GO VACATION
Japon - 2011/2018
Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Go Vacation »
Genre : Party Game
Musique : Divers
Développeur : Namco Bandai
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Nintendo
Date de sortie : 27 juillet 2018
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Go Vacation »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Explorez l'Île Kawawii et découvrez les formidables environnements et les paysages uniques qu'elle offre à travers quatre stations différentes à visiter, chacun d'elle proposant des activités uniques.
Partagez sur :
Les bronzés font n'importe quoi
nmporte-quoi

Quand on est bloqué dans son studio de banlieue urbaine sans moyen ou RTT restant pour s'offrir quelques jours de vacances en bord de mer, l'apparition estivale d'un titre comme Go Vacation peut résonner comme un doux espoir de profiter un peu de sensations légères, de sports grisants et de balades devant un couché de soleil à moindres frais.

Attention, il y a ici un piège puisque tout autant que les offres douteuses qui parsèment le net et vous envoient dans un hôtel scabreux sans ventilo en pleine pampa, le soft de Namco Bandai ressemble surtout à un charter qui menace constamment de s'abimer en pleine mer. Pourtant cette nouvelle version d'un titre déjà sorti sur Wii en 2011, avait eu largement le temps de revoir sa copie, de peaufiner son habillage et surtout de rendre ses nombreuses activités (plus de cinquante, tout de même) tout simplement jouables. A l'époque, les quatre gamins bien glués sur leur canapé se démenaient comme ils pouvaient en agitant les wiimotes en espérant qu'il se passe vaguement quelque chose à l'écran. Sur Switch en 2018 ce n'est pas franchement beaucoup mieux en gesticulant avec ses Joy-Con, pourtant normalement bien plus performants.

 

une croisière sur le concordia


La faute à un portage paresseux qui reprend un gameplay déjà foireux et peu naturel à l'origine tout simplement tel quel. Les touches ne correspondent à rien, les mouvements sont certes bien captés mais ne sont aux services que d'épreuves mollassonnes et jamais excitantes... Difficile franchement de trouver un réel plaisir à se lancer dans des courses de Jet-ski, de quad ou de canoë, ou de ne pas perdre la boule dans une simili balle aux prisonniers imprécise, du volley pas très beach ou une séance de surf aussi laborieuse que les 20 premières heures de cours avec Maurice à St Tropez. Les développeurs tentent tout de même de gonfler l'expérience avec quelques nouveautés comme des séances de pèche un poil plus relaxantes, une option de safari photo qui invite à parcourir librement les quatre zones de l'île Kawawii, avec ses paysages variés et ses microclimats improbables. Peu importe finalement pour quelques secondes agréables en plongée sous-marine, une bataille de pistolet à eau dans le ton, il faut se farcir de l'équitation en martelant la manette, ou une compétition de verres musicaux... Comme en 2011, sans doute aurait-il été plus pertinent de réduire le nombre d'activité de ce Party Game trop opulent, et d'en peaufiner véritablement l'habillage, les règles et la prise en main. Aucun doute qu'une fois encore Go Vacation va pulluler dans les bacs d'occasions...

Nathanaël Bouton-Drouard










GO VACATIONTM& © 2018 BANDAI NAMCO Entertainment Inc. / Nintendo
Partagez sur :
 

Déjà pas franchement des plus spectaculaire sur la Wii, Go Vocation n'a que très légèrement été réévaluée graphiquement pour son arrivée sur Switch. Les modélisations sont plus fines, les couleurs plus variées, les décors légèrement plus profonds, mais cela ressemble souvent à quelques effets de cache misère qui peine à dissimuler des environnements bien vides, des textures vieillottes et des bugs d'affichage quasiment à l'identiques.

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2019