ENTRETIEN AVEC JéRéMIE DAMOISEAU, POUR PUNISHER L’HISTOIRE SECRèTE
Image de « Entretien avec Jérémie Damoiseau, pour Punisher L’Histoire secrète »
portoflio
Partagez sur : s_cinema
Le Journal intime de Frank Castle

Il était impossible de prévoir en 1989 que dans un futur proche le Punisher de Mark Goldblatt serait réhabilité et deviendrait même un film culte pour de nombreux amateurs de séries B efficaces et atypiques. Un grand précurseur de la futur vague de films de super-héros Marvel, mais marqué par l'arrivé des 90's, par le film noir Hard Boiled et le thriller 70's, qui, après une miraculeuse édition Bluray en début d'année chez The Ecstasy of Films, nous revient sous la forme d'un livre. Un ouvrage making of ultra-complet, passionné, gavé d'anecdotes et d'analyses, qui retrace pas à pas la naissance de ce qui aurait dû être l'un des vrais évènements cinématographiques de l'époque. Un rendez-vous manqué pour la carrière de Dolph Lundgren malheureusement, mais que Jérémie Damoiseau, grand fan et collaborateur de la star (en particulier sur le Commando Elite de 2009), transforme en un essai particulièrement réussi sur ses coulisses. Rencontre avec l'auteur de Punisher : L'Histoire secrète.

Logiquement les livres sur le cinéma tournent autour de grands classiques, de cinéaste réputés, de genres classieux.... Et toi du écris un livre sur Punisher... C'était osé tout de même non ?
Haha, oui mais il y a aussi des livres sur des films et des cinéastes moins "classiques"... Parler sérieusement de films qui ne sont pas forcément pris au sérieux peut être tout aussi intéressant.
Ma cinéphilie est très éclectique mais je me suis toujours intéressé à la filmographie de Dolph Lundgren et je travaille sur ses films depuis pas mal d'années. Punisher aurait juste dû être un chapitre et je n'avais pas prévu d'en faire un livre entier, c'est venu d'un concours de circonstances.

Mais d'une certaine façon Punisher n'a pas été tout a fait officialisé dans la gamme des films cultes. Peux-tu expliquer ta fascination pour ce film ?
On voit quand même sur internet un certain culte pour le film même si ça a mis du temps, et la réception du Blu-ray en est la preuve. Me concernant, j'ai vu le film en salles à 10 ans et demi et son côté atypique, la fin notamment, m'ont beaucoup marqué à l'époque...

Aussi sans doute parce que ça aurait dû être le grand succès de la carrière de Dolph Lundgren, non ?
En effet, le film était attendu pour Dolph comme un film qui aurait pu le mettre sur le devant de la scène, un peu comme Arnold avec le Terminator. Mais ça n'a pas été le cas et certains aspects du film n'ont peut-être pas été bien compris à l'époque.

C'était à une époque où les films de super-héros étaient encore loin d'être le phénomène d'aujourd'hui. Superman, Batman, Howard the Duck et c'est tout. Le film était en avance sur son temps d'après toi ?
Je ne sais pas si le film était en avance sur son temps, cette idée est assez récente, mais c'est sûr qu'il était en décalage, d'un côté un angle rétro façon exploitation des années 70 avec des influences diverses, un look assez sombre, et puis un film d'action avec un antihéros pas tout à fait en phase avec ceux de l'époque plus positifs, héroïques ou patriotiques. Je pense que ça explique aussi le demi-échec du film auprès du public, tout comme la figure de Dolph qui n'excitait pas les foules comme Jean-Claude Van Damme par exemple.

Le personnage est revenu sur le devant de la scène depuis ce premier long métrage. Bon il y a eu les deux autres adaptations cinéma, mais aussi une apparition remarquée et assez réussie dans la série Daredevil. Mais d'après toi, pourquoi Lundgren reste le plus crédible dans ce rôle ?
Bonne question. Le contexte des deux autres films et de la série est très différente. Le mode de développement et de production aussi. Il faut rappeler que le scénariste Boaz Yakin a amené le projet au studio et non l'inverse et c'était un "fan-film" écrit avec beaucoup de liberté en ce sens. Le producteur Robert Kamen et le réalisateur Mark Goldblatt n'étaient peut-être pas des fans du personnage de la première heure mais ils étaient fermes sur le fait de rendre le personnage crédible et tourmenté tout en évitant à tout prix un côté kitsch que pouvait représenter une adaptation de bande-dessiné à l'époque. Dolph s'est également énormément investi dans le rôle, comme une porte d'entrée pour jouer des rôles plus complexes, ce qui a dû renforcer le côté névrosé du personnage à l'écran. Le film de 2004 avec Thomas Jane a essayé de séduire les fans mais n'était pas si fidèle au comic et le film était correct mais très lisse en comparaison.

