TOUT OU RIEN
Go for broke ! - Etats-Unis - 1951
Image plateforme « DVD »
Image de « Tout ou rien »
Genre : Guerre
Réalisateur : Robert Pirosh
Musique : Alberto Colombo
Image : 1.33 4/3
Son : Anglais 2.0 Mono
Sous-titre : Français
Durée : 87 minutes
Distributeur : Artus Films
Date de sortie : 4 décembre 2018
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Tout ou rien »
portoflio
LE PITCH
Frais émoulu de West Point, le sergent Grayson est affecté au 442ème Corps Franc, une unité composée de « Nisei », engagés volontaires d’origine japono-américaine. Peu motivé par ce commandement, Grayson va progressivement découvrir l’humanité, le courage, l’abnégation de ces hommes prêts à mourir pour défendre le plus beau des idéaux : celui de la liberté.
Partagez sur :
Baptême du feu

Il faut toujours compter sur de petits labels pour nous faire découvrir des œuvres rares ou oubliées. Aussi bien l'un que l'autre, l'éditeur Artus nous propose Tout ou rien film qui apporte sa pierre à l'édifice déjà bien chargé du film de guerre en nous offrant un regard inédit sur le conflit de la seconde guerre mondiale.

Le film s'ouvre sur une déclaration du président américain Franklin Roosevelt qui dans un discours solennel rappelait toutes les valeurs de son pays. L'une d'entre elle, avec son petit goût utopique, évoquait la mixité de l'armée non pas sexuelle mais raciale. Déclaration chevaleresque dans la bouche d'un président mais pas forcement viable sur le terrain. C'est sur ce sujet aussi tendu et tabou pour cette année 1951 que le scénariste de Bastogne et de L'Enfer est pour les héros décida de passer à la réalisation. Mais comment donner de la crédibilité et de la véracité à un tel récit sans que celui-ci ne fasse trop hollywoodien ? Après s'être creusé les méninges la seul solution que trouva l'apprenti réalisateur sera surement la meilleure idée du film : faire jouer les véritables protagonistes de l‘histoire au détriment d'acteur dit professionnels.

 

l'autre guerre


Bien entendu, pour monter un tel projet, les producteurs avaient de quoi se montrer frileux. Histoire de boucler son budget et de rassurer ses financiers, Robert Pirosh s'assurera de la présence de son acteur de Bastogne, Van Johnson, pour le rôle de l'instructeur. Sans être une star, l'acteur avait un bon pedigree de film derrière lui. Interprétant le sergent Grayson, il devra contre son gré entrainer et former des sino-américains pour le 442eme régiment. Forcement il ne verra pas derrière ses soldats des guerriers prêts à défendre le pays mais des japonais qui ont causé l'entrée en guerre des Etats Unis avec Pearl Harbor. Après un entrainement sommaire, ses soldats mal préparés seront expédiés sur le front italien ou de victoires en surprises vont faire des exploits sur les multiples champs de bataille qu'ils côtoieront. Le film n'évite pas les clichés avec cet instructeur antipathique qui finira par prendre cette brigade sous son aile jusqu'à les défendre devant ses collègues haut-gradés qui les humilient par leur brimades. Mais le traumatisme est encore latent dans les esprits. Le pays en 1951 est toujours en reconstruction psychologique et au moment des faits beaucoup de sino-japonais étaient internés dans camps militaires sur le territoire US (voir Bienvenue au paradis d'Alan Parker). Le regard neuf que porte le film sur les conflits anticipe le Glory d'Edward Zwick ou le Indigènes de Rachid Bouchareb ; comme quoi le sujet ne concerne pas qu'une guerre isolé mais les mentalitées au niveau mondial.

Si ce n'est par son sujet, nous sommes face à un film de guerre on ne peut plus classique. Parfois proche du docu-fiction, le conflit reste balisé pour ne pas déstabilise d'avantage le spectateur. C'est propre, classique mais malheureusement ces propos ne forment pas un tout mais c'est toujours mieux que rien.

Cédric Lemaire




Partagez sur :
 

Image :
Artus ne nous sort pas le film sans l'avoir nettoyé. Sans être mirobolante, le film ne souffre pas trop des limites de son âge et nous offre plutôt une image nette non sans quelques rayures ici et là.

 


Son :
Proposé dans sa version d'origine, la piste sonore nous offre des sons bruts et directs mais qui ne feront pas vibrer votre installation.

Liste des bonus : Bandes annonces

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2019