LE CHOC DES TITANS (2010)
Clash of the Titans - Etats-Unis - 2010
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Le Choc des Titans (2010) »
Genre : Fantastique
Réalisateur : Louis Leterrier
Musique : Ramin Djawadi
Image : 2.35 16/9
Son : Anglais en DTS-HD Master Audio, Français en DD 5.1
Sous-titre : Anglais, Français et Divers
Durée : 105 minutes
Distributeur : Warner Home Video
Date de sortie : 18 août 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Le Choc des Titans (2010) »
portoflio
LE PITCH
La dernière bataille pour le pouvoir met en scène des hommes contre des rois et des rois contre des dieux. Mais la guerre entre les dieux eux-mêmes peut détruire le monde. Né d'un dieu mais élevé comme un homme, Persée ne peut sauver sa famille des griffes de Hadès, dieu vengeur du monde des Enfers. N'ayant plus rien à perdre, Persée se porte volontaire pour conduire une mission dangereuse et porter un coup fatal à Hadès avant que celui-ci ne s'empare du pouvoir de Zeus...
Partagez sur :
Médusé

Tombé lui aussi dans la surenchère du relief motivée par un certain Avatar, Le Choc des Titans nouvells génération s'est vu redimensionné en urgence pour correspondre « soit disant » aux nouvelles attentes des spectateurs. De la 3D aussi factice et désagréable que celle d'Alice au Pays des Merveilles par Burton, qui égratigne un récit qui prend déjà des apparences de cache-misère.

 

Dans la vague incessante et irréfléchie de remakes à toutes les sauces, celui du Choc des Titans de Desmond Davis est loin d'être le plus incongru. Sorti en 1981 comme le dernier bastion des peplums fantastiques, le film ne survit aujourd'hui (et presque déjà en son temps) que grâce aux créatures fantastiques de Ray Harryhausen. Des effets spéciaux magiques et des designs inoubliables, mais qui commençaient déjà à prendre du plomb dans l'aile face aux animatroniques et à l'avènement prochain des images de synthèses. Trente ans plus tard, le premier changement se situe donc forcément dans la débauche technique qui donne corps aux multiples créatures mythologiques parsemant l'aventure de Persée. Entièrement conçues dans le ventre d'ordinateurs surpuissants (et non plus sur un plateau de miniatures), les séquences fantastique font preuve à la fois de designs inspirés (le Kraken tout simplement magnifique, Charon itou) et d'une énergie communicative. Artisan plus que méritant ayant sauvé les deux premiers Le Transporteur et ravivé un certain Incroyable Hulk, le frenchy Louis Leterrier joue habilement de ces création synthétique avec un mise en scène terriblement efficace, parfois virtuoses, et donc méchamment spectaculaire.

 

Olympiades

 

Tout est donc réuni pour livrer, à l'image de ses illustres modèles (on citera finalement plus Jason et les Argonautes que le premier Choc des Titans), du grand divertissement populaire, du merveilleux, servis avec la verve du cinéaste. D'une quête gentiment initiatique, Leterrier tire un véritable « revenge movie », à la limite du vigilante, dans lequel le colosse Sam Worthington (Avatar, Terminator 4) apporte sa virilité teintée de fragilité retenue (tout un programme) pour creuser le sillon déjà entamé dans les essais précédents : une fois encore le réalisateur illustre le combat d'un demi-dieu pour découvrir sa propre humanité et accepter sa propre monstruosité. Loin des canons habituels de la production française, l'immigré construit ainsi peu à peu un cinéma aussi personnel qu'explosif. Dommage que dans le cas présent, la Warner n'ait pas forcément eu envie de le laisser s'exprimer librement. Entre la volonté de faire ressembler au maximum le projet au 300 de Zack Snyder (ce qu'ils n'ont heureusement pas réussi), d'ajouter un relief foireux et d'accumuler les remontages, difficile de savoir si les défauts visibles à l'écran sont dus ou non à la copie initiale.