Tu explique dans ton livre qu'au départ ce texte devait constituer un simple livret pour une sortie DVD. Pour quel éditeur c'était et quel a été le déclencheur qui t'a fait passer au livre complet ?
C'était pour l'édition française sortie cette année. C'est le fait que le livret que j'avais écrit n'a finalement pas vu le jour, que j'avais déjà les 2/3 d'un livret entre les mains et beaucoup de choses à dire sur le sujet qui m'ont fait finaliser le projet en livre. Le livre est une version longue du livret que j'avais écrit, 30 pages en A4 qui représentait en fait une soixantaine de pages format A5 ! Je ne m'étais pas rendu compte du nombre de questions ou d'idées reçues à soulever sur le film, sans compter des anecdotes plutôt croustillantes.

La somme d'informations que tu as réussis à regrouper est très impressionnante. Surtout pour un film oublié pendant des années. Quelles ont été tes sources principales ?
D'une part ça fait des années que je fais des recherches et que j'ai conservé une tonne de magazine français et américains sur le film (mis en avant à l'époque), et d'autre part j'ai interviewé au total 25 personnes impliquées de près ou de loin sur le film et le comic, du réalisateur à l'attaché de presse français en passant par des rédacteurs en chef de chez Marvel... Parfois c'étaient des questions/réponses par email, mais assez souvent les interviews étaient par téléphone ou skype et duraient facilement une heure ou plus...

Tu es proche de Dolph Lundgren. Qu'a-t-il pensé de ce travail ? Quelle a été sa participation concrète ?
Il était très enthousiaste du projet, il n'a pas encore vu le livre fini du fait de ses déplacements récents mais j'attends sa réaction d'un jour à l'autre ! On a bien discuté du film et de son expérience qui est loin derrière maintenant, mais Dolph est quelqu'un qui s'ouvre quand on lui pose les bonnes questions et qu'il se sent en confiance.
Je n'ai pas voulu trop le déranger sur cette édition mais je prépare une version en anglais sur laquelle j'espère pouvoir faire plus et inclure une partie des interviews...

Oui d'ailleurs c'est un peu injuste pour les lecteurs français. Elle serait même en couleur ! C'est parce que tu as trouvé un vrai éditeur aux USA ?
Rien n'est encore décidé au niveau de l'édition, je travaille d'abord sur la traduction et l'adaptation. Ce qui ne m'empêchera pas d'augmenter la version française ! En fait j'ai très vite failli avoir un éditeur en France et j'ai dû corriger et finaliser le texte une première fois très vite. Si j'avais su que j'allais devoir passer en autoédition à la demande et passer encore de longs mois dessus j'aurais tout de suite rajouté les propos des interviews.

Le livre va donc encore muter. Cela dépend aussi j'imagine des ventes de la 1ère édition...
On verra, enfin ce n'est pas pour les ventes qu'on se lance dans ce genre de projet mais pour l'instant ça a l'air de démarrer plutôt bien.

Un dernier mot ?
J'espère surtout que les lecteurs apprécieront le contenu du livre, dans lequel j'ai essayé de retranscrire l'esprit des livres de tournage et autres making of tels que je les apprécie, et je pense qu'en ce sens il peut se lire agréablement même si l'on ne connaît pas bien ou que l'on apprécie pas forcément le film. Pour revenir au début de l'interview, lancer des réflexions sur un cinéma regardé de haut, au-delà du "fan service" ou d'une majorité d'articles qu'on voit sur internet, est à mon avis important aujourd'hui...

Nathanaël Bouton-Drouard

© Fabrice Caudron



















Partagez sur :
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018