SILENCE
Silence: The Whispered World 2 - Allemagne - 2016
Image plateforme « PC »Image plateforme « Playstation 4 »
Image de « Silence  »
Genre : Aventure
Musique : Tilo Alpermann
Développeur : Daedalic Entertainment
Durée : faible
Langue : Anglais et allemand sous-titré Français
Distributeur : Deep Silver
Date de sortie : 18 novembre 2016
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Silence  »
portoflio
site officiel
LE PITCH
La guerre fait rage. Au cours d'un raid aérien, Noah, 16 ans, et sa petite sœur Renie, s'abritent dans un bunker. Se croyant à l'abri des bombardements, ils vont pourtant se retrouver propulsés dans un monde situé entre la vie et la mort : Silence. Noah va bientôt devoir partir à la recherche de sa sœur au cœur de cet univers en apparence idyllique, mais dans lequel les menaces sont bien réelles.
Partagez sur :
The sound of silence

Sorti en 2009, Les Chroniques de Sadwick, développé par un petit studio allemand, avait réussi à faire sa place dans le cœur des amateurs de point and click, genre aventureux mais tristement délaissé. La fantaisie, l'humour british et la chronique désespérée est-elle toujours aussi marquante dans Silence, une suite qui n'a pas peur de prendre ses distances.

Et la différence est marquée sans détour par son approche esthétique. Là où le premier titre en 2D séduisait par sa fougue et sa direction artistique plus que par des animations et des tracés pas toujours maitrisés, Silence est tout simplement un véritable bijou visuel. Doté désormais d'un moteur 3D inédit, mais traitant toujours l'information en aplats telles des peintures en mouvement, le jeu se construit autour de successions de tableaux vivants, admirablement colorés et parfois même accompagnés de mouvements de caméra des plus charmants. En sept ans de développement le fossé est impressionnant, et sans aucun doute Silence fait partie des plus beau jeux existant actuellement, ne dénaturant jamais son environnement de conte de fée par les différentes énigmes qui s'y logent. Car au-delà du voyage proposé, la licence naissante The Whispered World se veut justement une réactualisation des enjeux du point and click reposant toujours sur les interactions avec des éléments de l'environnement pour débloquer un nouveau passage ou un objet indispensable à la suite. Des codes que les joueurs connaissent par cœur, mais qui tirent ici vers une épuration étonnante.

 

haute comme trois pommes


Plus question d'inventaire, l'architecture de Silence travaille surtout des résolutions immédiates, ne prenant en compte la plupart du temps qu'un seul et unique écran, deux aux maximum. Inutile de préciser que les énigmes ne sont jamais bien compliquées, et chaque élément interactif peut même être surligné d'une simple pression de clavier ou de pad.... Voilà qui met la puce à l'oreille, tout comme les légères interactions dynamiques (le personnage doit garder son équilibre quelques secondes) et l'omniprésence du mignon Spot, chenille capable de gonfler ou s'aplatir à volonté, et souvent ingrédient numéro 1 des petits puzzles. Les Chroniques de Sadwick s'apparentait à un voyage onirique, à la mélancolie distante et à l'humour pince-sans-rire décalé, Silence préfère s'adresser manifestement à un parc plus jeune, avec des gags plus grands publics et un univers plus rayonnant. Pas si gênant que cela, mais cette baisse de difficulté s'accompagnant aussi d'une trame bien plus courte, linéaire et surtout aux ellipses trop visibles (des problèmes de productions sans doute), l'ensemble peut paraitre un peu court. Petite déception donc, mais Silence a un atout maître dans sa main, la petite Rennie, gamine curieuse, aventureuse, souvent inconsciente du danger et donc d'une candeur désarmante, qui se paye le luxe de voler directement la vedette à son frère, Noah, un brin trop pleurnicheur. Un petit "bout de cul" que l'on a forcément envie d'accompagner dans cette exploration fantastique, même si l'on sent poindre longtemps à l'avance les tenants et aboutissants de cette balade loin d'une réalité tristoune.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

On le redit, techniquement et artistiquement, Silence est une extraordinaire surprise, usant de son moteur 3D pour donner corps à un film d'animation interactif aux décors riches et détaillés, aux animations fluides et nombreuses, aux personnages et créatures charismatiques, aux ambiances envoutantes, le tout sans jamais souffrir d'autres faiblesses que quelques chargement un tantinet longs. Le doublage (anglais ou allemand) s'en sort d'ailleurs très bien, en particulier pour la doubleuse de Rennie, et la bande son se voit portée par les musiques délicates et rêveuses de Tilo Alpermann (The Night of the Rabbit). Des arguments de taille qui amoindrissent les petits décrochages dans la sélection d'éléments précis par les personnages et quelques interactions trébuchantes.

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009