DISGAEA 1 COMPLETE
Makai Senki Disgaea - Japon - 2003/2018
Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Disgaea 1 Complete  »
Genre : RPG
Musique : Sato Tenpei
Développeur : Nippon Ichi Software
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : NIS America
Date de sortie : 12 octobre 2018
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Disgaea 1 Complete  »
portoflio
site officiel
LE PITCH
L'Overlord est mort. Le Netherworld est dans la tourmente. Il est temps d'entrer dans la bataille ! Le prince Laharl s'éveille pour reconquérir son trône avec l'aide de ses improbables alliés. Ensemble, ils se battront pour récupérer ce qui revient de droit au prince légitime du Netherworld. Avec son vassal Etna, l'ange apprenti Flonne et toute une série de personnages haut en couleur, Laharl devra se démener pour se frayer un chemin jusqu'au sommet.
Partagez sur :
à la première heure

Sortie il y a maintenant quelques années, Disgaea: Hours of Darkness revient sous la forme d'un lifting bienvenu sur Switch, sous le nom Disgaea 1 Complete. Cette nouvelle version mérite-t-elle une revisite du désormais classique ?

Disgaea date maintenant de quelques années : en effet, le premier opus de la série est sorti en 2003, et semble increvable, tant son éditeur tente d'en tirer la substantifique moelle refonte après refonte. Tout d'abord revu pour Nintendo DS, le voici de retour sur Nintendo Switch, proposant des textes francisés, des voix en japonais et en anglais au choix du joueur, mais surtout un graphisme affiné qui vient casser complètement l'aspect vieillissant du titre. De plus, certains ajouts de gameplay, ayant vu jour sur les opus suivants de Disgaea, en particulier sur PSP, sont ici intégrés, donnant plus de variété en termes de stratégie au titre.

 

un humour à toute épreuve


La narration est surement le gros point fort de Disgaea : Laharl, le prince démon campé par le joueur et réveillé malgré lui par Etna après des années de sommeil, va devoir combattre les démons avides du trône de feu son père, décédé durant sa grosse sieste.
Si le contexte de base peut sembler sérieux et dark, tout cela n'est que prétexte à aller toujours plus loin dans la bêtise et l'absurde : on sourit souvent, on rit également, parfois, grâce entre autre à une francisation de qualité, certains traits d'humour étant clairement adaptés pour trouver une résonnance en nos contrées. Cela fonctionne et donne à ce Disgaea (à l'instar des différents opus de la licence) une teinte particulière, à la fois fine et un peu gros sabots parfois, qui lui convient assez, faisant oublier les quelques errements techniques du hit. Chara design en béton, humour de qualité, il n'en faut pas plus pour faire oublier la rigidité relative du jeu, basé sur un moteur maintenant vieillissant malgré les tentatives de lifting successives.

 

un gameplay déjà en profondeur


Dès les premières séquences de tutorial, très complètes et instructives, on comprend que la réalisation technique n'est de toute façon pas le véritable atout du titre. Tout tient dans la conception même des différents champs de bataille, forçant le joueur, évidemment, à combattre ses ennemis, mais également à jouer d'astuce pour accéder à certaines zones, par exemple grâce à la fonction très typique du jeu, soulever-lancer, qui permet de placer ses alliés sur des zones de la grille de combat pourtant à priori inaccessibles. Cette spécificité, conjuguée au système de Géo-effets, donne un côté Puzzle Game venant compléter l'aspect tactique du jeu. Les géo-effets, ce sont ces formes géométriques (les Géoblocs) ayant une incidence forte sur le déroulement d'un combat, leur destruction ou capture ayant des conséquences sur certaines parcelles du terrain. C'est alors que le placement de ses alliés, l'anticipation des actions ennemies, tout peut faire rapidement basculer le combat au delà de la stratégie classique à appliquer à ce genre de jeux.

 

farming à outrance


Mais il y a un un aspect qu'il faut connaitre, et qui saura décourager les moins motivés des joueurs : il est indispensable, obligatoire, de farmer dans ce jeu. C'est-à-dire de refaire des missions à répétition, non stop, afin de gagner en expérience et de mener ses combattants à de plus hauts niveaux. Sans cela, point de salut ! le soft est exigeant, complexe et radical. Mais alors, faut-il investir en 2018 dans cette refonte d'un titre de 2003 ? La réponse est compliquée : en un sens, Disgaea reste un des meilleurs tactical RPG de tous les temps. Le revisiter, en tant que vieux fan, sera donc toujours un plaisir, surtout dans cette version liftée. Cependant, en 2018, beaucoup d'autres titres font bien mieux, à commencer par Disgaea 5 lui-même, également disponible sur Switch, et qui a abandonné les vieux sprites pour quelque chose de plus dynamique et moins rigide. Selon que vous souhaitiez revisiter ce jeu qui a fait ces preuves, ou non, la réponse est donc bien différente.
Quoi qu'il en soit, Disgaea 1 Complete reste un jeu solide, qui vieillit bien, et qui sait proposer son lot de challenge aux joueurs les plus aguerris.

Pierre Perricaudet












Partagez sur :
 

Il faut bien avouer malgré tout un certain décalage : les déplacements du personnage principal, hors mission, est assez grotesque et figé, les musiques vite fatigantes, et le style graphique un peu « jeu flash des années 2000 ». Si on oublie rapidement cet aspect du jeu tant ce dernier propose de défis, force est de constater qu'on ne fait plus un Tactical RPG de cette manière à notre époque. A noter tout de même, Disgaea est bien plus propre en mode portable, l'ensemble semblant plus fin qu'en mode dockée sur une télévision.

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018