POKéMON : LET’S GO PIKACHU ! & EVOLI !
Pocket Monsters Let's Go! - Japon - 2018
Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Pokémon : Let’s Go Pikachu  ! & Evoli ! »
Genre : RPG
Musique : Shota Kageyama
Développeur : Game Freak Inc.
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Nintendo
Date de sortie : 16 novembre 2018
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Pokémon : Let’s Go Pikachu  ! & Evoli ! »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Vous commencez le jeu comme nouveau Dresseur. Au cours de vos aventures, vous allez rencontrer, capturer et entraîner de nombreux Pokémon pour améliorer vos compétences et devenir le meilleur Dresseur possible ! Sur votre route, vous viendrez en aide à différents personnages et tenterez de déjouer les plans de ceux qui souhaitent profiter des Pokémon à des fins malveillantes. Bien sûr, vous ne pourrez accomplir cette tâche sans l'aide de votre partenaire Pikachu ou Évoli, et de tous ...
Partagez sur :
Hé Ho Let's go !

En attendant (ou pas) un nouvel épisode de la série canonique, et increvable, des Pokémons, Nintendo ourdie les fans avec un Pokémon Let's Go moins à l'intention des fans de la première heure, qu'à l'adresse des nouveaux joueurs séduits par le safari de Pokémon GO. On délaisse un temps le téléphone portable pour la plus encombrante Switch... Surtout si l'on opte pour l'accessoire nerds : la Poké Ball Plus.

Inutile donc ici de revenir pour une longue et profonde analyse des différentes variations et approfondissement d'un gameplay qui n'a eu de cesse de s'étoffer, de se complexifier et de s'enrichir au grés des générations, puisque Pokémon Let's Go fonctionne comme une passerelle entre le joueur occasionnel titillé par le récent carton de l'appli Pokémon GO et la longue saga de RPG campagnards. Et cela est forcément mis en avant par la nouvelle manière de capturer les créatures qui peuplent l'aventure, qui opte pour la méthode plus naturelle et évidente de ce dernier : après avoir amadoué la cible, le joueur lance une Poké Ball adaptée choisie dans son fourbi, et avec un bon coup de poignet espère l'enrôler dans sa collection. Et comme désormais les pokémons sont constamment visibles à l'écran, la traque devient presque plus immersive, en particulier pour les petits malins qui auront acheté le jeu en pack avec la Poké Ball Plus (qui au passage contient le célèbre Mew, inaccessible autrement) qui singe efficacement l'accessoire indispensable à tout dresseur de pokémon sérieux. Amusant donc, et c'est là le maître mot de Pokémon Let's Go qui retourne directement aux débuts de la série en proposant, de manière légèrement détournée, un énième remake des deux opus inauguraux (oui, ceux de Gameboy) mais en réduisant le gameplay des combats à sa formule la plus simple et fluide, les atours RPG à une gestion allégée (toutes les créatures récoltent les EXP à l'issue des combats) et une narration heureusement moins lâche, largement plus construite.

 

Aucun risque pour les vététistes


De petites ajouts scénaristiques, des personnages secondaires sensiblement plus écrits et surtout une progression de l'histoire moins artificielle, en particulier lorsque certaines zones difficilement accessibles, se voient désormais débloquées par des capacités développées par notre pokémon d'origine (Pikachu ou Evoli donc) là où autrefois il fallait préserver des créatures très secondaires ou payer une fortune des pilules « magiques ». Si forcément dans le procédé les connaisseurs se désoleront d'une difficulté revue à la baisse (excepté les challenges post-fin) et d'atours stratégiques relativement absent, il faut bien reconnaitre que là ou la trilogie Pokémon Rouge / Bleu / Jaune peut de nos jours provoquer quelques cris désespérés après quelques heures perdues dans la pampa ou après une recherche infructueuse de la créature indispensable à la victoire, cette nouvelle itération se révèle une promenade on ne peut plus agréable et bien mieux articulée. On pourra tout de même regretter que s'il est possible de transférer sa collection d'un compte Pokémon Go ou échanger quelques têtes via un mode online en PvP, le cheptel restera définitivement bloqué au 151 (et 2-3 poussières surprises) premières bestioles de la saga. Un peu chiche tout comme l'option deux joueurs alléchante sur le papier, mais où le player 2 se sent forcément laisé dans les phases d'exploration, alors que la coopération dans les combats, transforme n'importe quelle rencontre en échange déséquilibré à deux contre un. Là encore une solution pour réduire le challenge et faciliter l'initiation des nouveaux venus.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

S'il ne concourra sans doute pas pour le jeu le plus impressionnant de la Nintendo Switch, Pokémon Le's Go n'en reste pas moins l'un des softs les plus charmants avec ses couleurs bien pimpantes, ses pokémons tout en rondeurs et en petites animations mignonnes, et surtout cette volonté de cajoler, pour une fois, les plus anciens. En effet tous les lieux sont bien entendu connus, et le soft sait jouer avec la nostalgie des fans pour offrir des environnements admirablement développés, mais fidèles. Une sensation décuplée souvent grâce à une excellente bande sonore constituée de réorchestrations spectaculaires des vieux tubes. Manque cependant quelques efforts supplémentaires dans la finition autant dans quelques effets spéciaux un poil datés dans les combats que dans de récurrentes baisses de framerate surprenantes pour un titre pas si gourmand dans l'affichage.

 
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018