TURRICAN 2 : THE 25TH YEARS ORCHESTRAL ALBUM
Allemagne - 1991/2017
Image de « Turrican 2 : The 25th Years Orchestral Album »
Musique : Chris Huelsbeck
Durée : 45 minutes
Nombre de pistes : 10
Distributeur : Chris Huelsbeck Productions
Bande originale : note
Jaquette de « Turrican 2 : The 25th Years Orchestral Album »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Assistant impuissant au massacre de l’intégralité de la flotte de son vaisseau l’USS Freedom Forces par un robot appelé « The Machine », le commandant Bren McGuire s’enfuit de justesse à l’aide d’une armure expérimentale, le « Turrican ». Il n’aura dès lors qu’une seule motivation, retrouver The Machine, et se venger …
Partagez sur :
The final fight

Œuvre culte parmi les cultes, le nom de Turrican 2 ravivera obligatoirement des souvenirs émus à tous les détenteurs d'antan des « bécanes » non moins cultes telles que l'Atari ST, la Commodore 64 et surtout l'Amiga 500. Un jeu qui fit date pour son incroyable maitrise technique, son fun inégalable, sa fluidité renversante (encore aujourd'hui, le jeu reste bluffant), mais surtout pour sa bande originale démentielle. Pour les 25 ans du jeu, Chris Huelsbeck, son compositeur, décida de placer les petits plats dans les (très) grands, et d'offrir aux fans un cadeau inespéré : la ressortie du score dans une version totalement réarrangée pour orchestre. En un mot, fabuleux...

Sorti en 1991 et faisant suite au Turrican premier du nom, Turrican 2 : The Last Fight fit l'effet d'une petite bombe lors de sa sortie, critiques dithyrambiques à l'appui, grâce à une technique bluffante, et poussant encore plus loin la qualité par rapport à un premier opus qui plaçait déjà la barre bien haut. Un succès qui n'aurait pas été le même sans la partition exemplaire du compositeur germanique Chris Huelsbeck, probablement l'une des plus emblématiques, si ce n'est LA plus emblématique de l'âge d'or de l'Amiga, et de sa carrière tout court. Il est maintenant établi que la composition de la bande-son d'un jeu vidéo est devenue quasi aussi importante que dans un contexte cinématographique. Ce n'est d'ailleurs pas le seul rapprochement possible, les deux médias se faisant de l'œil plus que régulièrement depuis les années 70. Des grands noms du scoring hollywoodien ou vidéoludique ont depuis passés le cap, autant dans un sens que dans l'autre, par exemple ; Danny Elfman (le thème de Fable), Bruce Broughton (Heart Of Darkness), Gustavo Santaolalla (The Last Of Us), Hans Zimmer et Lorne Balfe (AC 3, Beyond Two Souls), Christophe Héral (compositeur attitré de Michel Ancel, mais compositeur pour le cinéma en premier lieu), ou encore Joe Hisaishi (Ni No Kuni). Des compositeurs pour lesquels on ne se posa d'ailleurs jamais aucune question sur la légitimité de leur travail. Une légitimité bien plus tardive dans le monde du jeu vidéo, bien qu'il y ait désormais quelque chose de pleinement établi lorsque l'on évoque Olivier Deriviere, Jérémy Soule, Jason Hayes, Jesper Kyd ou encore Akira Yamaoka. Un manque de reconnaissance du public le plus large que l'on pourrait attribuer au ressentiment éprouvé face à l'aspect très dépouillé du scoring vidéoludique, du moins lorsque l'on parle des premières consoles de salon, ou des premiers PCs. Il est vrai que donner une ampleur épique à un thème ou une bande son, en considérant les moyens limités de l'époque était peu aisé. Et pourtant, cette contrariété obligeait les compositeurs à se concentrer sur l'efficacité et la qualité de leur création. Bien que le monopole des meilleures bandes-son était considéré dans l'ensemble comme détenu par les japonais jusque-là, tout support confondu, quelques « outsiders » arrivaient toutefois à s'imposer dans les oreilles des gamers dont Rob Hubbard (Zoids, Nemesis, Indianapolis 500), David Whittaker (Shadow Of The Beast), Tommy Tallarico (Earthworm Jim, MDK) et surtout Chris Huelsbeck, compositeur attitré de la firme Rainbow Arts.

