LA DAME DE SHANGHAI
The Lady from Shanghai - Etats-Unis - 1947
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « La Dame de Shanghai »
Réalisateur : Orson Welles
Musique : Heinz Roemheld
Image : 1.33 4/3
Son : Anglais et français DTS HD Master Audio mono
Sous-titre : Français
Durée : 88 minutes
Distributeur : Carlotta
Date de sortie : 14 novembre 2018
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « La Dame de Shanghai »
portoflio
LE PITCH
À Central Park, un marin nommé Michael O’Hara vole au secours d’une mystérieuse jeune femme. Il s’agit d’Elsa Bannister, l’épouse d’un riche et célèbre avocat. Pour le remercier, celle-ci lui propose de les accompagner pour une croisière dans les Caraïbes. D’abord réticent, Michael finit par accepter. Son attirance pour Elsa ne va cesser de croître, sous les yeux du mari et de son sinistre associé George Grisby. Aveuglé par son amour, le marin va bientôt se retrouver e...
Partagez sur :
La fosse aux requins

Enième sujet de brouille entre le cinéaste Orson Welles et ses contemporains, et en particulier une alliance aveugle entre la grande critique américaine et la mainmise des studios, La Dame de Shanghai fait partie de ces œuvres abimées, remaniés à son corps défendant, et qui aura mis de nombreuses années avant d'apparaitre comme le grand classique qu'il est, précurseur et hors-norme.

Avec le cinéma d'Orson Welles, c'est un peu toujours la même histoire. Celle d'un cinéaste à la vision artistique incompatible avec les questions financières des grands studios, voir tout simplement avec la notion d'industrie. Le cauchemar débuta dès son second long métrage, La Splendeur des Amberson entièrement remonté dans son dos, et cette ingérence se reproduira inlassablement autant en coupant d'emblé le cordon de la bourse ou en obligeant des révisions drastiques. A ce titre La Dame de Shanghai fait figure d'œuvre sacrifiée, projet de toute façon mis en branle pour couvrir d'énormes dettes personnelles, adaptation assez libre d'un polar populaire de l'époque que la Columbia imagine comme un nouveau véhicule à la gloire de leur star : Rita Hayworth. L'héroïne de Gilda, alors en plein divorce avec le metteur en scène. Une situation initiale tendue on l'imagine à laquelle va s'ajouter un tournage malchanceux (une crise cardiaque en ouverture, des membres de l'équipe qui tombent malade comme des mouches... ) et surtout un angle d'auteur qui s'oppose de plus en plus avec celui, commercial, du grand patron qui ne goûte ni le changement de look de l'actrice en blonde (elle n'a pourtant jamais été aussi belle), ni son rôle de femme fatale peu sympathique ou plus largement des recherches esthétiques très loin de la méthode hollywoodienne et sa forme calibrée. Scénariste, producteur, réalisateur, premier rôle et passablement aussi bien directeur photo que monteur, l'exigeant Orson Welles irrite et le premier montage du film décontenance les pontes de la Columbia. La messe est dite.

 

Image troublée


Le film repart en tournage pour ajouter des gros plans supplémentaires plus glamours et une séquence chantée charmante mais inutile, la bande sonore aux percussions latines est remplacée par des compositions mélodramatiques signées par un « technicien » maison et le montage globale passe de 140 minutes environs aux 88 d'aujourd'hui... Soit une heure de définitivement disparue, qui rend la trame caduque, souvent chaotique, obligeant Welles à apposer une voix of pour narrer les éléments manquants ! Une cicatrice profonde mais où, malgré ce massacre en règle, persiste coûte que coûte le génie absolu de l'auteur de Citizen Kane. On ne saura jamais vraiment à quoi aurait du ressembler La Dame de Shanghai par un Orson Welles en pleine possession de ses moyens, mais on ne peut qu'être fasciné aujourd'hui par ce film noir avant l'heure (avant l'effet de mode en somme) qui déjà en détourne les codes et en délivre une certaine quintessence violente, désarmante. Loin du cadre refermé voir étouffant, on en tout cas unique d'une ville présenté comme un protagoniste fondamentale, Welles embarque son récit policier vers les rives du cinéma d'aventure profitant d'une croisière dans le pacifique pour tisser autour de son héros sacrifié, Michael O'Hara, un piège inextricable, personnifié par une créature sensuelle dont il semble être le seul à ne pas percevoir la vraie nature.

