ENTRETIEN AVEC IKENO DAIGO, DIRECTEUR ARTISTIQUE DE STREET FIGHTER IV
Image de « Entretien avec Ikeno Daigo, directeur artistique de Street Fighter IV »
portoflio
Partagez sur : s_jv
Dessinateur de rue

Alors qu'Ultra Street Fighter IV remue la communauté du jeu de combat, son directeur artistique, IKENO Daigo revient sur sa carrière, son travail sur la saga ainsi que les autres productions auxquelles il a participé.

Pourriez-vous commencer par vous présenter, nous parler de votre carrière et de votre actualité ?
J'ai commencé ma carrière en 1994 chez Capcom, en tant qu'illustrateur sur Super Street Fighter II Turbo. J'ai ensuite étais illustrateur sur quelques autres jeux de combat, puis sur Devil May Cry 2 avant de devenir le directeur artistique de Devil May Cry 3. J'ai également occupé le poste de Character Designer sur DMC2 et Onimusha. Enfin, les derniers jeux sur lesquels j'ai travaillé sont Street Fighter IV et Dragon's Dogma.

Comment êtes-vous entré chez Capcom ?

C'est simple, le siège de la société était située tout près de chez moi, et c'était la première à m'avoir proposé un entretien.

Vous avez travaillé sur différents épisodes de Street Fighter en 2D avant de passer à la 3D avec Street Fighter IV : comment s'est passé la transition à votre niveau ?
A l'époque de SF2, on utilisait des sprites : les illustrations servaient alors à montrer les détails que l'on ne pouvait pas afficher dans le jeu, à l'époque. En travaillant sur SF4, plutôt que de montrer ma patte personnelle, le but était de retranscrire l'ambiance de SF2 dans un nouveau titre. C'est sur ce point que je me suis avant tout concentré.

Vous avez également travaillé sur Capcom VS SNK 2 : dans ce crossover, des personnages de Capcom ont été dessinés par des illustrateurs de SNK et inversement. Travailler sur les personnages d'une société rivale a dû être un challenge motivant, non ?
[Rires] Je ne me rappelle plus les avoir avais dessinés moi-même... Mais je pense que tout artiste souhaite apporter sa touche personnelle, quelque soit le contexte. Alors à l'époque où j'ai travaillé sur ce titre, j'ai sans doute essayé d'apporter mon grain de sel aux personnages de SNK.

On imagine que créer de nombreux personnages pour un jeu de combat et se concentrer sur un protagoniste dans un jeu solo comme Devil May Cry n'est pas le même travail. Dans quelle catégorie de jeu vous sentez-vous le plus à l'aise ?
En fait, lorsque j'ai travaillé sur Street Fighter, les personnages avaient déjà été créés par de très grands illustrateurs qui étaient chez Capcom avant moi. J'avais une certaine pression, du coup, au moment de prendre le relais : je ne voulais surtout pas froisser mes prédécesseurs qui avaient fait un excellent travail, mais je tenais tout de même à apporter ma patte personnelle à ces personnages. C'était plus facile de travailler sur DMC : même s'il s'agissait de suites, le personnage [Dante] était à chaque fois recréé de zéro. J'avais donc beaucoup moins de pression vis-à-vis de ce qui avait été fait par un autre designer auparavant.

Pourriez-vous nous parler des courants artistiques ou des autres artistes qui vous ont influencé, inspiré ?
Avant de travailler chez Capcom, j'essayais souvent de reproduire différents mangas, notamment ceux de l'hebdomadaire Jump, comme Dr Slump, Kinnikuman [Muscleman], Hokuto no Ken [Ken le Survivant] et Dragon Ball. Depuis que je suis chez Capcom, le dessinateur qui m'a le plus influencé et que je respecte le plus, c'est Akiman [YASUDA Akira, illustrateur et designer chez Capcom de 1985 à 2003]. Avant, je dessinais sans but et sans objectif précis ; mais en le côtoyant, j'ai appris l'importance du design et de l'illustration.

Pour finir, vous avez longtemps travaillé sur Street Fighter, sans doute le jeu de combat le plus populaire : jouez-vous vous-même aux jeux de combat ?
Vu que j'étais très impliqué sur Street Fighter IV, j'y ai un peu joué. [Rires] Mais je n'ai pas envie de jouer avec des personnes qui pratiquent sérieusement. Je préfère jouer entre amis, dans une ambiance détendue.

Benoit Barny




Partagez sur :
Crédits - Publicité - Nous contacter
Copyright Frenetic Arts 2009-2018