LA FORME DE L'EAU
The Shape of Water - Etats-Unis - 2017
Image de « La Forme de l'eau »
Musique : Alexandre Desplat
Durée : 76 minutes
Nombre de pistes : 26
Distributeur : DECCA
Bande originale : note
Jaquette de « La Forme de l'eau »
portoflio
LE PITCH
Etats-Unis, durant la Guerre Froide. Une femme de ménage muette, employée dans un laboratoire top secret, va découvrir par hasard l’existence d’une créature aquatique retenue prisonnière pour être étudiée. Après avoir sympathisé avec elle, elle va l’aider à s’échapper.
Partagez sur :
The silence of love

Panel de certains des thèmes les plus chers de Guillermo Del Toro, The Shape Of Water en est probablement la représentation la plus intimiste de son auteur. Conte adulte tendre et cruel à la fois, véritable ode à l'amour (entre autres), multi-récompensé (4 Oscars remportés dont meilleur réalisateur et meilleur film, Lion D'or à Venise), il brille par sa profondeur, sa fraîcheur et l'impression de constante lévitation qu'il provoque chez le spectateur, sentiments renforcés par l'hypnotisante composition d'Alexandre Desplat.

L'univers musical de la cinématographie du réalisateur mexicain a toujours regorgé de franches réussites (enfin presque ...), marqué par les incursions de maestro tels que Marco Beltrami, Danny Elfman, Javier Navarrete, Javier Alvarez ou encore Fernando Velàzquez et ... Ramin Djawadi (le « presque »), si ce n'est qu'elles avaient toutes en commun cette tonalité fusionnant romantisme tragique, gothique horrifique, voire mélancolie sombre et poignante. C'est là que réside l'une des premières surprises du score d'Alexandre Desplat ; Là où Beltrami, Elfman, ou Naverrete auraient probablement optés pour une musique appuyant sur l'aspect horrifique (au premier abord) de la créature, et la solitude d'Elisa, le compositeur français, lui, opte pour une musique dominée par un thème en forme de valse légère et nautique, combinaison de plusieurs éléments thématiques du score. « Valse » pour la composition caractéristique en tempo 3/4, « nautique » pour les textures ondulantes et envoutantes créées par l'alliance du waterphone, mélodica, piano, flûte, harpe, pizzicato, quelques cordes s'adonnant à des mouvements de va-et-vient, et le sifflement presque irréel de Desplat Himself. L'ajout du bandonéon introduit quant à lui la dimension romantique, instrument caractéristique (archétypal certains diraient) que l'on retrouve dans la musique romantique « à la parisienne », ou dans le tango, danse basée sur une improvisation où le couple la pratiquant se laisse guider par leur sensation et émotion, sans calcul préalable. Tiens, ne serait-ce pas les mêmes caractéristiques que ... l'amour ? Choix artistique à ce propos qui aurait contribué, entre autres, à une des polémiques quant au présumé pompage de Del Toro chez le Amélie Poulain de Jeunet. Mouais ... Le fait est qu'en quelques minutes en début de métrage, et une séquence d'introduction des plus oniriques (séquence se clôturant sur une Elisa en flottaison dans l'eau, en train de dormir paisiblement), Desplat et Del Toro instaurent d'emblée une ambiance et des images imprégnées de mystère, de fantastique et d'une légèreté poétique intime et envoutante.

 

une ode à l'amour enivrante


Jouant constamment sur ce sentiment de balancement, toujours dans la retenue (même dans ses passages d'«action » ou graves), le score de Desplat repose avant tout sur deux principes fondamentaux. Dans un premier temps, il incorpore à sa partition des sonorités et motifs affiliés directement à la créature amphibienne ; le bandonéon et plusieurs percussions que l'on retrouve souvent dans la musique Sud-Américaine, (l'Amérique du Sud étant le lieu où fut capturé la créature), ainsi qu'un mouvement en staccato joué par les contrebasses. Des éléments placés sous une forme ou une autre au fil du score, marquant bien l'idée qu'au final, l'amphibien est bel-et-bien le fruit de toutes les attentions, celui par lequel tout se déclenche, et se connecte. La deuxième idée fondamentale tourne autour de la formule du « 1+1 = 1 », l'union de deux êtres. Ainsi, les thèmes d'Elisa et de la créature évoluant tout au long du métrage en de multiples variations, ont pour but définitif de fusionner en un troisième thème les réunissant. Un « presque » Love Theme en quelque sorte, idée on ne plus payante de par la finesse avec laquelle elle est avancée et exécutée, et qui évoque parfois les douces mélodies du grand John Barry.

Une musique qui implante en l'auditeur une sensation de léger va-et-vient à l'image d'une eau paisible, mais aussi comme une douce étreinte porté par un flot de caresses délicates atteignant progressivement son cœur. Une manière de démontrer, une fois de plus, à quel point Del Toro (et ici, Desplat) aime ses créatures, LES créatures, et leur facette romantique, bien plus tendre que chez bon nombre d'hommes (certaines séquences du film sont fort éloquentes à ce sujet...). Une composition brillante donc, de par sa délicatesse, sa teinte délicieusement désuète et intime en parfaite adéquation avec la période historique du film, une fois de plus exécutée de main de maître par un Desplat fort justement récompensé par un Oscar (le deuxième de sa carrière), un Golden Globe, et un Bafta. Un très beau palmarès pour une des plus belles musiques de 2017, et pour une des plus belles odes à l'amour de l'histoire du cinéma. Un constat qui fait du bien en des temps ou l'imaginaire et le fantastique ont tendance à être relégués au second voire troisième plan, mais dont le succès à la dernière cérémonie des Oscars prêterait à croire que l'attraction enivrante du bijou de Del Toro pourrait peut-être enfin faire bouger les choses. Et ça, ce serait une sacrée réussite...

Henri Delecroix














Partagez sur :
 

1- The Shape of Water
2-You'll Never Know
3-The Creature
4-Elisa's Theme
5-Fingers
6-Spy Meeting
7-Elisa and Zelda
8-Five Stars General
9-The Silence of Love
10-Egg
11-That Isn't Good
12-Underwater Kiss
13-The Escape

14-Watching Ruth
15-Decency
16-He's Coming For You
17-Overflow of Love
18-Without You
19-Rainy Day
20-A Princess Without a Voice
21-La Javanaise
22-I Know Why (And So Do You)
23-Chica Chica Boom Chic
24-Babalu
25-A Summer Place
26-You'll Never Know

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018