 

Les jambes sans la tête

 

Car entre chaque scène d'action affichant une Méduse agile, des scorpions géants, des chevaux ailés et autres démons volants, Le Choc des Titans se perd dans les méandres d'un scénario calamiteux. Une copie pliée par le duo Matt Manfredi / Phil Hay (Aeon Flux, Le Smoking), épaulé pour l'occasion par un Travis Beacham manifestement pas vraiment plus doué. L'enchaînement des scènes paraît totalement décousu, les dialogues frôlent l'indigence totale, les tag-lines vaseuses semblent tirées d'un DTV des 80's et les deux jolis personnages féminins font de la figuration. Un peu comme une grande partie des protagonistes, d'ailleurs, qui passent systématiquement à la trappe autant psychologiquement que dans un temps de présence dérisoire pour certains d'entre eux... Pas franchement un script à la hauteur de pointures comme Liam Neeson, Raph Fiennes ou Mads Mikkelsen. Avec à vue de nez une quarantaine de minutes manquantes (et pas vraiment dissimulées) et un final d'une « gnangnantise » navrante, Le Choc des Titans perd une grande part de son charme et s'avère parfois plus ringard encore que l'original. Espérons qu'un hypothétique director's cut viendra cicatriser les plaies.

Nathanaël Bouton-Drouard

 

 

 

 

 

 

Partagez sur :
 

Image :

La copie présentée ici est techniquement irréprochable, affichant un niveau de détail optimal même lors des nombreuses séquences nocturnes. Les contrastes sont puissants et les couleurs riches, les décors naturels bénéficiant de surcroît d'un effet de relief assez saisissant. Reste que la netteté ambiante a un prix : les effets digitaux inégaux du film crèvent souvent les yeux, notamment ceux liés à la Méduse, carrément en-deça des trucages de Ray Harryhausen !

 

Son :

L'éditeur nous sert le plat de résistence habituel : une piste DTS-HD Master Audio anglaise ultra spatialisée et très dynamique, faisant autant exploser les effets sonores (fautes d'être vraiment visibles à l'écran, les scorpions sont impressionnants d'un point de vue sonore) que la musique, au passage assez abominable. Les dialogues se retrouvent parfois un peu étouffés dans ce maelstrom d'information, le mixage s'amusant à monter et descendre subitement le volume d'une séquence à l'autre.

 

Interactivité :

Faute de rendre hommage au film d'origine et au travail légendaire de Ray Harryhausen, Warner a clairement fait les choses dans les règles, le Blu-ray du Choc des Titans 2010 exploitant pleinement les possibilités éditoriales du format Haute Définition. L'option Maximum Mode permet ainsi de profiter d'un making of ultra détaillé pendant la vision du film (la durée atteignant par conséquent 1h48), tantôt dans une fenêtre s'affichant en surimpression, tantôt en plein écran. Les révélations techniques sont nombreuses : décors, effets spéciaux de plateau, effets visuels, cascades, tout ou presque est abordé, images à l'appui. Décontractée, l'ambiance du tournage est également scrutée à la loupe dans les Focus Points accessibles dans le menu des Bonus, rassemblant 35 minutes d'images supplémentaires consacrées aux acteurs, au maquillage de Calibos, aux deux principaux lieux de tournage ou à certaines séquences clés, dont celles de la Méduse et du Kraken. Suivent 18 minutes de scènes coupées, développant pour la plupart les débats entre les dieux (Danny Huston a un peu plus de consistance, sans pour autant avoir un rôle crucial à jouer), les vicissitudes d'Andromeda (notamment quant à la funeste destinée de sa mère)... Des scènes qui auraient sans le moindre doute amélioré le produit fini, à l'instar d'une fin alternative décrivant un face-à-face tendu entre Persée et Zeus. Une surprise pour finir : une featurette est entièrement consacrée au travail de Sam Worthington. Le triomphe planétaire d'Avatar y est sans doute pour quelque chose...

 

Liste des Bonus : Maximum Mode, Focus Points (35'), Featurette sur Sam Worthington (8'), Scènes coupées (18'), Fin alternative (5'), Bandes-annonces.

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2019