LOGAN
Etats-Unis - 2016
Image de « Logan »
Musique : Marco Beltrami
Durée : 57 minutes
Nombre de pistes : 25
Distributeur : Lakeshore Records
Bande originale : note
Jaquette de « Logan »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Dans un futur proche, la quasi majorité des mutants a disparue. Logan, à bout de force, s’occupe du professeur Xavier de plus en plus affaibli par le temps. Mais leurs efforts pour rester en marge de la société vont se retrouver réduits à néant lorsque leur route croisera celle d’une fillette nommée Laura, pourchassée par un étrange commando d’élite.
Partagez sur :
Last one for the last time

Après quasi 20 ans de presque bons et loyaux services, Hugh Jackman range enfin les griffes dans un chant du cygne fabuleux, inattendu et que l'on espère salvateur pour le genre super-héroïque. Un constat autant valable sur le plan cinématographique que pour la bande-son composée par Marco Beltrami, véritable coup de fouet parmi les productions Marvel/Disney/DC ...

Atypique est l'un des premiers termes que l'on pourrait utiliser, après écoute, pour qualifier le score de Logan. Non pas pour son écriture en elle-même, mais plutôt pour son audace vis-à-vis du paysage musical actuel en termes de scoring pour les bandes super-héroïque, prenant même le risque de ne pas plaire, de désarçonner son auditorat de par sa sécheresse et sa rugosité. Atypique parce qu'au final, à l'image du film qu'il illustre, celui-ci n'essaie jamais d'être glorieux, héroïque, trop mélodique, ni même fantastique (dans le sens littéraire du terme). En d'autres mots, à des années lumières de tout ce qui peut se faire depuis le grand retour des films adaptés de Comics en 2000 avec ... X-Men. Blade était certes arrivé en 1998, mais X-Men ouvra définitivement la porte, pour le meilleur et souvent pour le pire. Pas nécessairement totalement original en tant que tel, mais Logan offre un vrai contrepoint par rapport à ce style de compositions désormais trop confortables pour les fans de « comic book movies » habitués à des tonalités plus mélodieuses et faciles dans le sens « populaire ». Les tonalités du score de Beltrami sont éthérées, mélancoliques, dissonantes, mix entre le western crépusculaire (à l'image de son fantastique 3.10 To Yuma déjà réalisé par James Mangold) et le dark jazz 70's, l'une des références musicales de Mangold étant d'ailleurs le Taxi Driver de Bernard Herrmann (Alternate Route To Mexico), et pouvant rappeler les ambiances désertiques du très bon Book Of Eli de Atticus Ross. Tendu et aiguisé comme une lame de rasoir donc, mais pouvant faire preuve de jolis moments intimistes, suspendus, sensibles de par l'utilisation du Glass Harmonica entre autres, renvoyant directement à son excellent et pourtant méconnu The Minus Man (écoute très vivement conseillée). Un choix presque surprenant pour un tel film mais venant d'un commun accord instantané entre Beltrami et Mangold. (Laura, Eternum, Up To Eden...).

 

hurt


Le score ici ne prend jamais formellement le pas sur les images, il infuse tout au long du métrage, lui est intimement et complétement lié, jouant constamment bien plus sur une puissance d'évocation de tous les instants, en ne se complexifiant jamais plus que de raison, plutôt que de proposer une musique trop évidente, trop chargée ou trop massive, en adéquation avec la juste mise en scène de Mangold. Il est clair, encore une fois, qu'une telle démarche ne plaira pas à tout le monde. Un exemple assez frappant serait la comparaison de la mort de Xavier dans X-Men 3 et Logan (oui, la comparaison est vraiment méchante ...). Dans X-Men 3, une séquence comprenant un triple affrontement simultané chorégraphié et monté à la truelle, accompagné du thème massif du Dark Phoenix de John Powell et dominant quasi tout l'espace sonore (seul élément à sauver du « film » de rattner), et le tout avec grand renfort d'effets spéciaux s'étalant de façon vraiment too much sur près de 10 minutes. Dans Logan, la mise en scène est sobre, et la musique est en retrait, sèche, sans concession et ne dure qu'une petite minute, rendant la séquence tellement plus foudroyante et dévastatrice. Bien entendu, la rage intrinsèque au personnage de Logan, éternel « animal » enragé en quête de rédemption, explose de manière furieuse et sauvage régulièrement dans des torrents de percussions écrasantes, clusters de piano et de barrissements de cors et de cuivres grondants (El Limo-Nator, Feral Tween, Forest Fight, Logan Vs X-24 ...). Dévastateur et finalement jouissif, car jamais aucun score n'aura tant rendu justice (à l'instar du long-métrage) au personnage de Wolverine/Logan, si ce n'est The Wolverine déjà du duo Mangold/Beltrami. Le film se conclura sur ce qui restera la scène la plus touchante et émouvante de la saga (le dernier plan magistral hante encore l'auteur de ces lignes), dont la musique représente enfin l'apaisement et la rédemption tant désirés par Logan.

Un vrai tour de force pour Beltrami, son fantastique Don't Be What They Made You concluant la saga et l'histoire de Wolverine (avant probablement un tour de passe-passe nauséabond des studios ...) de manière magistrale, sensible, sans jamais forcer l'émotion du spectateur/auditeur. Magistral !

Henri Delecroix










Partagez sur :
 

1. Main Titles
2. Laura
3. The Grim Reavers
4. Old Man Logan
5. Alternate Route to Mexico
6. That's Not a Choo-Choo
7. X-24
8. El Limo-nator
9. Gabriella's Video
10. To the Cemetery
11. Goodnight Moon
12. Farm Aid
13. Feral Tween

14. Driving to Mexico
15. You Can't Break the Mould
16. Up to Eden
17. Beyond the Hills
18. Into the Woods
19. Forest Fight
20. Logan vs. X-24
21. Don't Be What They Made You
22. Eternum - Laura's Theme
23. Logan's Limo
24. Loco Logan
25. Logan Drives

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009