HAMMER HORROR : CLASSICS THEMES 1958-1974
Royaume-Uni - 2016
Image de « Hammer Horror : Classics Themes 1958-1974 »
Bande originale : note
Jaquette de « Hammer Horror : Classics Themes 1958-1974 »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Édition Limitée en collaboration avec Marcus Hearn, les Studios Hammer, Bordeaux Rock et Silverscreen Records. Vinyle rouge, pochette double. Textes en anglais. Traduction incluse sur un flyer indépendant.
Partagez sur :
la maison de tous les cauchemars

Le soleil s'en est allé, les feuilles sont tombées, le ciel s'est grisé, le froid s'est installé, Novembre est bel-et-bien arrivé. Qu'à cela ne tienne, chez Akileos c'est déjà Noël, et ils ont mis les petits plats dans les grands, c'est le cas de le dire, pour réchauffer et raviver nos appétits cinéphages et mélomanes. Au programme, la sortie du magnifique L'Art De La Hammer, collection d'affiches assez incroyable et fournie, et le désormais culte L'Antre De la Hammer dans une version encore plus enrichie, tous deux de Marcus Hearn, historien officiel de La firme Britannique. Mais pour accompagner ces deux ouvrages de référence, quoi de mieux qu'un vinyle rouge sang compilant certains des meilleurs thèmes de l'âge d'or de la Hammer...

Pour qui ne connait qu'en surface, la Hammer n'a toujours renvoyé qu'une image d'un cinéma gothique, certes esthétiquement soigné, interprété par « celui qui jouait dans Star Wars », et « l'autre aussi qui jouait même dans Le Seigneur Des Anneaux », mais très axé sur les chairs, autant roses et dénudées que rouge vifs et lacérées. On ne peut pas entièrement leur donner tort, mais cela serait tellement réducteur et injuste. En effet, à la fin des 60's, la firme british règne sur le cinéma de genre aussi divers soit-il ; l'épouvante ou horreur, le fantastique, la science-fiction, l'aventure, et même le thriller, toujours en livrant des succès avec un brio déconcertant. Il en va de même pour les partitions qui ont accompagnées durant 25 ans les fleurons de l'épouvante à l'anglaise, à savoir l'âge d'or de la Hammer Films (en réalité la firme est née en 1935 pour s'éteindre dans les 80's... du moins pour un temps). La Face A du vinyle rend tout logiquement hommage dans un premier temps à cette fameuse facette tonitruante et ténébreuse, mise en musique en grande partie par l'incontournable James Bernard, un des maîtres de la musique horrifique dans les 60's. On retrouve alors dans cette lignée bien évidemment le massif, implacable et cadencé Dracula (le Talos d'Herrmann n'est pas loin...), Kiss Of Vampire, The Quatermass And The Pit (de Tristam Carey, un des nombreux compositeurs sur Doctor Who), Legend Of The Golden Vampires, le très dark Devil Rides Out, The Gorgon et évidemment Frankenstein And The Monster Of Hell. Pas de panique, les deux autres tiers du vinyle renferment des surprises bien différentes, principalement contenues sur la face B.

 

red as blood


On notera tout d'abord The Mummy, déployant une ambiance gothique et mystérieuse en diable, chœurs sépulcraux à l'appui (on est d'ailleurs en droit de penser à l'intro du cultissime Hellraiser 2 de Christopher Young), le jazzy et suave The Lost Continent (présenté ici dans une version alternative), quand Dracula AD 1972 et Satanic Rites Of Dracula (avec ses touches à la Barry) nous envoient du symphonique gothique et groovy. Etonnant, mais très efficace. N'oublions pas que la Hammer, c'est aussi de l'érotisme et du romantisme, ici présent avec Hands Of the Ripper (évoquant le travail de Pino Donaggio pour Brian De Palma), la valse enjouée de Dr Jekyll And Sister Hyde, les cascades de harpe de She, et les mélodies charmantes et rêveuses menées par une flûte et un hautbois de Taste The Blood Of Dracula, malgré son intro ténébreuse. Et pour terminer en beauté, le chevaleresque Captain Kronos et ses bassons incroyablement herrmanniens (encore), et l'étonnamment épique Twins Of Evil qui constitue assurément une des perles de cette édition (le motif à la trompette reste en tête, soyez prévenus).

 

Dans l'ensemble, la compilation proposée par Akileos est d'excellente facture (en réalité un condensé de plusieurs compilations déjà sorties par le passé par GDI, devenus depuis assez onéreuses pour la plupart), mais ce concentrant au final principalement sur la facette réellement gothique et horrifique de cet âge d'or. C'est peut-être le seul reproche que l'on pourrait faire au final (avec la durée un poil courte de l'objet). On peut bien entendu imaginer qu'un ou plusieurs autres vinyles sont d'ores et déjà en prévision, mais il est dommage de ne pas avoir remplacé un ou deux titres à l'intérêt peut-être un peu moindre (The Gorgon par exemple) pour y ajouter The Curse Of The Werewolf (Benjamin Frankel), The Shroud Of The Mummy et ses accents bibliques (Don Banks) ou encore The Hound of the Baskervilles (James Bernard). Espérons en tout cas qu'une hypothétique parution future s'intéresse plus au reste du répertoire de cette ère, pour intégrer les fabuleux When The Dinosaurs Ruled The World, Creatures The World Forgot ou encore The Vengeance Of She, tous trois du trop vite oublié Mario Nascimbene (Les Vikings). Mais bon, c'est bien entendu du chipotage tant la possibilité de redécouvrir les sonorités légendaires de la Hammer sur vinyle avec un son au top, et dans un objet particulièrement classe vaut bien que l'on passe outre ces petites réserves. Par contre, objet de qualité oblige, cette édition n'est tirée qu'à 300 exemplaires, de fait, il n'y en aura donc pas pour tout le monde. Vous savez ce qu'il vous reste à faire...

Henri Delecroix








Partagez sur :
 

Face A
1. Captain Kronos : Vampire Hunter
2. Twins of Evil
3. The Kiss of the Vampire
4. The Mummy
5. Dracula
6. Quatermass and the Pit
7. The Legend of the Seven Golden Vampires
8. The Lost Continent
9. Dracula AD 72

Face B
1. The Devil Rides Out
2. Countess Dracula
3. The Gorgon
4. Hands of the Ripper
5. Dr. Jekyll and Sister Hyde
6. She
7. The Satanic Rites of Dracula
8. Taste the Blood of Dracula
9. Frankenstein and the Monster from Hell

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009