ÇA : IL EST REVENU
Etats-Unis - 1990
Image de « Ça : Il est revenu »
Musique : Richard Bellis
Durée : 97 minutes
Nombre de pistes : 42
Distributeur : Intrada
Bande originale : note
Jaquette de « Ça : Il est revenu »
portoflio
LE PITCH
Dans la petite ville de Derry, une série de disparitions et de meurtres ébranlent la population locale. Un drame familier pour Mike Hanlon qui, adolescent, à l’aide de ses « ratés » de copains, avait réussi à éliminer le responsable de ces atrocités, le clown surnaturel Pennywise. Mais le monstre serait-il de retour ?
Partagez sur :
Tu veux un ballon ?

Remis sous les feux des projecteurs grâce à la sortie de la version d'Andy Muschietti, ressortie en bluray et documentaire rétrospectif en préparation à l'appui, Ça version 1990 (Il est revenu chez nous) a toujours été adulé et défendu bec et ongle au fil des ans par une gigantesque meute de fans. Des fans volontiers de mauvaise de foi, car même si cette mouture 90's a pu les effrayer à l'âge des culottes courtes, il faut bien admettre que la frousse n'est plus vraiment au rendez-vous, et qu'en gros, Ça a quand même bien vieilli, même si la nostalgie aidant peut toujours faire son office. En est-il de même pour le score de Richard Bellis ?

Compositeur très discret, abonné aux téléfilms et séries de (très) petite envergure, si ce n'est un épisode de Star Trek: Deep Space Nine, IT est probablement le plus grand fait d'arme du compositeur Richard Bellis. Mini-série sympathique au casting non moins sympathique, ce qui ne veut pas dire tout le temps bon pour autant, dans lequel on pouvait croiser Annette O'Toole, John Ritter, Richard Masure, Seth Green ou encore Emily Perkins (Ginger Snaps forever ...) et bien entendu l'inénarrable Tim Curry aka Prince Of Darkness aka Frank-N-Furter aka Pennywise, ou Grippe sou en français... Nous revenions il y a peu sur le score de Benjamin Wallfisch pour la mouture 2017 de IT, où même si l'axe de narration diffère, les thèmes intrinsèques restent immuables. De ce fait, il est intéressant de confronter les différences de traitement (ou non) entre l'approche de Wallfisch et Bellis. Premier élément important notable, là où Wallfisch et Muschietti basaient leur récit uniquement du point de vue des « Losers » à l'adolescence en l'illustrant musicalement par une nostalgie grave, et une horreur très tonitruante, Bellis et Wallace démarrent de nos jours (enfin en 1990), en suivant tout d'abord Mike Hanlon, dernier résidant du « club » à Derry, dans une ambiance pluvieuse très film noir, voix off à l'appui.

Ainsi le Main Theme se pare des mêmes atours, dans un mood particulièrement désespéré, exprimé par un piano titubant, des pleurs de cordes et une trompette soliste grave et lancinante, que l'on pourrait assimilé à la solitude de Mike, seul et dernier témoin de l'horreur dormante sur le point de sortir de son hibernation. Une approche plus directe, faisant entrer bien plus frontalement le récit, et le spectateur dans le drame et la morosité. Celle-ci s'étendra jusqu'en fin de métrage, n'offrant que très peu de moments de légèreté. Une ouverture retranscrivant très adéquatement l'atmosphère de grisaille dépressive quasi permanente qui se dégage de la ville de Derry, de son Histoire (avec un grand H donc), et de son influence sur les « losers », même des années après leur départ de la ville, dont ils ne pourront jamais réellement se défaire. Une idée appuyée par la présence ponctuelle, même discrète, du thème dans des scènes se déroulant hors de Derry et de nos jours, à l'instar de ce Bedroom Jazz Source. L'horreur ne reste jamais loin.

 

enter the clown


Petit indice auditif de la présence directe ou indirecte du clown à ce propos, celui-ci étant représenté par les synthés, appuyant son irréalité ou du moins son aspect surnaturel, en contrepoint à l'orchestre se référant aux losers. Partie orchestrale qui est de loin la plus réussie même si Bellis a tendance à trop souvent flirter avec le pathos mélo, à l'image du film d'ailleurs, lui conférant un cachet très soap télévisuel. Fait amusant (ou pas), à l'instar de Wallfisch, Bellis est bien plus efficace lorsqu'il suit la bande de Bill Le Bègue, que quand il doit traduire leurs peurs. En effet, avec le recul, les fameux sons de synthés ont pris un sacré coup dans l'aile et peinent à convaincre, et frisent parfois le mauvais goût certain comme cet horrible son de fouet démarrant souvent les morceaux, qu'on jurerait sorti d'Earthworm Jim (bien que le jeu ait été créé plus tard, certes), ou la fameuse guitare MIDI pour Henry Bowers. La très grande récurrence et surtout répétitivité des structures mêmes de ces pistes finissent même par irriter plus qu'effrayer, la faute à un manque d'approfondissement (ou de temps pour approfondir ?) ne laissant la place qu'aux deux thèmes de Pennywise pour s'émanciper : le très bon et « freakesque » à souhait End Titles et le motif aux synthés (dont les articulations ressemblent à s'y méprendre au End Titles de Child's Play II de Graeme Revell). Même si quelques passages marchent plutôt bien comme The Fog, Circus, Leftover Stan ou encore Skeleton On The Pond, on aura au final bien du mal à ne pas sentir poindre la lascivité.

Même constat que pour le score de Wallfisch en définitif, un score sympathique, parfois efficace dans ces élans horrifiques, mais bien plus à l'aise dans l'émotion, délivrant même quelques thèmes vraiment efficaces dont un Main Titles surprenant de par son désespoir manifeste parfaitement en adéquation avec son introduction, mais qui tombe vite dans la répétition. La faute, également ici, à un score fort long (97 minutes réparties sur deux galettes et 44 pistes, en raison d'une galette par segment) qui aurait vraiment gagné à être dégraissé. Sympa, mais pour les afficionados en priorité. On recommandera bien plus le CD sorti chez WaterTower Music, composé de 12 pistes seulement pour 38 Minutes, dont la compilation est bien plus pertinente. Plus n'est pas toujours mieux. Ah, nostalgie, quand tu nous tiens ...

Henri Delecroix








Partagez sur :
 

CD 1
01. Main Title I
02. Enter The Clown
03. Georgie Dies
04. Ben Gets The News
05. Punks
06. I Hate It Here
07. Bedroom Jazz Source
08. The Slap
09. Die If You Try
10. Richie's Talk Show Play-Off
11. The Beast - First Encounter
12. Mike Remembers
13. Mike Joins The Group
14. Pennywise
15. Circus Source
16. Target Practice
17. The Sewer Hole
18. Stan Gets Nabbed
19. The Fog
20. The Pact
21. Stan's Suicide
22. End Credits I

CD 2
01. Main Title Part II
02. The Graves
03. Library Balloons
04. Ben's Flashback
05. Skeleton On The Pond
06. Guillory's Muzak
07. Hydrox
08. Audra
09. Fortune Cookie
10. Silver Flyer
11. Leftover Stan
12. Henry And Belch
13. Every Thirty Years
14. Audra Arrives
15. This Time It's For Real
16. The Smell Of Death
17. Something's Coming
18. The Spider's Web
19. Hi Ho Silver
20. End Credits Part II

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018