 

un peu oublié, mais pas encore enterré


Compositeur réputé de l'ère Amiga, ayant composé quelques-unes des meilleures bandes-son de la machine dont Jim Power, X-Out, R-Type, Apydia, Giana Sisters puis plus récemment la saga des Star Wars : Rogue Squadron, ou encore le jeu pour Android Doctor Who Legacy, c'est surtout grâce à la mythique saga Turrican que Hueslbeck est entré dans la légende. Faisant preuve d'un sens inné pour la mélodie imparable qui entrait automatiquement en tête, c'est en 1991 avec Turrican 2 qu'il va signer ce qui restera probablement le meilleur score de sa carrière. L'engouement récent pour les réorchestrations des thèmes cultes de l'histoire des jeux battant de plus en plus son plein, principalement popularisé grâce aux lives de sagas tels que Final Fantasy, ou les cartons pleins des Video Games Live instaurés par Tommy Tallarico, l'occasion était trop belle pour Hueslbeck pour passer à côté, et de fait de proposer un cadeau d'exception aux fans de la première heure. C'est ainsi que les fans du maestro germanique ont pu voir débarqué une annonce pour le lancement d'un kickstarter courant 2016 afin de financer la création d'un album anniversaire, qui contiendrait une compilation des pistes emblématiques de Turrican 2, réarrangées, réorchestrées et jouées par un orchestre symphonique. Un exercice auquel Huelsbeck s'était déjà prêté avec plusieurs compilations de ses thèmes cultes, mais aussi un medley incroyable pour orchestre et chœur des thèmes principaux de Turrican en 2013, constituant finalement l'ébauche de cet album. Le succès écrasant de la campagne prouvant une fois de plus l'intérêt toujours aussi vif de la communauté de fans entourant la carrière de Huelsbeck. Une première campagne pour une Anthologie deluxe 3 CDs des BOs de la saga Turrican en version remasterisée le prouvait déjà : un objectif de 75000 dollars pour une cagnotte finale de 175534 dollars, quant à 75000 dollars pour une recette finale de 84630 dollars pour la campagne actuelle, juste impressionnant. Pour l'occasion, Huelsbeck s'est entouré d'une équipe de choix : Jonne Valtonen (Play ! Videogame Symphony, des réorchestrations pour Mario, Elder Scroll 3, Castlevania etc pour le London Symphony Orchestra), Roger Wanamo (collaborateur régulier de Valtonen), Lars Nilsson (collaborateur régulier de Avishai Cohen, Viktoria Tolstoi ou encore Dimmu Borgir). Une équipe de choc qui accouchera d'un des meilleurs albums du genre, un classique instantané magnifié par l'interprétation exemplaire du Norrköping Symphony Orchestra, en temps normal plus habitué au registre de la musique classique.

 

une campagne fracassante pour un score mythique


Un album dépassant probablement toutes les attentes possibles, sachant surprendre constamment, et donnant enfin l'ampleur rêvée à la partition du jeu. Faisant parfois preuve d'une délicatesse rare pour les très aériens The Great Bath et Exploring Secret Dungeons aux accents très Joe Hisaishi, la puissance et l'exaltation étant néanmoins de rigueur, l'entrée fracassante de l'album par le trépidant The Final Fight posant directement les bases. Les très attendus The Hero, Traps et The Wall sont bien entendu de la partie faisant preuve d'une belle énergie, invoquant des accents tout à tour western ou jazzy de même que The Desert Rocks (sonnant parfois très ... McGyver !!!). L'une des pièces maitresses de la galette étant bien entendu Concerto For Laser And Enemies évoquant aussi bien les Star Trek de James Horner, le Judge Dredd de Silvestri que le fabuleux thème d'un Wing Commander de sinistre mémoire, composé par le désormais trop absent David Arnold. En somme, un pur thème SF 80's/90's regroupant les quelques éléments thématiques du score, à savoir un motif entendu dans The Last Fight, et le motif d'introduction porté par des trompettes victorieuses, repris de manière plus feutrée dans le final triomphant de l'album, le splendide Freedom. 45 minutes bien tassées réparties en 10 morceaux essentiels, un bonheur d'un bout à l'autre, et surtout un rêve devenu réalité pour tous les aficionados de longue date du score cultissime d'un des jeux les plus emblématiques de la Amiga. Bien que la campagne soit désormais close (plus aucune édition vinyle n'est disponible), il est à noter cependant que les commandes pour les CDs sont toujours possibles sur la page de la campagne, et que l'intégralité de la discographie de Chris Huelsbeck est disponible en version dématérialisée (cet album y compris) sur sa page Bandcamp. Et on ne saura que trop vous conseiller d'aller vous replonger dans l'univers musical du bonhomme, car en toute honnêteté, c'est du lourd ...

Henri Delecroix


















Partagez sur :
 

1 - The Final Fight
2 - The Desert Rocks
3 - Traps
4 - Exploring Secret Dungeons
5 - The Great Bath

6 - Concerto For Lazer And Enemies
7 - The Wall
8 - The Final Challenge
9 - The Hero
10 - Freedom

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018