EVIL DEAD 2: DEAD BY DAWN
Etats-Unis - 1987
Image de « Evil Dead 2: Dead By Dawn »
Musique : Joseph LoDuca
Durée : 34 minutes
Nombre de pistes : 9
Distributeur : That’s Entertainment Records Ltd
Bande originale : note
Jaquette de « Evil Dead 2: Dead By Dawn »
portoflio
LE PITCH
Ash et sa petite amie se rendent dans une cabane dans les bois. Ils y trouvent alors les notes du professeur Knowby, ainsi que des pages d’un ancien grimoire, le Necronimicon ex-mortis, le livre des morts. Mais c’est en écoutant une incantation, enregistrée sur magnétophone par Knowby, qu’Ash va réanimer des esprits maléfiques hantant la forêt…
Partagez sur :
Necronomicon ex mortis

A l'occasion du démarrage d'Ash VS The Evil Dead tout juste pour Halloween, nouveaux méfaits télévisuels tant attendus du benêt Ash Williams, revenons sur le 2ème volet de la série qui installa durablement (au moins dans la petite lucarne) la collaboration Campbell/Tapert/Raimi/Lo Duca.

Après avoir assuré les premières parties de légendes du rock tels que Bob Seger, MC5 ou encore Ted Nugent, puis s'être lancé dans une carrière dans le jazz, c'est lors de sessions d'arrangements pour les démos d'une chanteuse que LoDuca fait la connaissance du producteur de celle-ci. Ce producteur étant en charge au même moment de réunir des fonds pour un petit film, réalisé par un inconnu du nom de Sam Raimi, en association avec Robert Tapert et Bruce Campbell. Lors de leur première rencontre, le courant passe automatiquement entre les quatre hommes. C'est le plus naturellement du monde que la proposition est alors faite à LoDuca de composer la musique de ce qui se révélera être Evil Dead, au départ intitulé Book Of The Dead. Ce qu'il ne sait pas, c'est qu'il n'aura accès qu'à un orchestre restreint, composé d'un petit ensemble de cordes, un piano, un synthétiseur, et de quelques percussions. C'est pourtant grâce à ces maigres moyens que LoDuca va réussir à composer la partition la plus angoissante, minimaliste et viscérale de la trilogie, lorgnant à plusieurs reprises sur le style de Bernard Herrmann pour la musique de Psychose (Alfred Hitchcock, 1960). Une bande-son saisissante et audacieuse ne reposant sur aucune forme de structure classique, mais plutôt sur une déstructuration progressive de celle-ci. Quasi sensorielle, elle se constitue principalement de mouvements brefs, glissandos de cordes, percussions tonitruantes et de sons stridents. L'utilisation du synthétiseur renforce encore plus cette notion de basculement vers l'horreur et l'étrangeté des évènements, celui-ci étant utilisé uniquement dans le but de créer des textures sonores menaçantes et inconfortables. En écoute seul, on en crisserait presque des dents, un vrai bonheur... (N'hésitez pas à aller jeter un œil à la très bonne critique déjà présente sur Freneticarts, of course...).

 

