PRéSENTATION DE LA NINTENDO SWITCH
Image de « Présentation de la Nintendo Switch »
site officiel
portoflio
Partagez sur :
Courant alternatif

Après des mois de fuites en partie confirmées et un premier aperçu officiel en octobre 2016, Nintendo a enfin procédé à une présentation en bonne et due forme de sa prochaine console, la Switch. Le constructeur s'est d'abord fendu d'une conférence digne de l'E3 en mondovision avant d'ouvrir un salon dédié dans une sélection de villes stratégiques, dont Paris.

Cet évènement a, d'une part, été l'occasion pour beaucoup de voir la machine de leurs propres yeux, et de constater qu'elle est plutôt compacte. Hors de son dock, le support qui la relie à la télé, elle affiche en effet des dimensions quasiment identiques à celles du GamePad de la Wii U ; mais, si les antivols disposés ont empêché de vraiment mesurer son poids, la tablette paraît en tous cas sensiblement moins épaisse que son prédécesseur.


Mais une partie non négligeable du salon était dédiée au jeu 1,2, Switch !, une compilation de mini-jeux pensé pour introduire auprès des joueurs les différentes fonctionnalités des Joy-Con, ces modules qui s'accrochent de part et d'autre de la Switch pour faire de celle-ci une console nomade. Pris indépendamment, les Joy-Con font office de véritables manettes et permettent de jouer à deux d'office, sans avoir à acquérir de matériel supplémentaire. Les six mini-jeux mettent ainsi l'accent sur les différents capteurs capables de détecter les mouvements, bien sûr, mais aussi de déterminer la forme d'un objet que l'on place devant elle, ainsi que la distance à laquelle il se trouve. Le jeu Ball Count illustre en outre le concept des vibrations HD, présenté au cours de la conférence. Une idée surprenante en pratique qui permet ici de simuler le roulement de billes dans une boîte en inclinant la manette, le but étant de deviner le nombre de billes contenus à chaque round. Un effet saisissant qui ne demande qu'à être exploité dans des jeux plus élaborés. D'autres jeux reposent sur l'idée de jouer sans écran, les consignes étant dictées vocalement par la console tandis que les joueurs se font face. Comme dans Quick Draw, une simulation de duel entre pistoleros dans laquelle il faut être le plus rapide à dégainer son Joy-Con lorsque la console somme les participants de tirer.

 

à bout de bras


La compilation 1, 2, Switch ! n'était toutefois pas la seule occasion de mettre à l'épreuve cette nouvelle façon de jouer. Nintendo a également dans sa manche un nouveau jeu de combat intitulé ARMS. Celui-ci se joue en équipant un Joy-Con dans chaque main afin de manipuler indépendamment les deux bras de son personnage. Il suffit ensuite de boxer devant son écran pour attaquer son adversaire, en inclinant son poing pour donner un effet courbe à son attaque et en envoyant les deux bras simultanément pour effectuer une prise. Cette maniabilité fondée en grande partie sur le mouvement rappelle Wii Sports et se montre tout de suite défoulant. Mais si la gestion des déplacements et des accélérations ainsi que la présence de différentes armes à équiper laisse transparaître une certaine profondeur, on imagine plutôt ce genre de titre joué dans une ambiance festive, lorsque l'on reçoit des amis pour une session de jeu conviviale ; en prévoyant si possible de la place pour éviter de malheureux incidents, bien sûr.

 

valeurs sûres


Parmi les autres jeux jouables, on a évidemment trouvé la démo de Breath Of The Wild, le jeu du lancement. S'il s'agissait à nouveau de la séquence jouable durant l'E3 l'année dernière, c'était l'occasion de la voir tourner directement sur l'écran de la Switch et de constater au passage que le nouveau Zelda rend particulièrement bien sur celui-ci. A ses côté, beaucoup de jeux donnent une certaine impression de redite. Ce qui n'est pas le problème de Splatoon 2, une suite qui ressemble beaucoup au premier volet, mais en incluant de nouveaux accessoires de personnalisation, de nouvelles cartes et de nouvelles armes, dont le double revolver. On regrette surtout que la Switch n'ait droit qu'à un portage de Mario Kart 8. Cette version baptisée Deluxe comprend tout de même quelques nouveautés, comme des personnages jouables supplémentaires ou la possibilité de porter deux objets simultanément, à la Mario Kart Double Dash. Mais les joueurs qui ont déjà retourné ce volet dans tous les sens espèrent forcément quelque chose de vraiment nouveau, sans toutefois remettre en question ses évidentes qualités. On pourrait presque mettre dans le même panier Ultra Street Fighter II. Celui-ci entame d'ailleurs un nouveau cycle de festivités chez Capcom puisque le tout premier Street Fighter célèbre son trentième anniversaire, tandis que le second volet fête ses 25 ans. Reprenant le cœur de Super Street Fighter II Turbo, il emprunte les graphismes de la version HD Remix tout en permettant de sélectionner le rendu de l'époque arcade. Si cette mouture demeure un jeu culte pour les amoureux de jeu de combat, on peut craindre qu'il laisse de marbre les joueurs de la nouvelle génération. USFII inclut toutefois deux personnages supplémentaires, Evil Ryu et Violent Ken, ce dernier ayant été aperçu pour la première fois dans SNK VS Capcom SVC Chaos.

 

swiitch you


Ainsi, on comprend assez facilement les réactions contrastées recueillies auprès des joueurs. La console arrive d'une part avec un line-up de sortie léger, surtout face à une concurrence déjà bien installée. Si l'on a droit à quelques belles exclusivités, celles-ci vont arriver au compte-goutte dans le courant de l'année, ce qui rappelle le destin de la Wii U, au catalogue séduisant mais pas suffisamment fourni au goût des consommateurs. Les tarifs annoncés par les revendeurs pour les accessoires, comme la manette Pro à 80 euros ou la paire de Joy-Con supplémentaires à 90 euros, semblent quant à eux exorbitants et pourraient repousser de nombreux joueurs. Enfin, l'arrivée de jeu en ligne payant déçoit forcément ceux qui voyaient justement un avantage de Nintendo face à ses rivaux, Sony et Microsoft. C'est sans doute le prix à payer pour améliorer ce service, sachant que Nintendo accuse un certain retard dans le domaine. Cela dit, la Switch a aussi quelques arguments pour enthousiasmer son public, à commencer par ses titres maisons, dont Super Mario Odyssey qui pourrait être un argument de poids s'il arrive à temps pour les fêtes de fin d'année. L'ambivalence entre console de salon et machine nomade peut aussi joueur en sa faveur. Brancher à un téléviseur, la Switch propose le confort de son installation. Puis il suffit de détacher la console à proprement parler et d'appuyer sur les touches L et R quelques instants pour poursuivre sa partie ailleurs ou simplement libérer la télé. L'utilisation des Joy-Con permet en outre de partager un jeu avec un ami, même sans écran disponible ; ou l'on peut encore réunir plusieurs consoles en un même lieu et les connecter localement comme des DS ou 3DS. Nintendo a donc un vrai coup à jouer cette année, d'autant que la société garde sans doute quelques cartouches à dévoiler entre la sortie prévue pour le 3 mars et la prochaine édition de l'E3.

Benoit Barny






















Partagez sur :

 

Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009