Rejoignez-nous sur :
Image de « Mémoires d'une Geisha de John Williams »

Au-delà de La Liste de Schindler, de Munich et de Hook (les deux premiers brillamment concrétisés, l'autre non), Steven Spielberg ne traînait pas des centaines de projets obsessionnels dans le sillage de sa filmographie. Mille fois ajourné, préproduit, réajourni, réécrit, Mémoires d'une Geisha en faisait partie, avant d'échouer dans les griffes de Rob Marshall.

Image de « Munich de Joihn Williams »

A peine libéré de la partition horrifique quasi-expérimentale de La Guerre des Mondes et des recherches asiatiques de Mémoires d'une Geisha que John Williams aura dû plonger tête baissée dans l'engrenage de violence de Munich et du conflit israëlo-palestinien.

Image de « Hostel de Nathan Barr »

Oubliez Cabin Fever, composition atmosphérique timide composée dans l'ombre d'Angelo Badalamenti ; faites comme si vous n'aviez jamais entendu parler de Shérif fais-moi peur, passage obligé dans le registre de la comédie d'action grand public : après quelques années d'apprentissage et de mises à l'épreuve, le nom de Nathan Barr hérite enfin d'un son propre

Image de « La Mouche / La Mouche 2 de Howard Shore et Christopher Young »

2005. Varese Sarabande profite de la fête d'Halloween pour emballer quelques titres cultes de son catalogue dans un attrayant écrin collector. Après la trilogie de La Malédiction, signée Jerry Goldsmith, c'est au tour du dyptique The Fly de s'incruster dans les bacs, et d'opposer les styles de deux figures majeures de la musique de film, catégorie fantastique.

Image de « Les Griffes de la nuit de Charles Bernstein »

Fils d'un certain Elmer, Charles Bernstein est une énigme dans l'histoire de la musique de film, un homme invisible dont la carrière, pourtant extrêmement riche (en téléfilms notamment), ne se résume dans l'esprit des cinéphiles qu'au score inoubliable des Griffes de la nuit.

Image de « King Kong de James Newton Howard »

Deux ans après Le Retour du Roi, un nouveau blockbuster musical supervisé par Peter Jackson arrive dans les bacs. Et pas tout à fait celui que les fans de la trilogie du Seigneur des Anneaux attendaient...

Image de « Jeux d'enfants de Philippe Rombi »

Certains films justifient leur existence par la seule force de leur bande originale. Jeux d'enfants est incontestablement de ce cru. Imparfait, inconstant, sans cesse tiraillé entre le meilleur et le pire, l'émouvant et l'ouvertement grotesque, le film de Yann Samuell étonne autant qu'il déçoit, déconcerte. Il n'en est rien de la partition de Philippe Rombi...

Image de « Minority Report de John Williams »

John Williams n'est jamais aussi bon que lorsqu'il travaille avec Steven Spielberg. Et ce n'est pas Minority Report qui allait, en 2002, faire mentir l'adage, rattrapant au-delà de toute espérance la légère déception A.I..

Image de « Arrête-moi si tu peux de John Williams »

Vingt-et-unième collaboration entre John Williams et Steven Spielberg, Arrête-moi si tu peux avait toutes les excuses pour sentir l'essoufflement, à plus forte raison après le feu d'artifices de Minority Report. Portée par un thème jazzy irrésistible, cette BO sonnerait plutôt comme un nouveau commencement !

Image de « Van Helsing de Alan Silvestri »

L'auteur de Retour vers le futur, Mort ou Vif et Predator s'attaque au cinéma gothique, trois ans avant son phénoménal La Légende de Beowulf. Et c'est peu dire qu'à l'écoute de cette bande originale, on imagine un tout autre film que le Van Helsing de Stephen Sommers...

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009