bigger, louder... and crazier


Fort du succès retentissant du premier opus, c'est six ans plus tard, en 1987, que LoDuca reprend sa place derrière le pupitre, pour mettre en musique Evil Dead 2 : Dead By Dawn, faux remake et vraie suite d'Evil Dead premier du nom. Doté d'un budget largement plus conséquent, il peut enfin s'offrir la participation d'un orchestre plus complet, mais perd par la même occasion la spontanéité du premier volet. Cependant, ce qu'il perd en spontanéité, il le gagne en force mélodique et puissance orchestrale. Plus structuré thématiquement parlant, le score ne démérite pas face à la musique du premier opus. A l'instar de celle-ci, la musique d'Evil Dead 2 est un parfait équilibre entre délicatesse, moments d'angoisse, mais place la barre encore un peu plus haut dans les accès de folie pure. A ce titre, la construction du love theme, ainsi que son utilisation sont particulièrement intéressantes. Mais à la différence du premier film, le thème passe par plusieurs mutations ; tout d'abord joué au piano par Ash, rythmant la danse de Linda au début du film, celui-ci fait corps aux sentiments qu'éprouvent les deux protagonistes l'un pour l'autre. Il devient alors une sorte de leitmotiv pour le héros ; marquant d'abord un contraste entre le souvenir de cet amour perdu (Linda qui, ici aussi, passera de vie à trépas, elle en perdra même la tête...), et de l'horreur de la situation. Ensuite de façon salvatrice envers Ash puisqu'il lui permet de combattre le démon qui a pris possession de son corps (en lui remémorant Linda). Et enfin en devenant une valse macabre, lors de la «résurrection morbide» de celle-ci. Scène devenue culte où la pauvre carcasse déambule en dansant dans la forêt, en état de décomposition avancée, jouant avec sa tête et ricanant de manière particulièrement malsaine. Charmant, mais à n'en point douter un des grands moments du film. Chaque apparition du thème étant réarrangé et réorchestré en conséquence, un véritable travail d'orfèvre... (Ash's Dream - Dancing Game - Dance of the Dead). Galvanisé par les possibilités que lui offre cet orchestre plus touffu, LoDuca en profite également pour asséner quelques coups de massue réguliers en terme d'action (le film se montrant plus nerveux et excentrique), n'hésitant pas à lorgner plus d'une fois sur le style martial employé par James Horner sur Aliens ou encore Star Trek 2 : The Wrath Of Khan (la ressemblance est saisissante, pour ne pas dire flagrante). A ce propos, les emprunts à Horner jalonneront la carrière de LoDuca assez longtemps (à Herrmann également), il suffit d'écouter ses très chouettes partitions pour Hercule et Xena pour s'en convaincre (il ira jusqu'à quasi reprendre le thème de Krull pour un épisode). On osera même tenter un rapprochement entre l'intro nerveuse du end titles et le cultissime La Planête des singes composé par Jerry Goldsmith en 1968. L'un des sommets du score cela dit, qui reprend d'ailleurs le thème du Behemoth, dont l'un des mouvements les plus marquants sera l'un des seuls repris dans Army Of Darkness, se rattachant définitivement aux deadites...

 

groovy !


Instantanément culte, Evil Dead 2 permettra la mise en chantier d'un troisième volet quatre ans plus tard de manière quasi inévitable, Evil Dead 3 aka Army Of Darkness (1991), rebaptisé ainsi par la Universal, dans le but de se démarquer des deux autres films (???!!)... A une seule différence près (et de taille), l'intégralité du récit se déroule ... au moyen-âge !!! Une idée datant du premier film, mais repoussé jusqu'à 1991, bien qu'amorcé à la fin du deuxième épisode, faute de moyens... Evil Dead 2 marquera une étape importante dans la carrière de LoDuca, car grâce à l'évolution des moyens mis à disposition, il aura enfin pu démonter de manière définitive une maîtrise incontestable de l'écriture orchestrale, pourtant sans jamais oublier de raconter une histoire avant tout, sans tomber dans la surenchère facile, au travers d'une partition ingénieuse, inventive, folle, probablement le bijou de sa carrière, encore à l'heure actuelle. Ce qui rend d'autant plus rageant le fait que sa carrière n'ait jamais réellement décollé par la suite (à l'instar de Christopher Young, futur collaborateur régulier de... Raimi). Une carrière pourtant jonchée de franches réussites : The Triangle, Hercule, Xena, The Librarian, Le Pacte Des loups, Army Of Darkness (Evil Dead 3 donc...) et bien d'autres. Autant dire que l'on est d'autant plus impatient de le retrouver derrière le pupitre pour Ash Vs Evil Dead pour lequel il rempile enfin (la dernière collaboration entre Raimi et Lo Duca remonte à 2007 avec The Messengers, Raimi n'étant que producteur), espèrant qu'on lui donnera enfin tout le crédit qu'il mérite pourtant amplement. En tout cas, on n'en doute pas une seule seconde...

Henri Delecroix












Partagez sur :
 

1. Behemoth
2. Hush Lil' Baby/Pee Wee Head
3. The Book of Evil
4. Ash's Dream/Dancing Game/Dance of the Dead
5. Fresh Panic/The Other Side of Your Dream

6. The Putrified Forest/Under Her Skin
7. The Evil Begins Anew/Sunrise/Ash Attacks
8. Hand and Mouse/Love Transforms/Mirror, Mirror/Bad Fingers
9. Hail The.../End Title

 

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009