CRO MAN
Early Man - Royaume-Uni - 2018
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Cro Man »
Réalisateur : Nick Park
Image : 1.77 16/9 Compatible 4/3
Son : Anglais et Français DTS HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 89 minutes
Distributeur : Studio Canal
Date de sortie : 12 juin 2018
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Cro Man »
portoflio
LE PITCH
Préhistoire, quand dinosaures et mammouths parcouraient encore la Terre. L’histoire de Doug, un homme des cavernes et de sa tribu, qui s’unissent pour combattre un puissant ennemi.
Partagez sur :
olive et doug

Alors que le cinéma d'animation (et surtout ses plus grands succès) n'a jamais autant rimé avec Disney et Pixar, quelques autres forcément moins connus mais au faits d'armes exceptionnels continuent de lutter contre vents et marées. C'est le cas du studio anglais Aardman, célèbre pour sa technique du stop-motion et ses personnages en pâte à modeler (dont les inoubliables Wallace et Gromit). Dirigé une nouvelle fois par leur créateur, détenteur de quatre oscars, le dernier film du studio propose cette fois un voyage en pleine préhistoire, prétexte à tous les délires. Enfin, sur le papier...

La préhistoire a ses codes. Et l'introduction de Cro Man n'y coupe pas : après le crash d'un énorme météore, les dinosaures sont rayés de la carte. C'est à peu près tout. Car à partir de là, toute l'histoire du film part méchamment en vrille : le cœur du caillou galactique, réduit à une boule incandescente pas plus grosse qu'une tête, devient un objet que les quelques cromagnons encore en vie se passent en courant avec le pied. Le football vient de naître. Plusieurs âges plus tard, nous explique une didascalie, le lieu du crash est devenue une forêt luxuriante où vit paisiblement une tribu qui a tout oublié du jeu créé par ses ancêtres. Bientôt attaquée par un envahisseur maîtrisant le fer, la tribu, menée par Doug, un jeune cromagnon malin et courageux, va devoir la défier au football pour conserver ses terres et récupérer l'héritage de ses ancêtres.

 

le fou du stade


Vous l'aurez compris, le thème de Cro Man, dédié tout entier au football, prive le film et ses spectateurs du nombre incalculable de scénarios tordus et inventifs dont Aardman et Nick Park ont su se rendre complices depuis la naissance de Wallace et Gromit.
La préhistoire aurait pu être une sacrée aire de jeu mais non, le mélange d'univers constitués d'âge de fer, de bronze et de moyen âge amène irrémédiablement ses personnages vers un climax constitué principalement d'un carré de pelouse verte sur lequel ils vont s'affronter, un ballon aux pieds. Et (et c'est là le pire) avec si peu d'inventivité et d'humour (on ne rit jamais !) qu'on en vient à se demander rapidement ce qui a pu pousser Nick Park (si ce n'est l'amour du foot, finalement) à mettre en chantier un tel projet. Alors oui, certes, il faut admettre que la technique de la stop-motion fonctionne toujours du feu de dieu et que le design de ces petits personnages et du monde dans lequel ils s'agitent est tout à fait crédible à l'écran. Mais cela ne fait pas un film.

Alors que les images de synthèse trustent de plus en plus l'animation, il est dommage de voir qu'Aardman, avec une technique solide (mais vouée à de moins en moins de visibilité) et un tel passif, se plante aussi sévèrement. Souhaitons que cela ne soit qu'un mauvais tacle et que le studio, avec la suite de Shaun le Mouton, retrouve son humour et son imagination.

Laurent Valentin






Partagez sur :
 

Image :
Le support rend sans aucun doute justice au travail pharaonique de l'équipe technique sur les couleurs, très variées et contrastées. Fourmillant de détails, l'image donne aussi corps et relief aux matières utilisées pour constituer cet univers miniature, aidée par un traitement numérique qui sait se faire discret pour en conserver son côté organique et sa patine.

 


Son :
Très vivant, l'univers sonore du film, qu'il soit constitué de la musique de Harry Gregson-Williams ou bien d'un nombre incalculable de cris de toutes sortes, donne du travail aux enceintes et participe, pour le meilleur, à l'immersion dans son univers. L

 


Interactivité :

Quatre featurettes d'un peu moins de 10 minutes reviennent sur le travail titanesque de l'équipe technique. De l'idée de départ de Nick Park, qui ne prévoyait de ne mettre en scène que l'âge de pierre, à celle qui introduit l'âge de bronze et donne matière aux sculpteurs et animateurs, à la création des personnages, des décors, à l'animation elle-même... Tout converge pour faire prendre conscience de la somme de travail gigantesque qu'un tel projet sous-entend et du nombre de talents qu'elle demande. Chacun des artisans entourant Park étant essentiel dans l'entreprise et le secondant tout logiquement dans toutes ses créations depuis de nombreuses années.
Deux featurettes reviennent ensuite sur le travail du doublage. Une consacrée aux doubleurs de la version originale (Eddie Redmayne, Maisie Williams et Tom Hiddleston) et une autre à la version française (Pierre Niney). Clairement, les acteurs s'amusent comme des gosses et s'émerveillent du travail des sculpteurs et des animateurs. Un commentaire audio de Nick Park et du monteur Sim Evan-Jones ferme la marche.

Liste des bonus : Commentaire audio de Nick Park et Sim Evan-Jones, Pierre Niney est la voix de Cro Man (1'25), La naissance de Cro Man (7'47), Les dessous de Cro Man (7'40), Le Match de l'année (2'48), L'Age de bronze au coeur de la vallée (7'07), Les secrets de fabrication (7'25).

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2019