 

A touch of evil


Des décors extérieurs, là où beaucoup d'autres auraient préféré le confort des studios, qu'il film presque à la manière d'un documentaire, inscrivant des rues mexicaines ou le véritable arrière plan d'un Chinatown inédit alors (avec des vrais chinois !) d'une contenance sociale esquissée mais présente, dont le spectateur a la confirmation dans le récit froid que O'Hara fera à l'occasion d'un piquenique en forme de caprice bourgeois : celui d'une partie de pèche s'achevant par une horde de requins s'entre-dévorant. Pas de mystères, ces créatures voraces qui s'écharpent pour quelques bouchées de viande ne sont qu'une évocation symbolique de la troupe de personnages obsédés par le pouvoir de l'argent, et par extension de la vénalité de la société américaine que le cinéaste n'a jamais cessé de critiquer. De cette métaphore qui reviendra avec majesté dans de très célèbres retrouvailles dans un aquarium (presque) déserté où les élans romantiques sont réduits à néant, La Dame de Shanghai en garde une sensation de rêve éveillé, de cauchemars opaque, culminant bien entendu dans la mémorable séquences finale dans la funhouse d'un parc d'attraction. Un pur moment d'expérimentation formelle, sublime, expérimental, surréaliste, qui avec sa salle aux miroirs qui semblent se refléter à l'infini, déconstruit définitivement le complot du scénario alors que le couple vénal s'autodétruit en voulant s'entre-tuer. Souvent copié, jamais égalé... et même de loin.

Nathanaël Bouton-Drouard








LA DAME DE SHANGHAI © 1948, RENOUVELÉ 1975 COLUMBIA PICTURES INDUSTRIES, INC. Tous droits réservés.
Partagez sur :
 

Image :
Nouvelle restauration miraculeuse pour un film d'Orson Welles avec cette fois ci un scan 4K du négatif original restauré par les bons soins de Sony / Columbia. Carlotta hérite directement de ce travail, délivrant le même master d'une propreté étonnante, extrêmement puissant dans ses contrastes (les noirs sont impérieux), constamment précis dans sa restitution et certainement sublime dans son grain argentique et dans la profondeur des cadres et leurs détails. Même les alternances de flous artistiques et de superpositions n'entament la beauté de l'objet. Un travail d'orfèvre ou seul une séquence - un dialogue en bord de mer - semble avoir déjoué les efforts des techniciens en affichant un grain neigeux et des effets grisâtres. Un mince prix à payer.

 


Son :
Entre les remontages intempestifs, la voix off ajoutée, les dialogues pré et post synchronisés, une musique parfois envahissante et des effets sonores atténués par la production, rendre toute sa superbe au mono d'origine n'était pas aisée, voir impossible. Pas de miracle, mais un effort louable, avec une clarté inédite, quelques balances bien amenées et un confort indéniable. C'est déjà ça.

 


Interactivité :
Après le superbe objet consacré à Alfred Hitchcock il paraissait tout à fait logique que le cinéma d'Orson Welles (déjà largement célébré chez Carlotta) finisse par rejoindre la collection luxueuse des Coffret Ultra Collector de l'éditeur. C'est donc chose fait avec La Dame de Shanghai qui se prête parfaitement à ce type de package aussi classe que chargé en informations. C'est que le tournage autant que la production, la postproduction et la distribution du film sont la source d'évènements, d'anecdotes et de légendes, dont on retrouve inévitablement des traces dans les trois entretiens vidéos compilés sur le disque. L'ami et collaborateur de longue date Peter Bogdanovich, l'excellent acteur anglais Simon Callow (Quatre mariages et un enterrement) ou le poulain Henry Jaglom qui lui offrit ses derniers rôles à l'écran, racontent à leur manière le tournage du film. Les informations se recoupent bien entendu, mais parfois se contredisent aussi, en particulier sur les origines du script ou la relation entre Welles et son ex-femme. Tout cela est bien subjectif comme viennent le rappeler certains des segments du très bon ouvrage de 160 pages entre making of conté, photos d'archives, critiques d'époque, témoignage du coproducteur William Castle (célèbre auteur de film d'horreur) et analyses personnelles de Frank Laffond, Dominique Antoine, Nicolas Saada ou Darius Khondji. Le célèbre chef opérateur délivre d'ailleurs l'entretien le plus réussi en se basant justement sur son imparable point de vue technique pour souligner les juxtapositions stylistiques et les marques définitives du cinéma de Welles. Un objet à la hauteur.

Liste des bonus : Bluray + DVD + Livre inédit de 160 pages, La Dame de Shanghai : conversation avec Peter Bogdanovich (21'), Simon Callow à propos de La Dame de Shanghai (21'), Henry Jaglom en tête à tête avec Orson Welles (24'), Bande annonce.

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018