Rejoignez-nous sur :
Image de « Quelques minutes après minuit de J.A. Bayona »

Avec Quelques Minutes après Minuit, le cinéaste catalan J.A. Bayona signe un conte d'un noir profond, parfois très drôle, souvent tragique, pour ne pas dire morbide. Un exercice de style à la délicatesse certaine et à la beauté plastique assez saisissante.

Image de « Rogue One de Gareth Edwards »

Rogue One était annoncé comme un désastre ? C'était mal connaître Gareth Edwards, qui nous offre ni plus ni moins que le meilleur épisode de Star Wars depuis L'Empire contre-attaque. Attention, cet article peut contenir de très légers spoilers, tous déjà inclus dans les synopsis et bandes-annonces dévoilées depuis des mois par Disney et Lucasfilm.

Image de « L'Art de la Hammer de Marcus Hearn »

Novembre 2016, ou le mois de la Hammer chez Akileos qui a sorti coup sur coup pas moins de trois objets indispensables pour les fans (nombreux) du mythique studio anglais. Une réédition augmentée de l'incontournable L'Antre de la Hammer tout d'abord, un magnifique vinyle en édition limitée avec un best of des thèmes iconiques et le présent L'Art de la Hammer, art book non exhaustif des plus belles affiches de la firme.

Image de « La Colline a des yeux de Wes Craven en copie 4K »

Malgré un remake particulièrement réussi signé Alexandre Aja, La Colline a des yeux n'a pas été oublié. Ressortie évènement pour un incontournable du cinéma d'horreur moderne, avec une copie 4K digne de son 40ème anniversaire. Mais que l'on se rassure, malgré la restauration, le film est toujours aussi crade.

Image de « La Colline a des yeux 2 de Wes Craven »

Alors que l'excellent remake d'Alexandre Aja a dû se farcir avec violence une sequelle particulièrement gratuite et terriblement Z, on oublie souvent que le classique avait lui aussi subit la dure loi des séries avec un La Colline a des yeux 2 de très tristes mémoires... Et pourtant c'était bel et bien le même Wes Craven qui était officiellement aux commandes.

Image de « Tu ne tueras point de Mel Gibson »

Dix ans. Dix interminables années que l'on attendait le retour derrière la caméra de Mel Gibson après le chef d'œuvre trop souvent oublié Apocalypto. Incroyablement riche tant il offre des visionnages quasi-illimités, le nouveau bijou en date du controversé réalisateur de La Passion du Christ et Braveheart rappelle à la concurrence à quel point l'acteur-réalisateur maîtrise son sujet lorsqu'il offre au monde le fruit de ses années de labeur.

Image de « Une Vie entre deux océans de Derek Cianfrance »

Nous avions quelque peu perdu de vue le sympathique Derek Cianfrance, cinéaste inspiré de Blue Valentine et The Place Beyond the Pines. Il revient là où l'on ne l'attendait pas avec ce mélodrame classique produit par les studios Dreamworks et adapté du best-seller éponyme de M.L. Stedman. Surprenant de la part d'un jeune réal' issu du circuit indépendant, habitué des scénarii sophistiqués et des personnages en marge.

Image de « Poesia sin fin d'Alejandro Jodorowsky »

Quelque trois ans après La Danza de la Realidad, l'immense Alejandro Jodorowsky est venu présenter en avant-première à l'Étrange Festival, auquel il est intimement lié depuis des années, le second volet de sa trilogie autobiographique, Poésie sans fin. Au programme, la fin de l'adolescence et le passage à l'âge adulte, dans un récit dense et fourmillant de détails et d'interprétations.

Image de « L'étrange Festival 2016 : Bat Cat »

En dehors du cinéma d'auteur (parfois récompensé à l'international, Palme d'Or pour Yilmaz Güney en 1982), le cinéma populaire du pays au croissant est encore méconnu dans nos contrées. Bad Cat, du duo Mehmet Kurtulus et Ayse Ünal, passe par le chemin détourné du film d'animation pour changer la donne.

Image de « Showgirls de Paul Verhoeven »

Remercions Pathé de redonner sa chance en salles à l'un des longs-métrages les plus importants des années 90... mais aussi l'un des plus injustement décriés de l'histoire. Bide retentissant lors de sa sortie et désastre critique d'une magnitude spectaculaire, Showgirls avait été victime d'une hypocrisie collective absolument monstrueuse, aggravée par des ventes de VHS stellaires...

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009