ANOTHER EARTH
Etats-Unis - 2011
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Another Earth »
Réalisateur : Mike Cahill
Musique : Fall On Your Sword
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais et français DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français, anglais…
Durée : 92 minutes
Distributeur : Fox Pathé Europa Home Entertainment
Date de sortie : 25 avril 2012
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Another Earth »
portoflio
site officiel
LE PITCH
En rentrant de soirée, Rhoda Williams tue accidentellement une mère et son fils et laisse le père de famille, John Burroughs, dans un coma profond. A sa sortie de prison, elle tente de s’immiscer dans la vie de John, à titre de femme de ménage, dans l’espoir d’implorer son pardon. Au même moment, une autre planète semblable en tous points à la Terre est découverte…
Partagez sur :

 

ici et ailleurs

Petite production distribuée par Fox Searlight, imaginée et dirigée par une équipe de (quasi) débutants, Another Earth avait tout sur le papier du sous-Tarkovski gonflant, d'une SF intellectualisée à l'extrême. Pourtant, tout ici est question de délicatesse.

 

Avec Melancholia, Lars Von Triers abordait la découverte de l'autre monde, de la fatalité scientifique (en gros la fin du monde), comme une fatalité destructrice et terriblement... mélancolique. Jeune réalisateur inconnu, Mike Cahill l'aborde lui comme la promesse d'un ailleurs, d'une reconstruction possible. Un double de la terre apparaît dans le ciel, et l'humanité se met à rêver de sa rencontre avec son autre « moi », avec le possible effacement des actes manqués, avec un autre destin. Œuvre foncièrement poétique, où les seules traces de science-fiction sont reléguées dans un arrière-plan télévisé et un contexte philosophique tout juste caressé, Another Earth préfère une poésie planante, une contemplation éthérée dont la plus belle image reste cette Terre-2 (les fans de DC Comics apprécieront), qui prend de plus en plus de place dans le ciel bleu et écrase de sa beauté l'horizon et la Lune. Venu du documentaire, Mike Cahill (le très beau Boxers and Ballerinas) se retrouve piégé régulièrement dans ses automatismes un poil arty (école Sundance), avec de très gros plans qui appuient le désespoir, un montage trop signifiant ou des zooms trop rapides.

 

mirroir brisé

Mais il faut lui reconnaître un talent extraordinaire pour composer des images d'un équilibre parfait, mettre en place des cadres sensibles et élégants, que vient souligner une photographie lumineuse et chaude qui rappelle avec modernité le travail de Vermeer. Avec modernité car, tourné avec une caméra numérique de moyen calibre, le film explore constamment les potentialités du format, jouant avec les variations de vitesse, les baisses de définition ou l'impact de la lumière sur la poussière pour ajouter à la beauté de l'entreprise. Souvent bien vu, parfois enthousiasmant (en particulier lorsque les musiques du groupe Fall On Your Sword viennent s'emparer du tempo), Another Earth est une découverte étonnante qui pratique un cinéma sans doute très intellectualisé, mais où nait admirablement un drame intimiste entre deux être brisés par un même drame, qui vont, sans le savoir, se porter, se soigner, se permettre de reprendre leurs chemin. Et cette réussite est aussi à mettre clairement au crédit d'un très juste William Mapother (Lost), et surtout de la fragilité naturelle de l'inconnue Brit Marling (coscénariste du film) dont l'interprétation d'une rare délicatesse, ainsi que son attitude brisée, frappent irrémédiablement le spectateur. Une autre jolie découverte.

Nathanaël Bouton-Drouard






 

 

Partagez sur :

 

 

Image :
Petit budget shooté avec une caméra digitale 720p, Another Earth est transféré ici sur une copie HD 1080p. La différence de ratio est évidente est entraîne une sensation neigeuse quasiment constante, quelques effets d'aliasing et des pertes de définition lors de certains mouvements trop rapides. Mais difficile d'imaginer pouvoir trouver meilleure copie pour ce long-métrage qui finalement sait utiliser sa nature numérique dans son esthétique. Du coup le moindre défaut participe à la photographie spécifique du projet et l'éditeur fournit ici un travail idéal poussant les contrastes, soulignant des noirs homogènes et jouant habillement avec la lumière. Très joli à l'arrivée.

 

Son :
Ni austère, ni fainéant, le mixage DTS-HD Master Audio 5.1 n'en reste pas moins concentré sur les canaux avant et les dialogues. Très peu de travail sur les ambiances, souvent tout juste audibles dans le lointain, mais la spatialisation de l'ensemble sait parfaitement porter les musiques de Fall On Your Sword, qui trouvent une limpidité à toute épreuve.

 

Interactivité :
Déjà pas forcément des plus chargées, la section bonus d'Another Earth a perdu en cours de route les trois featurette produites pour la chaîne Fox Movie. Pas très grave, mais le manque de profondeur et de longueur de l'interview du réalisateur et de son actrice, ou le détour vers les quelques petits détails scientifiques paraissent dès lors bien pauvre. La section des scènes coupées est, quant à elle, bien plus conséquente, permettant de découvrir quelques jolies scènes intimistes supplémentaires ou une visualisation (pour le coup crédible) des effets de la gravité des deux Terres l'une sur l'autre.


Liste des bonus : Scènes inédites (9'), La science au service du film (3'), Réaliser ce film (2'), Clip vidéo (3'), Bande-annonce.

 

 

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009