SKYSCRAPER
Etats-Unis - 2018
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Skyscraper »
Genre : Action
Réalisateur : Rawson Marshall Thurber
Musique : Steve Jablonsky
Image : 2.35 16/9
Son : Anglais Dolby Atmos 7.4.1, Français Dolby trueHD 7.1
Sous-titre : Français
Durée : 102 minutes
Distributeur : Universal
Date de sortie : 14 novembre 2018
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Skyscraper »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Ancien chef de commando, Will Sawyer est désormais responsable de la sécurité d’un gratte-ciel high-tech de Hong-Kong. Accusé d’avoir déclenché un incendie dans la tour il fera tout pour sauver sa famille des flammes et des terroristes.
Partagez sur :
cap'tain Jambe de bois

Quel projet alléchant. Voir l'action-star sympathique Dwayne « the rock » Johnson s'attaquer à un cross-over à mi chemin entre le premier Die Hard et le mythique La Tour infernale, le tout avec budget plus que confortable avec la technique d'aujourd'hui, de quoi passer une soirée mouvementée et décomplexée, mais...non.

Inconnu du grand public, Rawson Marshall Thurber est le réalistaeur-scénariste d'un film aussi mémorable que Dodgeball qui voyait deux équipes s'affronter dans des matchs de balles aux prisonniers. Enorme succès à l'époque, le réalisateur persévère dans la comédie potache jusqu'à sa rencontre avec l'acteur Dwayne Johnson sur Agents Presque célèbres. L'alchimie ayant plutôt bien fonctionné entre eux, ils renouvellent leur experience en se lançant dans ce qui se veut comme l'actioner de l'été : Skyscaper. Comme la mode Bruce Willis est passée mais que sa coupe de cheveux reste d'actualité, l'acteur catcheur semble taillé sur-mesure pour être le nouveau John Mc Clane chargé de sauver sa famille des flammes d'une tour high tech que des terroristes veulent détruire.

 

chatterton, quand tu nous tiens


Si vous pensiez avoir la loose, Will Sawyer, le héros du film est là pour vous rappeler qu'il y a pire que vous. Pas cinq minutes ne se passent sans que la poisse lui pourrisse sa journée. Il est trahi, passé à tabac, pourchassé par la police, traqué par des terroristes, escalade une grue à mains nues, saute de celle-ci pour atterrir dans la tour enflammée voisine qu'il grimpe tel Spiderman à l'aide de chatterton collé aux mains... et j'en passe !
Vous croyez avoir tout vu ? Non car notre pauvre gars fait tout cela avec une jambe en titane qu'il perd une fois ou deux dans le film (mais pas d'inquiétude, à chaque fois il la retrouve). Ceci dit, c'est sans doute la seule bonne idée du film, ou la plus originale. Puisque question caricature, rien ne nous est épargné. Les méchants ont une tête de méchant, le traitre sent le traitre et les pauvres enfants à sauver sont en plus asthmatiques. Quand on vous dit que vous êtes chanceux !
Le scénario est à l'image de sa mise en scène : approximative, le réalisateur filme son action en plans serrés et ce n'est pas avec son montage confus qu'il peut se rattraper. Il nous prouve malgré lui que le nombre de péripéties de son scénario ne fait pas un bon film d'action pour autant et comme le dit si bien l'un de ses personnages : « elle est bizarre cette histoire ». Même si il faut reconnaitre que les dialogues essaient de rivaliser avec les actionners de la belle époque, ceux-ci tombent malheureusement à chaque fois à plat à en devenir gênant. Dommage car il y avait tous les ingrédients pour devenir le parfait divertissement qu'il n'est pas.

Quand l'on pense que le réalisateur livre dans son commentaire audio avoir voulu faire « une déclaration d'amour à Die Hard », on se dit que le mec doit encore être célibataire à s'y prendre comme cela. N'est pas John McTiernan qui veut.

Cédric Lemaire








Partagez sur :
 

Image :
Filmée en 4K HEVC, l'image est percutante comme il est coutume de voir dans ce genre de productions numériques. Les flammes viennent lécher l'écran tandis que le reste assure avec un piquet bien maintenu tout le long du film. Couleurs pétantes, piqué tendu, noirs abyssaux, profondeur de champs omniprésente... du numérique qui dépote et fera plaisir aux adeptes du tunning (c'était gratuit).

 


Son :
Pour un film profitant du Dolby Atmos il faut bien reconnaitre qu'il est assez décevant. Bien que quelques scènes jouent sur la spatialité du son, celui-ci se trouve la plupart du temps plat et sans souffle.

 


Interactivité :
Sympathique commentaire audio du réalisateur heureux de son film, des scènes coupées finalisées qui n'apportent rien de nouveau et les sempiternelles featurettes promotionnelles dispensables... A priori tout le monde est satsifait, excepté le spectateur bien entendu.

Liste des bonus : Scènes coupées 12', scènes version longue 10', Dwayne Johnson : incarner un héros 4', inspiration 4', forces opposées 2', fin d'une amitié 2' enfant en action 2', histoire de l'ananas 1', Commentaire audio du réalisateur

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018