FIFA 17
Canada - 2016
Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Xbox One »
Image de « FIFA 17 »
Genre : Sport
Musique : Inconnu
Développeur : EA Canada
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Electronic Arts
Date de sortie : 29 septembre 2016
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « FIFA 17 »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Fan de [insérez le nom du club de Premiere League de votre choix] devant l’éternel, Alex Hunter rêve depuis toujours de jouer aux côtés de ses idoles. Un rêve qu’il pourrait bien réaliser lorsqu’il est repéré par un agent au cours d’un match de détection.
Partagez sur :
préparation physique

S'il est un genre qu'il est difficile de révolutionner, c'est la simulation sportive. Mais à défaut de révolution, EA tente de franchir un nouveau cap en offrant un nouveau moteur physique à son FIFA. Résultat : des différences qui ne sautent pas forcément aux yeux. Ce qui n'est ni une bonne nouvelle, ni une mauvaise, finalement.

Comme Konami l'a fait récemment, Electronic Arts change le moteur de son jeu de foot et adopte ainsi le Frostbite Engine. Utilisé à l'origine pour Battlefield (Bad Company et 1943), puis d'autres séries comme Medal Of Honor ou Need For Speed, celui-ci promettait de secouer le rectangle vert. L'annonce de son arrivée soulevait aussi quelques inquiétudes, ce genre de transition n'étant pas anodine. Mais le résultat, s'il n'est pas forcément bouleversant, a le mérite de ne pas ruiner tout le travail effectué sur les volets précédents. On ne déplore ainsi pas de catastrophe, les quelques couacs comme les animations de chute excessives n'étant pas une nouveauté. Mais, si l'on peut du coup regretter que les défauts existants n'aient pas été définitivement bannis, FIFA17 conserve au moins les points forts de ses prédécesseurs, comme la gestion des déplacements et le poids des joueurs bien rendus, notamment lors des duels et autres contacts. Les tacticiens peuvent en outre apprécier le jeu posé et relativement fermé qui impose généralement de bien construire son jeu pour approcher du but, si ce n'est la présence de quelques failles qui ont tendance à s'ouvrir de manière inexplicable. Heureusement, ce genre d'incident demeure ponctuel, mais cela risque de vraiment agacer à la longue.

 

mon nom est alex hunter


Si ce FIFA demeure malgré tout solide sur le terrain, il en profite pour étoffer son contenu. Le mode Carrière, qui permet toujours de vivre le parcours d'un joueur ou d'un manager, voit ainsi apparaître un nouveau système d'objectifs. Que ce soit le développement de l'image, des finances ou du centre de formation, les dirigeants clubs demandent désormais des comptes dans différents domaines, chaque équipe ayant toutefois des attentes à l'échelle de leurs moyens. Le nombre d'équipes jouables a par ailleurs encore été augmenté puisque FIFA17 accueille cette année les premières divisions brésiliennes et japonaises, entre autres. Enfin, la principale nouveauté réside dans le mode scénarisé baptisé l'Aventure. On y incarne un jeune joueur de 17 ans alors qu'il débute tout juste sa carrière professionnelle. Mis en scène comme un film hollywoodien, ce mode n'échappe pas aux nombreux clichés dans son écriture et souffre même de quelques incohérences au niveau des dialogues à choix multiples censés orienter le tempérament, modeste ou arrogant, de ce cher Alex. Néanmoins, l'Aventure a le mérite de donner un peu d'épaisseur et de sens à cette variante du mode Carrière.

FIFA17 se montre ainsi toujours plus complet en termes de contenu et évite au passage le piège qui l'attendait au tournant imposé par l'inclusion d'un nouveau moteur physique. Si la mise à jour ne se justifie pas à tous prix, le nouveau mode scénarisé pourrait éventuellement attirer les curieux, quand le rythme des matchs, lui, devrait satisfaire les joueurs frustrés par les quelques errements des moutures 15 et 16.

Benoit Barny










Partagez sur :
 

Finalement, l'arrivée du Frostbite Engine ne bouleverse pas ce nouveau FIFA tant que ça. On aurait aimé quelques ajustements, comme une physique améliorée pour le ballon ou la disparition des animations parasites ; mais on a au moins évité une nuée de nouveaux bugs qui accompagne bien souvent ce genre de nouveau départ. On ne peut toutefois s'empêcher de souligner au passage l'interface toujours aussi lourde et les menus peu intuitifs qui rendent la navigation peu confortables. Un chantier qui ne semble définitivement pas être la priorité d'EA, malheureusement.

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009