FORTNITE
Etats-Unis - 2017
Image plateforme « PC »Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Xbox One »
Image de « Fortnite »
Genre : Action
Musique : Rom Di Prisco
Développeur : People Can't Fly
Durée : faible
Langue : Français
Distributeur : Epic Games
Date de sortie : 25 juillet 2017
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Fortnite »
portoflio
site officiel
LE PITCH
L’heure est grave ! Une tempête surgie de nulle part charrie avec elle des hordes de zombies assoiffés de sang. Pas le choix : il va encore falloir tenter de sauver le monde.
Partagez sur :
you shall not pass !

Un an pile poil avant sa sortie définitive (et gratuite), Epic Games a la délicate attention de sortir son nouveau bébé en accès anticipé et donc payant. Si la formule a de quoi surprendre, elle n'a pas empêché plus d'un million de joueurs (chiffre posté sur le compte Twitter de l'éditeur le 18 août dernier) de mettre la main à la poche pour pouvoir dessouder du zombie entre potes.

Alors qu'une étrange tempête transforme les vivants en hordes de zombies très virulents, le joueur leur échappe in extremis et tombe sur trois gentils robots qui vont l'aider et faire de lui le commandant d'une troupe de résistants luttant contre l'envahisseur. Pour ce faire, ils vont lui proposer différentes missions à base de recherches d'items, de constructions de QG (après récupération des matériaux en fouillant ou détruisant certaines parties de l'environnement) et, enfin, de séquences de défense durant lesquelles il devra défendre le cœur de sa base contre une nuée d'ennemis se jetant dessus sans discontinuer jusqu'à la fin d'un compte à rebours. Tout ça avec le choix d'y aller en solo ou d'inviter d'autres joueurs à se réunir autour de ces réjouissances.
Situé au carrefour de plusieurs genres (tower defense, construction, multi joueurs), le dernier né des auteurs du désormais mythique Unreal Tournament, grâce à des graphismes très proches de ceux d'un cartoon et d'une jouabilité hyper souple (du moins dans les actions de base du personnage), capte l'œil et la manette dès son introduction. Et, chose rare dans ce genre de titres, l'aventure en solo, avec un nombre de missions assez impressionnant, reste assez marrante pour être digne d'intérêt même si, bien sûr, pour un max de fun, la partie multi joueur sera à privilégier.

 

l'Inventaire inutile


Alors que se terminent les premières missions, un nombre impressionnant de bonus, médailles et récompenses de toutes sortes vient remplir l'inventaire en apparence très complet du joueur. Accompagné d'un petit texte explicatif, chaque item semble servir à quelque chose, d'autant qu'en cherchant plus avant, le joueur se retrouve vite face à des sous menus ouvrant vers d'autres items et/ou compétences à débloquer. Autant dire qu'à force de recherche, on se retrouve vite noyé dans des menus labyrinthiques auxquels on ne pige pas toujours tout, allant du gains de personnages, d'armes, de statuts, de bonus, et même de pinatas à défoncer pour obtenir de nouveaux bonus en forme de cartes. Avec tout ça, la lutte contre les zombies devrait faire des étincelles. Oui. Et non.
Parce qu'avec ou sans bonus, et c'est bien là le très gros défaut du jeu, le challenge est quasi inexistant. Passé les premières vagues d'ennemis et l'appréhension, les doigts crispés sur la manette, du premier choc, on comprend vite que l'aventure ne sera finalement qu'une promenade de santé. On est loin, très loin, des phases de défense homérique qui nous mettaient le palpitant en ébullition dans Warcraft III.

Reste donc la partie multi joueur et le plaisir de buter du zombie entre amis lors de longues soirées bière/pizza. Mais, pour plus de challenge, mieux vaudra se tourner vers les fameux Zombies Nazis de Call of Duty. Quoique, Après quelques pintes...

Laurent Valentin








Partagez sur :
 

Avec son aspect cartoonesque, le jeu ne dévoile jamais vraiment ses ressources et ne propose aucune image propre à scotcher le joueur sur place. Après quelques minutes de jeu, on se rend vite compte que son intérêt principal (et sa réelle prouesse technique) se situe ailleurs, notamment dans les possibilités d'action qu'offre son univers : tout ou partie de l'environnement étant destructible, tout endroit pouvant devenir la base d'une nouvelle construction. Ses cartes sont aussi beaucoup plus grandes qu'elles n'y paraissent et, plutôt que de suivre à la lettre les indications et les missions, le joueur pourra parfois s'amuser à rechercher un maximum d'items disséminés dans ses coins les plus reculés. Et tout ça sans aucun ralentissement, tandis que d'autres joueurs, de leur côté, pourront faire de même. Côté musique et bruitages, rien de bien nouveau, mais un score assez passe-partout et en même temps assez entraînant pour permettre au joueur de s'immerger dans l'univers sans perturber ses actions.

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2019