L’APPEL DE LA FORêT
The Call of The Wild - Etats-Unis - 1935
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « L’Appel de la forêt »
Genre : Aventure
Réalisateur : William Wellman
Musique : Alfred Newman
Image : 1.33 4/3
Son : Anglais 2.0 mono
Sous-titre : Français
Durée : 91 minutes
Distributeur : BQHL
Date de sortie : 29 janvier 2019
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « L’Appel de la forêt »
portoflio
LE PITCH
À l’heure de la Ruée vers l’Or, l’aventurier Jack Thornton se résigne, plutôt que de revenir à San Francisco, à reprendre l’exploitation d’une mine abandonnée. Pour s’y rendre, il forme un attelage de chiens pour l’aider à traverser les étendues sauvages et les tempêtes de neige.
Partagez sur :
la soif de l'or

Bien que l'on soit en 1935, L'Appel de la forêt de Jack London en était déjà à sa troisième adaptation pour le grand écran. Moins connue que la version que réalisa Ken Annakin en 1972 avec le mystique Charlton Heston, cette version de William Wellman s'offre les services de la non moins iconique star Clark Gable.

Commençons directement par le sujet qui fâche. Heureusement que l'auteur était mort depuis plus de vingt ans car le manque de fidélité du film par rapport au roman original aurait pu faire sortir Jack London de sa tombe sans l'aide d'une cérémonie vaudou.
Mort en 1916 à l'âge de quarante ans, les romans de London respiraient le souffle de l'aventure. Ecrit à l'âge de 27 ans, son Appel de la forêt est sans doute avec Croc Blanc son œuvre la plus fameuse et la plus épique. Enième production de Darryl Zanuck, synonyme de faste et d'opulence, celle-ci se fera dans des décors naturels et par grand froid. Enfin, c'est ce que la production veut nous faire croire car mis à part les paysages enneigés, nombreuses scènes sentent tout de même le studio. Il faut chouchouter ses stars.

 

la faim d'aventure


Au début de son vedettariat, et ce, bien avant son explosion interplanétaire pour son rôle de Rett Buttler dans le prestigieux Autant en emporte le vent, Clark Gable tiendra le haut de l'affiche dans ce rôle d'aventurier chercheur d'or. Accompagné de son sidekick Jack Oakie pour la dose de bonne humeur, tout est calculé pour faire de ce film un bon divertissement familial. Pourtant, et grâce aux libertés prisent avec le scénario d'origine William Wellman (L'étrange incident) va se permettre de prendre des chemins de traverse que la bienséance de l'époque n'avait pas vu venir. En introduisant le personnage de Loretta Young tombant sous le charme du beau Clark alors que son mari a disparu la veille, on ne peut pas dire que la situation soit très consensuelle (chérie si je meurs attend un petit peu quand même). D'autant plus que Gable dans le film n'arrive pas à parler aux femmes. Fait science-fictionnesque à noter puisque profitant de son statut de star naissante l'acteur eut une liaison avec sa partenaire durant le tournage en plus de ses retards incessants sur le plateaun alcool aidant. Tout ceci explique les différentes moutures du film que le montage a dû remanier plus d'une fois avant sa sortie sur les écrans ricains.
Sans être un incontournable du film d'aventure, cet Appel de la forêt est loin d'être déshonorant si l'on n'est pas trop regardant sur le matériel de base. Agrémenté de belles séquences dans le grand nord, le spectacle reste plaisant et Gable toujours aussi magnétique.

Cedric Lemaire




Partagez sur :
 

Image :
Jusqu'ici présenté dans une version tronquée, mais connu comme le montage "officiel", L'Appel de la forêt a profité de sa restaration soignée pour se découvrir un montage intégral, non censuré, d'un peu plus de dix minutes suplémentaire. Outre ce gain évident, l'image, malgré l'utilisation d'une copie de seconde génération, est impressionnant dans la rigeur de son netoyage, le tranchant de ses contrastes et son piqué 4K qui fait honneur. Le grain est parfois un peu trop prononcé, certains plans flouttent légèrement, mais le film à 80 ans tout de même.

 


Son :
La aussi, l'encodage reste sobre avec un mono Dolby Digital qui offre une grande clarté aux dialogues au détriment des effets sonores souvent limités dans les productions des années 30.

 


Interactivité :
Aucune sur la galette mais le blu-ray est accompagné d'un livret écrit par Marc Toullec décidemment présent sur tous les fronts où il revient sur la création du film.

Liste des bonus : le livret (16 pages)

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2019