LE MONDE EST à TOI
France - 2018
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Le Monde est à toi  »
Genre : Action, Comédie
Réalisateur : Romain Gavras
Musique : Sebastian, Jamie XX
Image : 2.35 16/9
Son : Français DTS HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français pour sourds et malentendants
Durée : 101 minutes
Distributeur : Studio Canal
Date de sortie : 19 décembre 2018
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Le Monde est à toi  »
portoflio
LE PITCH
François, petit dealer, a un rêve : devenir le distributeur officiel de Mr Freeze au Maghreb. Cette vie, qu’il convoite tant, vole en éclat quand il apprend que Dany, sa mère, a dépensé toutes ses économies. Poutine, le caïd lunatique de la cité propose à François un plan en Espagne pour se refaire. Mais quand tout son entourage : Lamya son amour de jeunesse, Henri un ancien beau-père à la ramasse tout juste sorti de prison, les deux jeunes Mohamed complotistes et sa mère chef d...
Partagez sur :
son jour est venu

Cofondateur du collectif Kourtajmé avec Kim Chapiron, Romain Gavras avait explosé au mitan des année 2000 avec une série de clips esthétiquement très impressionnants. Son premier film, Notre jour viendra, essai agaçant et très poseur, avait déçu et laissé croire que le garçon n'avait « qu'un » talent formel. Grosse erreur. Son second long-métrage, Le Monde est à toi, est un modèle de comédie d'action, d'une ambition folle dans un cinéma français qui n'avait plus tenu une telle réussite dans le genre depuis un bon bout de temps.

Romain Gavras n'a jamais été aussi talentueux que quand il a travaillé à la mythification des classes populaires. Ce fut d'abord à travers ses clips, de No church in the wild et ses combats chevaleresques, à Signatune, remake over the top d'un épisode de l'émission Strip-Tease. Et c'est encore le cas ici, dans la narration plus diluée d'une comédie d'action d'une heure quarante. En filmant les barres d'immeubles comme on filme les grattes ciel dans les grosses productions, Gavras donne de l'importance et de la grandeur à ces lieux. Et en iconisant ses personnages par la mise en scène, il en fait des vrais héros de cinéma. La scène d'introduction en est un exemple parfait, quand elle définit le personnage de François (superbe Karim Leklou, révélation du film) par un long plan-séquence en contre-plongée à travers la dalle de sa cité, le tout sur une musique de... Michel Sardou.

 

born free


Passant du clip au long métrage, Gavras ne peut plus se permettre de jouer l'épate et d'empiler les money shots. Mais il fait montre d'un vrai talent de cinéaste, et gère admirablement un récit mené à toute allure, multipliant les sous intrigues et les décors sans jamais perdre le spectateur. S'il s'appuie sur le canevas scénaristique archi classique du « dernier coup » (François a besoin d'argent pour lancer un business légal), Le Monde est à toi dépasse très vite cette note d'intention pour se situer au carrefour des genres, et trouve le ton juste dans la comédie comme dans l'action. Il arrive même à capter à travers sa galerie de personnage quelque chose de l'air du temps, entre volonté d'émancipation sociale du héros, complotisme et beauferie crasse. La direction d'acteur est excellente, et tire le meilleur d'un casting hétéroclite encadré par un Cassel parfait en vieux truand simplet et incapable, et une Adjani survoltée dans le rôle de la mère castratrice de François. Même l'histoire d'amour entre François et sa complice Lamya (Oulaya Amamra), belle rencontre entre deux paumés, fonctionne et arrive à émouvoir.

En développant un personnage de héros (presque) intègre, incapable de la moindre violence au sein d'un univers qui se définit par sa brutalité, Gavras fait une proposition originale, construisant un film moderne et touchant sous ses airs de comédie décomplexée. La référence du titre à Scarface est donc un leurre. Là où le chef d'œuvre de De Palma faisait le portrait d'un psychopathe et du capitalisme inhumain des 80's, le film de Romain Gavras dessine un personnage attachant qui ne cherche qu'une chose, à la fois simple et inatteignable : la normalité.

François Willig










Partagez sur :
 

Image :
La copie HD proposée par Studio Canal est de très bonne qualité et tient particulièrement bien le choc, dans un film qui multiplie les ambiances visuelles complexes (mer, ville de nuit, etc). Ici le cadre est constamment porté par un piqué solide et révèle des couleurs vives et pleines avec une certaine sobriété. Pas d'esbroufe mais du travail bien fait.

 


Son :
La piste DTS HD Master Audio 5.1 envoie du bois. Le film est parfaitement mixé, gérant aussi bien les scènes d'actions que les séquences de dialogues plus intimes, toujours parfaitement audibles (ce qui rappelons-le, n'est pas toujours le cas dans le cinéma français !).

 


Interactivité :
Le film a connu un accueil en salle correct mais en deçà des attentes du distributeur (500 000 entrées pour 7 millions d'euros de budget). C'est peut-être ce qui a poussé Studio Canal à laisser cette galette vierge de tout bonus.Vraiment dommage, d'autant qu'un réalisateur de making-of est crédité au générique de fin....

Liste des bonus : Aucun.

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2019