DEPONIA
Allemagne - 2012/2016
Image plateforme « PC »Image plateforme « Playstation 4 »
Image de « Deponia »
Genre : Aventure
Développeur : Daedalic Entertainment
Durée : faible
Langue : Français
Distributeur : Daedalic Entertainment
Date de sortie : 15 novembre 2016
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Deponia »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Rufus est confiant : grâce à un plan ingénieux, il va enfin pouvoir quitter Deponia, véritable poubelle géante où il vit depuis trop longtemps, et mener la grande vie dans l’Elysium. Ou pas…
Partagez sur :
La grande évasion

On associe facilement les jeux d'aventure de types point'n'click à Lucas Art. Il faut dire qu'avec des productions telles que la série Monkey Island, Day Of The Tentacles et bien d'autres encore, le studio américain a largement participé à la popularité du genre dans les années 1990.

Mais, après avoir vécu dans l'ombre durant quelques années, le Point'n'Click a trouvé un nouvel élan, notamment grâce aux espagnols de Pendulo Studios, à qui l'on doit notamment la série Runaway, ainsi qu'aux allemands de Daedelic Entertainment, auteur de la saga Deponia. Cette dernière a d'ailleurs vu le jour en 2012 sur ordinateur et son premier volet refait surface quelques années plus tard à l'occasion d'un portage sur PS4. Ce genre d'adaptation soulève naturellement la question de l'interface, puisque, comme son nom l'indique, le Point'n'Click se prête plus naturellement à l'usage de la souris qu'à celui de la manette. L'utilisation des deux sticks analogiques fait, cela dit, très bien le travail : le gauche permet de mouvoir le personnage principal, tandis que le droit sert à déplacer le curseur pour interagir avec un objet spécifique. On note toutefois quelques problèmes plutôt agaçants, comme des éléments interactifs pas toujours bien mis en évidence, ou le pointeur qui ne se replace pas correctement alors que l'on veut tenter diverses expériences sur un objet du décor. Des détails qui ne se montrent jamais vraiment pénalisant, mais qui nuise pas mal au confort de jeu à la longue.

ces leviers sont forcément là pour quelque chose !


Ces quelques écueils suffiraient-ils à décourager le joueur curieux ? Pas forcément, quand l'on accroche à l'ambiance du titre. Si l'on peut éventuellement regretter le manque de vie dans les décors et les animations assez rigides des personnages, on profite au moins de graphisme cartoon réussis avec des environnements détaillés et colorés, bien que le gros de l'histoire se déroule dans une poubelle à ciel ouvert. On s'attarde alors plus sur les dialogues ; fondé sur l'humour absurde et décalé qui ont fait la gloire des titres signés Lucas Art, ils paraissent cependant moins originaux que ce que l'on trouvait chez leurs illustres modèles. À l'image du protagoniste d'ailleurs, modèle d'antihéros bien connu : un hurluberlu prétentieux et égoïste qui s'est mis à dos tous les habitants de son village. Enfin, le cœur de l'aventure réside dans les énigmes, et Deponia n'échappe pas à quelques astuces perfides récurrentes du genre pour gonfler le challenge. Certains casse-tête font appel à l'esprit de déduction ou à l'étude des outils mis à disposition et peuvent être résolus en utilisant simplement sa tête. D'autres s'appuient en revanche sur une logique propre à l'univers du jeu et donc un peu plus sournoise, ce qui rend leur résolution bien moins intuitive. Deponia demeure toutefois un jeu d'aventure solide qui dévoile au cours de ses épisodes des personnages plus attachants qu'ils en ont l'air ainsi qu'une histoire distrayante.

Benoit Barny








Partagez sur :
 

Le manque d'animation dans les décors ou au niveau des personnages a déçus les joueurs qui ont découvert le titre sur ordinateur et le portage à l'identique sur console ne remédie certainement pas à cela. Mais les graphismes cartoon donnent déjà à Deponia une allure plus que convenable, ce qui suffit amplement dans un jeu qui mise tout sur ses puzzles et ses dialogues. On regrette surtout quelques problèmes d'ergonomie propres à cette mouture console qui gêne un peu la progression.

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009