TITAN FALL 2
Etats-Unis - 2016
Image plateforme « PC »Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Xbox One »
Image de « Titan Fall 2  »
Genre : FPS
Musique : Stephen Barton
Développeur : Respawn Entertainment
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : EA Games
Date de sortie : 28 octobre 2016
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Titan Fall 2  »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Pour la toute première fois, Titanfall 2 vous emmène au cœur de la Frontière en vous permettant d'incarner un fusilier de la Milice rêvant de devenir pilote. Coincé derrière les lignes ennemies, vous formez une alliance atypique avec un Titan vétéran de classe Vanguard afin d’accomplir une mission à laquelle vous n’étiez pas destiné.
Partagez sur :
Rise of the machines

Clairement de nos jours, les enjeux économiques du FPS se jouent essentiellement autour des quelques ténors envahissants (CoD, Battlefield...) laissant peu de place pour les challengers. Pourtant après une première apparition remarquée en 2014, Titan Fall revient taper l'incruste à quelques jours seulement d'Infinite Warfare et Battlefield 1. Les originalités premières font elles encore la différence ?

Car clairement, si Titan Fall n'a pas encore pris la place des blockbusters patriotiques et guerriers suscités, il a immédiatement marqué joueurs et studios concurrent pour les efforts portés sur un gameplay asymétrique, offrant l'alternance entre un soldat agile et aérien et un mécha massif et puissant. Une approche devenu depuis une norme recyclée dans tous les titres du genre. Bien entendu dans Titan Fall 2, la recette de base n'a aucune raison de changer, et cela est particulièrement notable dans le mode solo du jeu. Ecoutant les regrets de nombreux joueurs devant l'absence de l'aventure en solitaire sur le premier opus, les développeurs de Respawn Entertainment (des anciens d'Infinity Ward et donc créateurs de Call of Duty) ont donc glissé ici un mode scénarisé, assez court (5-6 heures) mais franchement efficace. Pas forcément du coté du scénario, assez lambda, ni de la relation un peu caricaturale entre le jeune pilote et son robot bavard, mais surtout dans l'installation d'un tutorial qui nourrie l'ensemble des missions sans en avoir l'air. La prise en main directe de Titan Fall 2 est certes volontairement classique (les touches sont les même que pour la plupart des FPS), mais justement les capacités unique d'un personnage humain ou du pilotage de mécha peuvent rendre les affrontements ardus pour un newbies. Dans le solo, toutes ces particularités apparaissent naturellement, avec une difficulté légèrement progressive, qui procure un vrai plaisir de découverte. Surtout que si certains passages ne peuvent s'empêcher de jouer la carte du couloir / arène, dès qu'il est question d'exploration plateforme, Titan Fall 2 séduit. Avec quelques gadgets qui arriveront à point nommé (un accessoire temporel par exemple), le level design est particulièrement malin, fun et inventif... Rappelant en mode «vue à la première personne» les bonnes sensations d'un Prince of Persia !

 

on est bien peu de choses


Un effort notable, mais le cœur même du soft reste fièrement le menu assez vaste et riche du multi-joueurs. Avec le grand retour des modes incontournables comme les Deathmatch à options, les Capture the Flag ou Dominations, mais là encore le studio enrichit la donne avec quelques curiosités bien senties. Déjà dans le 1er, Last Titan Standing, où chaque joueur débute la map avec un mécha et doit atomiser ceux d'en face, variait agréablement la teneur tactique des escarmouches, mais c'est désormais le Bounty Hunt qui va devenir le chouchou des gamers. Ici chaque élimination d'ennemis en IA offre des primes aux équipes, mais elles ne pourront être récoltés qu'en atteignant les banques, ouvertes entre les vagues d'assauts. Un bon moment pour tirailler sur l'équipe adverse qui verra ses dividendes se réduire de moitié à chaque décès. Comme un reflet de l'asymétrie du gameplay, de la structure du jeu entre horizontalité et verticalité, ce mode de jeu fait travailler deux approches totalement différentes, dans des matchs particulièrement tendus.
A ces nouvelles offres, s'ajoute forcément une pléiade d'options de personnalisations de chaque combattant, entre les nombreuses armes, réellement variés, pour les trouffions au sol, et six châssis vraiment districts pour les Titan avec à nouveaux choix des armes (chacune promettant technique offensive et défensive). Voilà qui boostera un peu des maps étonnamment bien plus classique et standards que sur le premier Titan Fall. Là où justement la construction des lieux, poussait les joueurs à cultiver une découverte de chemins de traverse, à pratiquer le parkour à outrance entre des lieux exigües et constamment vers les hauteurs, et à tendre des pièges aux méchas récupérés par les adversaires, volontairement à l'étroits en milieu urbain, Titan Fall 2 les places dans des zones plus larges et confortables. Un bras tendu vers le grand public surtout, et donc une acclimatation plus rapide, cela ne pas plaire à tout le monde.

Le premier jeu était finalement un FPS assez exigent, venant bousculer un genre tournant en rond depuis quelques années, mais restant d'une certaine façon un peu à distance des joueurs moins spécialisé. Titan Fall 2 s'efforce de combler les deux, ouvrant sa gamme avec un solo plutôt réussi, polissant la géographie des maps multi-joueurs sans trop trahir la nervosité première. Il ne lui manque vraiment pas grand-chose pour déstabiliser définitivement Call Of Duty et Battlefield.

Nathanaël Bouton-Drouard














Partagez sur :
 

C'est peut-être là aussi que Titan Fall 2 a du mal à concurrencer les mastodontes en place, n'affichant techniquement qu'un résultat honnête, mais jamais vraiment époustouflant. La faute sans doute à un moteur qui commence à dater légèrement, apportant avec lui quelques animations étranges et des textures trop lissées, trop plastiques. Les décors manquent parfois d'un soupçon de détails quand aux habitudes actuelles. Mais absolument rien de catastrophique car le tout est tout à fait suffisant pour profiter des nouveautés du titre, capable tout de même d'afficher une profondeur assez impressionnante, et surtout une rapidité d'affichage et de défilement (60fps) tout à fait indispensable à la réussite de cette proposition ludique.

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009