêtante le quotidien un peu banal de l'héroïne ("Installation"). Heureusement, le maestro a semble-t-il convaincu très vite son réalisateur de s'affranchir de ses références.

 

A contre-courant

 

Toujours prompt à rechercher les mariages de sonorités les singuliers, Coulais part dans des directions inattendues, mutilplie les cordes pincées lorsqu'on attendrait instinctivement des cuivres, met en avant une chanteuse soliste au phrasé très articulé tandis qu'on s'attendrait à un tonnerre de voix, cligne de l'oeil (consciemment ?) au Lac des cygnes de Tchaïkovsky plutôt que de céder au petit Danny Elfman illustré... C'est dire si ce Coraline a du goût, voire du courage de surfer à contre-courant du diktat de la musique hollywoodienne actuelle. La première écoute (ni la seconde, d'ailleurs) n'est certes pas aussi imparable que pour La Planète blanche ou Les Rivières pourpres, passé un générique d'ouverture absolument phénoménal, mais l'ensemble, proche dans l'esprit du très original Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban de John Williams, a tous les arguments pour convaincre.

Alexandre Poncet



Partagez sur :
 

01 - End Credits

02 - Dreaming

03 - Installation

04 - Wybie

05 - Exploration

06 - Other Father Song

07 - The Supper

08 - Bobinsky

09 - Fantastic Garden

10 - Coraline Fly

11 - Trap for the Mices

12 - Mice Circus

13 - Dreams are Dangerous

14 - Sirens of the Sea

15 - In the Bed

16 - Spink and Forcible

17 - It was Fantastic

18 - Ghost Children

19 - Let's Go

20 - Playing Piano

21 - Wybie That Talks

22 - Cocobeetles

23 - Alone

24 - Dangerous Garden

25 - Reunion

26 - Coraline Dispair

27 - The Theater

28 - The Famous Mister B

29 - You Know I Love You

30 - Mechanical Lullaby

31 - The Hand

32 - The Party

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2019