MAN OF STEEL
Etats-Unis - 2013
Image de « Man of Steel »
Musique : Hans Zimmer
Durée : 57 minutes
Nombre de pistes : 17
Distributeur : Sony Classical
Bande originale : note
Jaquette de « Man of Steel »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Un petit garçon découvre qu'il possède des pouvoirs surnaturels et qu'il n'est pas né sur Terre. Plus tard, il s'engage dans un périple afin de comprendre d'où il vient et pourquoi il a été envoyé sur notre planète. Mais il devra devenir un héros s'il veut sauver le monde de la destruction totale et incarner l'espoir pour toute l'humanité.
Partagez sur :
Une affaire de style

Comment succéder au thème de John Williams, dont l'évidence et la portée lyrique sont à jamais associées au personnage de Superman ? En suivant l'exemple de David Goyer et Christopher Nolan pardi, à savoir prendre à contre-pied les attentes liées au personnage.

 

Tandis que les scénaristes décident de raconter l'enfance du héros en flashbacks, au risque de se focaliser sur son point de vue extraterrestre et de transformer le film en pur Space Opera, Hans Zimmer refuse donc d'écrire un leitmotiv complexe, lui préférant une simple suite harmonique en quatre accords. Le morceau Flight, qui accompagne le premier envol du héros mais aussi les dernières images du film, reflète cette volonté de pseudo-épure, les cuivres, assez lents lents, se voyant contrebalancés par une horde de percussions assourdissantes. L'effet immédiat est évidemment très efficace : le rythme emporte l'adhésion, la suite chromatique évoque l'ascension fulgurante de Superman, les cors enveloppent le tout d'une virilité indéniable... Seulement voilà, la formule n'a absolument rien de novateur, et renvoie même aux fausses expérimentations orchestrales de Zimmer sur les précédents films de Nolan. S'il ne convoque pas autant d'instruments que sur Inception, le principe de l'accord plaqué et des graves pétaradantes est réutilisé quasi-tel quel, en particulier lors du prologue sur Krypton.

 

Kryptonite musicale

 

Un ostinato en boucle, deux gros accords qui tachent, une légère altération du rythme, encore d'autres plaquages... Plus que de l'écriture à proprement parler, le score de Man of Steel repose avant tout sur un énorme travail de production en studio, le traitement des sonorités important davantage que le choix des orchestrations. Applaudis à la fois par le public et une grande partie de la critique, les partis pris de "composition" de Zimmer laissent donc apprécier un sacré appauvrissement dans le domaine de la musique pour l'image en l'espace de 35 ans, autant en termes de textures que de mélodie pure et simple. Certains diront que les partitions symphoniques de John Williams n'ont plus aujourd'hui lieu d'être, et doivent être reléguées à un certain "passé" au même titre que les affiches de Drew Struzan, aujourd'hui remplacées par des montages photoshopés du pire effet. C'est indéniable, le score de Man of Steel se consomme avec facilité, voire même avec un plaisir confortable, mais difficile à croire qu'il ne sera pas totalement has-been dans une quinzaine d'années, là où la fantare de Williams résonnera toujours avec autant de force...

Alexandre Poncet




Partagez sur :
 

01 - Look to the Stars

02 - Oil Rig

03 - Sent Here For A Reason
04 - DNA
05 - Goodbye My Son
06 - If You Love These People
07 - Krypton's Last
08 - Terraforming
09 - Tornado

10 - You Die Or I Do
11 - Launch
12 - Ignition
13 - I Will Find Him
14 - This Is Clark Kent
15 - I Have So Many Questions
16 - Flight
17 - What Are You Going To Do
When You Are Not Saving The World ?

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009