SHIN MEGAMI TENSEI: STRANGE JOURNEY REDUX
Japon - 2009/2017
Image plateforme « Nintendo 3DS »
Image de « Shin Megami Tensei: Strange Journey Redux »
Genre : RPG
Musique : Shôji Meguro
Développeur : Atlus
Durée : élevée
Langue : Japonais (voix), anglais (textes)
Distributeur : Atlus
Date de sortie : 18 mai 2018
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Shin Megami Tensei: Strange Journey Redux »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Une faille dimensionnelle remplie de démons est apparue en Antarctique et la Terre est menacée d’être engloutie dans Shin Megami Tensei: Strange Journey Redux. L’Organisation des Nations unies s’est dépêchée d’envoyer une équipe d’éminents spécialistes chargés de percer le mystère de l’anomalie et de remédier à la situation.
Partagez sur :
Le Territoire du diable

Edité en 2009 sur Nintendo DS, cet épisode non numéroté de la saga Shin Megami Tensei était resté hors de portée des joueurs français. Pas loin de 10 ans plus tard, grâce à ce remake 3DS, Strange Journey atterrit enfin sur notre territoire. Toujours en anglais, mais en « redux ».

De nombreuses créations d'Atlus sont ainsi longtemps restées étrangères aux fans de RPG du coin. Pas forcément les épaules commerciales d'un Square-Enix certes, mais aussi une approche plus étonnantes du genre, explorant par exemple par le biais des Megami Tensei et ses dérivés (le plus célèbre restant Persona) un décorum bien loin des fresques space opera ou des paysages boisés de la Fantasy. Une bonne dose d'ésotérisme bouddhiste et shintoïste, et un univers relativement contemporain, tout cela a souvent prouvé que le public était présent. Et il le fut plus encore que de coutume pour la sortie première de Strange Journey sur la portable de Nintendo. Un opus qui justement s'essayait à un scénario plus inédit encore puisque imaginant dans un futur proche une planète terre quasiment dévastée, entre crise écologique et affrontement militaires généralisés, qui semble se réveiller en invoquant une anomalie destructrice en antarctique. Une singularité qui, pour la mission désespérée dont on accompagne les pas, va se révéler un portail vers le monde des démons... Ou du moins il semblerait.

 

Dance's Inferno


Outre des thèmes plus dramatiques que d'habitude, Strange Journey se révèle constamment généreux et épais dans son écriture, donnant une rare importance aux nombreux personnages secondaires (humains ou esprits), faisant apparaitre plusieurs voies possibles en fonction des actions et réponses « morales » choisies par le joueur, tout en créant une atmosphère particulièrement soignée de récits SF aux lisières de l'horreur. Ambitieux et assez efficace, la trame tient le joueur en haleine jusqu'au final et ses quelques twists féroces. Des qualités jamais dénaturées dans cette nouvelle version qui bien évidemment se concentre essentiellement sur l'habillage technique, mais qui délivre aussi en suppléments une pelletée de créatures inédites ainsi qu'un personnage exclusif, Alex (survendu dans les pubs du jeu), accompagné de sa trame dédiée et de son final "Womb of Grief", soit un donjon bonus bien vénère. Une offre appréciable donc, qui respecte à la lettre l'esprit même des Shin Megami Tensei et la volonté des développeurs de renouer avec les mécaniques des premiers épisodes sur Super Nintendo : traversée des zones fermées en vue à la première personne, carte d'exploration qui se dessine en automatique sur l'écran du bas, combats au tour par tour, équipes presque entièrement composées de démons amadoués, fusions à foison... Pas de grandes nouveautés ou de révolution de ce coté là, mais une offre clairement maitrisée qui sait manier une difficulté bien présente (les ennemis font franchement mal), sans tomber dans le punitif gratuit ou les séances de leveling interminables. Finalement le plus gros défaut ici est que le jeu reste aujourd'hui encore uniquement en langue anglaise. Un peu dommage.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :
 

En voulant jouer avec une esthétique un peu rétro, soit une certaine rudesse héritée des consoles 16bits, Atlus avait forcément donné à Strange Journey première version une apparence un peu datée, parfois brouillonne dans ses textures par exemple. Remis au gout du jour sans dénaturer sa mise en scène, Strange Journey Redux préserve les fondamentaux mais les sublimes à de nombreuses occasion. Les modélisations des décors ont été entièrement refaites aves des textures plus fraiches, les arts des personnages et créatures diverses ont été redessinées, et les scènes «cinématiques» ont été entièrement doublées par les acteurs japonais. A cela s'ajoutent de superbes réorchestrations des compositions angoissantes de Shoji Meguro pour un rendu des plus convaincant sur une petite portable comme la 3DS.

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018