DUKE NUKEM 3D MEGATON EDITION
Etats-Unis - 1996 / 2014
Image plateforme « PC »
Image de « Duke Nukem 3D Megaton Edition »
Genre : FPS
Musique : Divers
Développeur : 3D Realms
Durée : élevée
Langue : Anglais sous-titré Français
Distributeur : Devolver
Date de sortie : 20 mars 2013
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Duke Nukem 3D Megaton Edition »
portoflio
LE PITCH
Mécontent que des extraterrestres viennent voler ses femmes, cinés porno et burgers, Duke Nukem va faire le ménage.
Partagez sur :
The King of Old

Sorti début 2013, la compilation Megaton Edition permet de se replonger, avec des repères ergonomiques contemporains, dans l'une des légendes du jeu vidéo. Le vernis de la franchise s'étant très dangereusement effrité avec l'épisode Forever, que vaut donc réellement Duke Nukem 3D selon les conventions d'aujourd'hui ?

 

Lorsqu'il sort sur PC en 1996, deux ans seulement après la révolution Doom d'ID Software, Duke Nukem 3D fait l'effet d'une bombe. Graphismes ambitieux pouvant atteindre une résolution inouïe de 640x480 pixels (puisqu'on vous le dit), action soutenue, level design innovant jouant autant sur l'horizontalité que la verticalité des décors, ennemis variés et doués d'une intelligence artificielle relativement avancée, clins d'oeil en pagaille (y compris aux Evadés, avec un passage secret dissimulé derrière une affiche dans l'un des premiers niveaux)... Complété par un humour gras et une auto-dérision permanente, le héros réagissant en voix off aux péripéties auxquelles il est confronté, le cocktail fait instantanément tourner la tête des gamers. Mieux, alors que les versions console de Doom ont contribué à démocratiser le First Person Shooter, le PC redevient la machine de pointe, celle par laquelle passe l'innovation vidéoludique. La Playstation et la Saturn hériteront bien sûr de conversions de Duke Nukem 3D l'année suivante, mais aucune ne soutiendra la comparaison avec la version originale sur ordinateur.

 

Retour aux affaires

 

Presque vingt années ont passé depuis, et le moins que lui puisse dire, c'est Duke Nukem 3D a étonnamment bien résisté aux affres du temps. Tonalement déjà, le jeu reste exemplaire en tout point, son acidité et sa subversion parvenant à agir sur plusieurs niveaux de lecture, là où le récent Duke Nukem Forever sombrait dans une vulgarité totale et embarrassante. Corrosif et drôle, Duke 3D avait toutefois perdu de sa superbe dans sa version DOS, les commandes classiques (flèches pour se diriger, touche Alt pour strafer, tête du personnage désespérément rigide) n'étant plus du tout adaptées aux standards des années 2000 / 2010. Cette édition Megaton corrige le tir et redonne une seconde jeunesse au Game Design, en instaurant un combiné clavier / souris bien connu des fans de Half Life. Enfin pleinement jouables, les combats frénétiques du soft deviennent particulièrement épiques et libérateurs, la gestion de la hauteur permettant d'apprécier avec beaucoup plus de naturel les nombreux pièges de chaque niveau. Et des niveaux, cette édition en regorge, puisqu'elle rassemble le jeu d'origine et ses célèbres add-on, à savoir les excellents Caribbean : Life's A Beach, Duke it out of D.C. et Nuclear Winter. Les fans déjà acquis à la cause du gros bourrin californiens se surprendront à reparcourir ces titres des étoiles plein les yeux ; les autres pourront peut-être enfin comprendre en quoi le mythe fit avancer d'un grand pas l'histoire du jeu vidéo.

Alexandre Poncet





Partagez sur :
 

Au revoir le 320x240 et le 640x480. Mis à jour par l'équipe de Devolver (Hotline Miami, Broforce), Duke Nukem 3D s'affiche désormais en Full HD. Comprendez que les éléments en 3D temps réel (murs, sols, immeubles, etc.) sont ultra fins, et bénéficient à l'occasion de textures corrigées, et que les éléments 2D (personnages, adversaires, items, armes, etc.) bénéficient d'un lissage atténuant les pixels autant que faire se peut. L'effet est plutôt efficace, faute d'être vraiment agréable à l'oeil, mais permet surtout une lisibilité absolue durant les échauffourrées épiques du soft. La musique et les écrans de menus ou d'intermèdes sont fidèles aux versions d'origine, en plus fins. Enfin, Steam aidant, un mode multijoueurs est disponible, l'occasion pour les nostalgiques de se remémorer leurs parties d'antan en LAN, à une époque où Internet était encore un mystère pour le commun des mortels.

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009