ASH VS. EVIL DEAD SAISON 3
Etats-Unis - 2018
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Ash Vs. Evil Dead saison 3  »
Musique : Joseph LoDuca
Image : 1.77 16/9 Compatible 4/3
Son : Anglais Dolby True HD 7.1, français DTS HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 300 minutes
Distributeur : Fox Pathé Europa
Date de sortie : 7 novembre 2018
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Ash Vs. Evil Dead saison 3  »
portoflio
LE PITCH
De tueur sans pitié devenu légende urbaine, Ash s'est transformé en héros local pourfendeur de démons et sauveur de l'humanité. Désormais patron d'un supermarché il découvre qu'il a une fille cachée, Brandy.
Partagez sur :
dead by dawn

En début d'année le couperet est tombé : faute d'audience suffisante Ash Vs Evil Dead s'achève au bout de trois saisons. Peu de chance de voir le programme revenir chez un autre fournisseur (Netflix au hasard) puisque dans la foulée Bruce Campbell annonçait ranger définitivement la tronçonneuse. Voici donc le baroud d'honneur d'un héros hors du commun qui charcle du deadite depuis plus de 35 ans !

D'ailleurs, il serait malvenu de s'en prendre à Starz qui certes a mis fin à l'aventure mais a avant tout permis à la saga Evil Dead de s'offrir un retour inespéré sous la forme d'une série tv qui n'aura jamais renié ses origines... loin de là. Gore et tripailles en veux-tu en voilà, démons à tous les étages, nudité transgressive, humour potache voir scabreux, bodycount hors concours... Même la mise en scène, réimprimée sur la rétine par un pilote signé Sam Raimi en personne et digne d'un Evil Dead 4, n'a aucun équivalent à la télévision autant par sa frontalité couillue que par ses mouvements et ses effets toujours aussi virevoltants. Bref. Du Evil Dead pur et dur faisant suite dans son second degré et une personnalisation très cartoon de l'homme à la chemise bleue, à la veine du troisième L'Armée des morts. La question était alors de savoir si la troisième saison pousserait encore plus violemment dans la direction du 28ème degré et d'une inoubliable tête dans le cul, ou perdrait le feu sacré... Surtout que la perspective de rencontrer la fille illégitime du personnage n'était pas forcément très excitante.

 

Magical Boomstick


Pourtant, si cette astuce de scénariste semble quelque-peu éculée (surtout après l'apparition du paternel dans la seconde saison), elle permet d'amorcer une maturation nécessaire à la fois de cet inconscient éternel qu'est Ash et de la série. Cette dernière ne perd bien entendu jamais de vue ses contours de pantalonnade outrée (l'affrontement dans la banque du sperme est... salée) et sa revue de massacres d'adolescents crétins, mais embraille progressivement et surement vers des qualités presque plus adultes. Etonnant en effet de voir Ash Vs. Evil Dead s'attarder véritablement sur les liens qui existent entre la petite troupe soudée de combattants du mal et y insuffler une dramatisation jusque-là inédite plus à même de faire glisser les épisodes vers une méchanceté considérable. Augmentation des enjeux désormais planétaires (oui, oui !), meurtres d'innocents sans une once d'humour et disparitions drastiques de personnages récurrents, la troisième saison se dote d'un vrai suspens, d'un final incroyablement épique (démon géant contre tank, ma bonne mère !) et d'une noirceur omniprésente. Comme si en partant d'une suite directe d'Army of Darkness, le show faisait un voyage à contre-sens en se rapprochant de plus en plus de la teneur moins roublarde du tout premier film. Culotté cela va sans dire, mais clairement maitrisé jusque dans l'installation d'une Brandy (fille de) véritable outil comique dans ses premiers instants, mais qui par un chemin de croix personnel qui rappelle, non sans ironie, la trajectoire casse-gueule de papounet, finit par emporter les suffrages. Une série toujours aussi consciente de faire partie d'une véritable institution bis, d'une tradition de l'irrévérence et des prises de risques, réussissant à transformer sa disparition abrupte en un épilogue magistral, coup de coude immanquable à une fin alternative que seuls les « vrais » connaissent. So long Ashy Slashy !

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :
 

Image :
Une fois encore la série se dote de masters HD qui se hissent largement vers le haut du panier des séries TV en Bluray. Les couleurs sont bien musclées, les noirs tiennent largement la route, les effets spéciaux, même numériques, s'y intègrent à la perfection, le tout dans un écrin à la définition inattaquable auréolé d'un léger bruit numérique très agréable.

 


Son :
Un gros morceau que ce mix Dolby True HD 7.1 qui dote la série d'une amplitude assez hallucinante, ultra dynamique, méchamment joueuse sur les ambiances, toujours prompte à appuyer les atours ludique d'épisodes aussi rigolards qu'habités. Rare sont les programme tv a aussi bien intégrer la spatialisation sonores dans leur dispositif initial.

 


Interactivité :
Relativement déséquilibrée, la section bonus de cette dernière saison se montre particulièrement généreuse en ce qui concerne les commentaires audio qui viennent agrémenter l'intégralité des épisodes avec des participations alternant entre les réalisateurs, les auteurs, les acteurs ou les producteurs avec des résultats et des intérêts forcément inégaux mais jamais soporifiques. Sympas donc. Plus en tout cas que le programme vidéo qui se contente d'une bande annonce de la saison suivie du désormais habituel « Dans le monde de Ash vs Evil Dead » et ses featurettes rachitiques et clairement promotionnelles. Un vrai documentaire en guise d'adieux aurait été apprécié.

Liste des bonus : Commentaires audio, Dans le monde de Ash vs Evil Dead, Aperçu de la saison.

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018